Archives pour l'étiquette is

ET POURQUOI PAS UN RECOURS COLLECTIF CONTRE LES RESPONSABLES DE L’IMMOBILIER SINISTRÉ AU MONT-DORE ?


0e067031af5413ef59c8f114c8998e4e

Ce n’est plus un mystère ni une rumeur. La presse le proclame. L’immobilier au Mont-Dore est sinistré, invendable, sauf à prix bradés, cassés. Et tout ça du fait d’une délinquance galopante, d’une circulation dangereuse vers Nouméa et de barrages à répétition. Le terrorisme a rendu la partie sud de la ville terrifiante. Quel terrorisme ? Celui que le procureur a pointé à travers ces criminels identifiés mais protégés par l’omerta de toute la tribu de Saint-Louis. Celui que les autorités, les élus, les fonctionnaires, les militaires renoncent à poursuivre et à arrêter là où il se trouve car cette saisie des criminels et de leurs armes générerait des affrontements dit-on en haut lieu.

Soit. Mais puisque cette politique génère, réellement pour le coup, une vie impossible au Mont-Dore et la dévaluation lourde des propriétés, quasiment invendables, que ces autorités, et en dernier ressort l’État, indemnise les propriétaires que leur stratégie lèse gravement.

Une class action, ou recours collectif, reconnu en droit français, unifiant cette demande des sinistrés du Mont-Dore est tout à fait légitime. Des politiques et des juristes sensibles à cet abandon de l’ordre public, du droit et de la légalité au Mont-Dore, prémices d’autres abandons en Nouvelle-Calédonie, sont prêts à soutenir, guider et accompagner cette démarche. Encore faut-il que les MontDoriens concernés, si souvent révoltés par ces multiples agressions et par l’indifférence des responsables, veuillent la faire.

I) CLASS ACTION CONTRE LES CARENCES DES AUTORITÉS AU MONT-DORE

immo

Les milliers de MontDoriens qui ont perdu tout ou partie de leur patrimoine immobilier au Mont-Dore Sud en raison de la dangerosité des lieux, de l’inaction des pouvoirs publics et de la fuite des acquéreurs potentiels doivent pouvoir monter une class action, ou recours collectif, contre tous les responsables municipaux, provinciaux et nationaux qui ont permis et facilité cette situation par leur aveuglement, par leur incompétence et par un refus d’agir et de placer les criminels hors d’état de nuire qui confine à de la complicité.

Un recours collectif, une action collective ou une action de groupe (« class action » en anglais) est une action en justice ou une procédure qui permet à un grand nombre de personnes, souvent des consommateurs, de poursuivre une personne, souvent une entreprise ou une institution publique, afin d’obtenir une indemnisation financière.

Les associations de Mickeys et de politiciens s’agitant au Mont-Dore en de vaines manifestations et en de vains rendez-vous seraient bien plus inspirés et utiles en montant une telle opération.

***

II) VOUS CONNAISSEZ LE POINT COMMUN ENTRE LA FAUTE-SUR-MER, FUKUSHIMA ET MONT-DORE ?

Non ? Et bien leur destin commun c’est d’être des villes bonnes à raser.
La Faute-sur-Mer en Vendée à cause d’élus et de fonctionnaires crétins qui ont laissé construire 1300 maisons sous le niveau de la mer. Ville bonne à raser, ville fantôme après Xynthia.

Fukushima et ses villes fantômes à cause d’industriels et de politiques crétins qui ont construit une centrale atomique en cœur de villes et en bord de mer sur une zone éminemment sismique, villes bonnes à raser. Villes fantômes après le tsunami et la contamination.

Mont-Dore Sud et ses milliers de maisons à peine bonnes à brader, plutôt invendables, à cause d’élus et de fonctionnaires crétins qui ont laissé se développer un terrorisme dans la zone rendant terrifiante cette moitié de la commune à tous. Ville bonne à raser, ville fantôme après Saint-Louis.

En Vendée les maisons ont été rachetées en moyenne 480 000 euros par l’État puis détruites. Au Japon 45 milliards d’euros ont été débloqués pour indemniser les riverains de la centrale nucléaire.

Et au Mont-Dore qu’ont prévu les irresponsables municipaux et provinciaux et l’impuissance publique d’État pour compenser les pertes financières causées par tant d’incurie, d’incompétence et d’inaction ?

bérode

L’interview du petit Bérode, chérif de l’immobilier en Calédonie, ça doit vouloir dire pape des agences, est assez faux-cul. On a dû lui dire de pas dramatiser. En effet il nous dit qu’il y a juste « une pause » dans le marché du sud au Mont-Dore. Une pause de « huit ans » comême…

Il ajoute qu’il n’y a pas vraiment de baisse mais juste une impossibilité de vendre. Il complète toutefois avec des maisons à 20 millions qui partent quand même parce qu’elles en vaudrait le double ailleurs, et ailleurs des gens qui font de la « veille financière », c’est à dire qui achètent des biens pour des clopinettes et attendent que ça remonte.

À quand la « remontée » au fait Bérode ? « Il faudrait qu’il n’y ait plus de blocage pendant six mois à un an » qu’il nous dit le lascar. Avec un Gay, un Frogier, un Michel, un Gomes, un Wamytan, un Lataste dans le secteur, ton « six mois à un an » ça sera plutôt du six décennies à un siècle, et encore !…

Voilà ! 🙂 Bon dimanche aux MontDoriens !