Archives pour l'étiquette Diary

INDEPENDENCE DAYS DIARY NOVEMBRE 2017

nov

***

MERCREDI 1er NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)

25

BALLOTAGE

Ça date un peu mais je me disais deux choses en revoyant ces chiffres des dernières élections législatives dans la 1ère circonscription de Nouvelle-Calédonie.
D’abord, je pense que si certains boulets, si forts en gueule et prompts à dénoncer aujourd’hui à Paris les trahisons et les renoncements, avaient dénoncé l’évidente duplicité de Yanno, l’avaient lâché à l’heure avant le premier tour et avaient soutenu ouvertement Backes aux législatives, une dynamique telle aurait été crée que Backes aurait pu passer devant Dunoyer au premier puis au deuxième tour.
Ensuite, cogito (ergo sum) que 41% des électeurs pour Backes, contre 59% pour Dunoyer, ça ne permet pas à la plateforme de Gomes de traiter les Républicains Calédoniens de minuscule et infréquentable petite merde politique comme elle le fait actuellement, sauf à considérer que les milliers d’électeurs représentés par ces 41% ne sont aussi tous et chacun que de minuscules et infréquentables petites merdes d’électeurs.

UNITÉ

Avec 28 langues kanak, autant de dialectes non kanak, 57 districts coutumiers, 341 tribus et autant de groupes et groupuscules issus du RPCR, de leaders et leaderuscules bébés Lafleur, de divorces et de remariages politiciens, la Calédonie n’est pas vraiment le modèle de l’unité, du consensus et de l’harmonie Non ?

PATRIACAT

Franchement entre le patriarcat kanak, la misogynie musulmane et la phallocratie marchande hollywoodienne et occidentale je ne vois pas grande différence. Il serait peut-être temps de rejeter ces restes de bestialité. À moins que le charme de la puissance, de l’argent, du muscle, de la force, de la brutalité, du mutisme, du secret, des menaces, des chiens, des voyous et des salauds, ne reste plus fort que l’humanité, la dignité et le respect de soi…

ŒCUMÉNISME

C’est l’histoire pas très œcuménique d’une chapelle œcuménique dans le sud d’une île du Pacifique où les catholiques et les protestants s’étaient entendus pour construire et arranger leur église partagée et pour y prier en alternance. C’est l’histoire d’une fille à Pôpô qui a dit aux cathos ouvéens de faire leurs bagages et d’aller se construire un truc ailleurs parce que cette chapelle-là c’était à elle vu que c’était le beau-pôpô à son Pôpô qui avait payé le ciment et les agglos au départ. C’est l’histoire pas très œcuménique d’une fille à Pôpô qui se verrait bien aussi maire d’une ville du sud d’une île du Pacifique. C’est l’histoire pas très œcuménique de protestants qui, en guise de spiritualité et au lieu de fêter leurs cinq cents ans d’existence nous pètent surtout des magouilles politiciens sales, une Église protestante de Kanaky au nord, un racolage électoral des polynésiens réformés au sud.

SAINT-LOUIS

Certains se sont étonnés, émus et énervés des résurgences de violence à Saint-Louis (Mont-Dore) ce week-end. La seule chose qui m’étonne c’est qu’on n’ait pas vu à nouveau la création de quelques machins genre Association pour la paix au Mont-Dore ou Groupe de défense des Montdoriens ou Comité des citoyens du Mont-Dore. Bizarre !

BUSH FEELINGS

Bush feelings, impressions de brousse. Une petite boucle. C’est récent. Ça monte au Nord, ça tourne vers l’Est, ça revient par les nouveaux quartiers, ça entre et sort du Médipôle, ça passe par un labyrinthe de nouvelles rues déjà sales et ni faites ni à faire puisque des « surdoués », pas très érudits quand même, ont fait un Pont des Érudits qui empêche d’entrer directement et simplement à l’hôpital quand on vient du nord.
Une brousse calcinée, des ferrailles et des dépotoirs sauvages qui sortent partout des broussailles cramées. Des lieux touristiques et points de vue aménagés ravagés, tables brûlées, toits des abris arrachés, détritus. Des épaves de voitures plus ou moins fraichement incendiées. Des gendarmes autour de la dernière victime en date encore fumante à Nassirah. Des tags sur tous les objets possibles atteignables, arbres, poteaux, tôles, ponts, murs, rideaux de magasins, épaves, routes… même au cœur de la Chaîne, comme sur les lampadaires à 60 millions offerts tous les vingts mètres par la Province Sud à Saint Louis déjà tous, absolument tous, tagués de slogans d’appropriation comparables à l’urine des chats et des chiens sur les limites de leurs secteurs, comme sur tous ces mêmes objets déjà listés dans les nouveaux quartiers anonymes sans âme et sans air de cette terrifiante zone périphérique de Païta, Dumbéa, Nouméa, où les constructions à bon marché se dégraderont aussi vite qu’elles se sont édifiées, où les zones n’ont pas plus de sens et d’harmonie que les noms qu’on leur a attribués. Un hôpital impeccable, lui, et conforme au devoir de paix, d’espace et de confort qu’on doit aux malades mais déjà menacé par des traces intempestives, les négligences des visiteurs vautrés sur les salons du hall, les nombreux vols dans les chambres et les couloirs, une surveillance insuffisante, une caste médicale réclamant un pouvoir autiste libéré des contingences budgétaires…
Dommage…
Dommage, la Calédonie était belle, si belle. Voir et reconnaître cette beauté, l’aimer et s’en soucier, la protéger et la regretter, au vu de l’état actuel et général du pays ne doit pas faire partie des valeurs et des convergences de notre « petite nation », pour reprendre la terminologie de Philippe Gomes.

PARADIS, L’IDÉE LA PLUS PROCHE DE FUTUNA

Vu hier soir sur NC1ère le documentaire sur Futuna intitulés « Les larmes du Pacifique ». De très jolies images, de très belles personnes, un très joli pays. Futuna… quel isolement ! L’île la plus perdue et lointaine de l’ensemble français. Et pourtant rien à voir avec les espaces dégradés de Calédonie évoqués plus haut. Tout est tondu, taillé, respecté, entretenu, riant, paisible, que ce soit à Futuna, à Alofi, à Wallis et sur tous ses îlots. Douceur, paix, humanité. Pourquoi là-bas seulement ?…

NOVEMBRE

Novembre de cette année-là, 2017, le dernier totalement complet, français, tranquille, sous contrat des accords, pré-référendaire. Le prochain le sera-t-il aussi ?

***

VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)

COMITÉ MISSA EST…

31

PATHOSPHÈRE

Philippe Gomès, avec son pathos et sa grandiloquence habituels, assure à Edouard Philippe que « l’arithmétique électorale en Nouvelle-Calédonie ne peut constituer à elle seule une solution politique ». Ouais… sauf que l’arithmétique électorale ça l’a bien arrangé et ça ne l’a pas du tout gêné pour écrabouiller et humilier son concurrent Louis Mapou aux dernières législatives dans la seconde circonscription de Nouvelle-Calédonie, en s’achetant une majorité contre un siège de sénateur, en bricolant vite fait mal fait une alliance artificielle de sauvetage et en traitant Mapou de « mauvais signe envoyé à Paris ». Il s’en est grave foutu alors que Mapou sorte la tête basse de cette histoire pour que lui en sorte « la tête haute », hyper haute, comme toujours, comme un paon. Et bien prononcer « tête hotte », c’est encore plus haut, pour être fidèle à la prononciation approximative des phonème français par le député. Et en cognant très fort et très théâtralement sur le « HOTTE » évidemment, puisqu’il est un peu notre Père Noël à tous, ou à peu près…

BON CLUB

Un bon Club de la Presse ce midi sur NC Radio par contre ! Quand on a un truc bien dans nos médias faut le dire, c’est si rare ! Poisson, des Nouvelles, Dutailly du Chien Bleu et Nathalie Daly de NC1ère ont débattu librement, intelligemment et sincèrement, la liberté, l’intelligence et la sincérité étant des denrées aussi rares que la pluie et le bon chocolat en Nouvelle-Calédonie… Nathalie a parfaitement raison de ne pas croire plus que ça au Saint-Esprit descendu sur le dernier comité des signataires. « Bac à sable », dit-elle, pour des gosses politiciens capricieux pendant des mois et des mois en Calédonie mais cravate neuve et posture de hauteur et de dignité façon Lafleur et Tjibaou à Paris pendant… deux ou trois jours ! Et à Nouméa toute « la volaille qui fait l’opinion », comme dit si bien Souchon dans Poulailler’s Song, de s’exclamer en chœur « comité historique ! », « grande réussite », « satisfaction ». Dommage que sous les tropiques tous ces dignitaires pleurent et rage « I can’t get know… satisfaction » !
Dommage, et aussi la honte, que tous ces grands autonomistes et indépendantistes, souverains pour leur destin, leur économie, leur culture, leur identité et bla et bla, ne trouvent leur satisfaction et quelques instants d’entente que quand Papa État et Maman République leur tiennent la main et leur disent d’être sage…

FIRE !

Donc en Nouvelle-Calédonie en novembre toujours pas de pluie, toujours des incendiaires, criminels ou crétins, ou les deux, mais faut pas dire, toujours des feux et toujours des bénéficiaires, chaud devant, coup de feu dans les affaires, chauffeurs d’hélicos qui se font plein de liquide en charriant du liquide, casernes de pompiers dont on se demande pourquoi il faut les payer en plus de leurs salaires habituels ! C’est comme chez AirCoquin, les prix flamboient en haute-saison chaude…

EUX MAIS PAS NOUS…

French Blue, la compagnie low cost arrive à Tahiti. Le conseil des ministres vient d’entériner la demande d’exploitation de la compagnie française French Blue. Elle prévoit des vols à destination de Paris via San Francisco. Un nouveau concurrent qui à l’habitude de casser les prix. Les Tahitiens ont de la chance de ne pas avoir un AirRascalin qui les rackette et les emprisonne 365 jours par an. Au fait, combien et pour qui les juteuses commissions des nouveaux Airbus achetés et défiscalisés ?

ANCIEN MÂNDE

Le Haussaire de Calédonie, socialiste bon teint et ex directeur de cabinet de Hollande, il fait pas un peu partie de cet ancien monde dont Macron voulait nous débarrasser ?…

COUPEZ !

7 minutes chrono et shampoing compris et 3100 F pour une coupe homme. Ça fait exactement 26 567 F de l’heure. J’hésite entre devenir coiffeur ou défiscaliseur…

J’AIME

On avance, on avance, Souchon ce soir, à écouter ou réécouter, la gaieté triste, la tristesse gaie, les mots justes, l’élégance, la romance, tout ce que j’aime.

TWEETS

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Les Espagnols, #Rajoy et Madrid ils y vont peut-être un peu fort en garrottant tous les indépendantistes catalans quand même…
#represión

29

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Présidentielles : 52,6 % pour Macron et 47,4 % pour Le Pen en NC – 66,10 % pour Macron et 33,90 % pour Le Pen dans l’ensemble français.
Mais élus et électeurs de la droite calédonienne, grands fans de Chirac et Sarko puis de Fillon et Le Pen, commencent à s’intéresser à #Macron

26

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Les présidents fainéants ne l’ont jamais fait, #Macron le fait : tous les étudiants à la Sécu et fin du vol par les #mutuelles et l’UNEF.

28

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Le massacreur des 8 cyclistes de #Manhattan s’est écrié « Allah Akbar ». Il n’a évidemment aucun rapport avec l’islam et les musulmans !

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Pas de #balancetonporc à la baille en #NouvelleCaledonie ! Peur de polluer le lagon, de boucher les baies ou de manquer de cochons ?

30

***

SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)
 
ROUSSETTE ET MATCH
38
 
Je ne sais pas si le match est fini pour cette petite bête. J’ai pas envie, c’est très perso. Je donne rarement dans le personnel. Les gens se foutent largement des personnes autres que la leur…
 
Pourtant y’en a plein qui se selfient la tronche, la poitrine, les fesses, leur assiette, leur bouteille, leur hôtel, leur bagnole, leur bateau, leurs fesses sur leur bateau, leur bébé dans l’eau, ou pas dans l’eau, et qui publient et mettent tout ça sur « leur mur », comme d’autres mettent leurs tags sur tous les murs, comme les animaux mettent leur pipi au bas des murs, sans commentaires, sans appel ni attente de commentaires autres que « Trop belle » ou « Trop mignon » ou « Trop d’la chance » ou rien, ce qui revient au même.
 
Moi je selfie aujourd’hui ce petit de roussette tombé du ciel et accroché sur une épine de citronnier et j’aimerais bien savoir si on peut sauver un petit comme ça. Avec du lait ? Du pain mouillé ? Des fruits ? Du sucre ? De la banane ? Je l’ai mis au creux du grand banian. Je ne me fais pas trop d’illusion, comme toujours. Le sauver serait pourtant une provocation contre tous les massacreurs de roussettes, les tueurs de cerfs, les tortionnaires de chiens et de chats, les viandards découpeurs de bovins vivants, les bourreaux de la tauromachie et des rodéos, acteurs et spectateurs, autant de chasseurs et de tourmenteurs que je ne porte pas davantage dans mon cœur que les rois et reines du selfie…
 
JUSTICE ET ÉGALITÉ DE TRAITEMENT, VRAIMENT ???!!!
34
 
Parfaite égalité entre les citoyens et accord miraculeux entre les indépendantistes et les loyalistes au comité des signataires ? Ouais… Vraiment ? Sauf que pour les mélanésiens de statut coutumier, beaucoup plus nombreux à ne pas être inscrits, l’inscription d’office sera parfaitement et totalement automatique, et que pour les autres, de droit commun, non, pas d’automaticité, il faudra vérifier 3 ans de CAFAT, avec « commissions administratives spéciales sur la base des éléments fournis par l’État. Bonjour l’égalité…
Quant à l’accord miraculeux il faudra repasser puisque les indépendantistes refusent que tout ça soit mis par écrit dans les textes et refusent de toucher à la loi organique, prêts à remettre tout ça en cause comme ils avaient déjà remis en cause « Le litige électoral est politiquement clos » du comité des signataires de 2016.
#IlsNousPrennentPourDesCons
 
LA FOUTAISE GOMÉSIENNE DU JOUR D’APRÈS
35
 
Le « jour d’après », il se prépare… le jour d’après ! Pas avant ! Pas avant de connaître le résultat du référendum !
Les jours d’après un référendum où les loyalistes l’emportent à 75%, ou à 70%, ou à 65%, ou à 60%, ou à 55%, ou à 51%, ce ne peut pas être les mêmes jours d’après !!! Faut vraiment être crétin ou tordu ou les deux pour dire le contraire. Pourquoi donc Gomes et sa bande veulent-il préparer un truc préfabriqué pour le lendemain du référendum en se foutant de son résultat et donc en se foutant de nous ?! Même pas la peine d’aller voter alors !
Des indépendantistes perdants à 25%, à 35% ou à 49% ne peuvent pas et ne doivent pas être écoutés, entendus et suivis de la même manière. Tant qu’on est en démocratie en tout cas, tant qu’on ne parle pas de « logique arithmétique » injuste, comme Gomes et Michel, comme Mitterrand parlait de « force injuste de la loi » en Nouvelle-Calédonie, déjà…
 
LATASTE-VIN JUSQU’À LA LIE ?
40
 
Lataste vint et ne repartit jamais. Faut-il le boire jusqu’à la lie ? Lataste c’est Christnacht, Christnacht c’est Lataste, depuis toujours, et ces deux-là c’est Mitterrand, Jospin et Hollande à la fois. Ils connaissent le dossier calédonien certes, par cœur même, et les acteurs calédoniens, tous, par cœur aussi, depuis si longtemps, peut-être un peu trop. Tant de proximité, tant de connivence, est-ce si bon pour aborder et traiter un problème comme cette consultation sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie ?
Le premier ministre Édouard Philippe, qui ne connaissait rien au dossier, a démontré qu’on pouvait avoir de la distance et un regard neuf sur les choses et les gens du Caillou et les traiter avec lucidité, équité, efficacité et honnêteté.
Macron et Philippe n’ont-ils pas un préfet solide, neutre et impartial en réserve ? Est-il indispensable de garder Galatée Lataste et son Pygmalion Christnacht jusqu’au bout en cette période très délicate ? Ce Chrisnacht qui avait déroulé son plan calédonien tellement crûment au préfet patriote Jean-Jacques Brot que ce dernier avait préféré démissionner pour ne pas en être complice, une attitude digne du préfet Jean Moulin…
 
INDEPEN-DANCES, QUAND LA POLITIQUE N’EST PLUS QU’UN BALLET
ou
LES PETITS SHOWS KANAKY EN TOURNÉE
36
 
Quand on veut l’indépendance on la veut, et on fait tout pour. Les Catalans, une majorité hétéroclite au parlement de Barcelone, n’avaient qu’une vague émotion de colonisés, qu’un désir flou de séparatisme. Ils n’ont rien fait pour , rien fait pour défendre leurs élus et leurs institutions contre le gros bétail franquiste corrompu de Madrid Rajoy. Et leur chef foireux s’est barré à Bruxelles. Du mou, du très mou. Trois petits tours et puis s’en vont.
 
Comme les Écossais, qui se sont laissé imposer le Brexit par les Anglais sans moufter, comme les Québecquois et les Tahitiens, qui ne savent pas trop ce qu’ils veulent, un indépendantisme en forme de folklore.
 
En novembre 2017 en Nouvelle-Calédonie c’est pareil, ce n’est plus qu’une chorégraphie, une sorte de ballet complexe, un spectacle, l’Independence Dance, « Independance » en tournée mondiale, un coup en show à Paris, un coup à New-York, un coup à Nouméa.
Les vraies démarches, sang et violences, qui ont fait avancer les choses c’est Machoro et Ouvéa. Il y avait encore des colons alors, des vrais des durs, il y avait encore un idéal kanak, une cohésion kanak, une homogénéité kanak. Trente ans plus tard c’est fini, la communauté kanak a évolué puissamment et diversement. Hétérogénéité géographique, sociale, culturelle et politique. Éclatement et cloisonnement du groupe. Un mot d’ordre unique, fort et dense, ne sortira plus et ne viendra plus de ce patchwork composite et disparate qu’est devenue le peuple autochtone.
La scène de gens d’Ouvéa éméchés emmerdant des touristes japonais un midi de cette semaine place des cocotiers et traités de « bons à rien d’Iaai » avec un profond dégoût par un spectateur Lifou de cette scène révèle bien cette disparité et cette indépendance en interne des différents éléments du groupe kanak où la solidarité n’est plus une règle aveugle et une tyrannie absolue.
 
Maintenant un attentat très ciblé ne demandant que quelques acteurs, avec victimes collatérales, pourrait-il déstabiliser, enclencher des réactions en chaîne et réveiller les passions anciennes ? Même pas sûr. Les événements de Saint-Louis de 2016-2017 ont fait long feu eux aussi. Le bois de l’indépendance radicale est mouillé, ça ne prend plus.
Dance, dance, dance, indepen-dance only !
 
VALEURS DU SPORT, VALEURS OCÉANIENNES… #JaiUnDoute
33
 
Le coup de pied du footballeur Patrice Evra dans la tronche d’un supporter et la constance de ces supporters à payer très cher des abonnements dans les stades pour se faire taper dessus ou pour se taper entre eux démontrent que le sport promeut et développe autant les valeurs humanistes que l’autonomisme-indépendantisme promeut et développe les belles valeurs océaniennes et chrétiennes en Nouvelle-Calédonie-Kanaky, dans des domaines aussi variés que la délinquance, la protection de la nature, le respect des femmes, la sécurité routière, la tolérance, la sobriété et la tempérance etc…

INDEPENDENCE DAYS DIARY OCTOBRE 2017

oct

***

DIMANCHE 1er OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

1

Le dimanche soir c’est déjà pas drôle, donc le dimanche soir faut vraiment éviter de regarder les Caledonia conférences sur Caledonia TV, ça peut être fatal, surtout si on n’a pas le moral, si on est un peu dépressif, que ça parle des coutumes de bonjour à Hienghène ou à Canala ou de l’économie de demain en Kanaky, attention, ça peut être le spleen de trop. Même les enterrements sont plus gais. Au mieux c’est l’arrêt de maladie et la visite chez le médecin lundi matin, en grossissant encore les queues des abonnés au toubib du lundi devant tous les cabinets de généralistes, au pire ça peut être mortel.

L’amer Michel s’amuse quand même beaucoup quand on lui pose des questions : hilarité devant les interrogations de Martine Cornaille sur la dette de la Province Sud envers VALE, sourire sarcastique face à la demande de discussion sur l’indépendance de l’ex candidat Jean Creugnet de l’UNI-PALIKA ex ami de CE, rictus moqueur en entendant Gael Yanno demander que l’ONU retire la Calédonie des pays à décoloniser.
Langue de bois constante face à Valérie Jauneau ce soir à la télé, qui a bien tenté quelques questions petinentes, quand même, juste une fois, pas deux, quand la réponse est à côté, évasive ou fantaisiste. Tout le monde ne peut pas être Élise Lucet ou Jean-Jacques Bourdin et NC1ère est loin de ressembler à Cash Investigation…
Le feu ? Il faut que les Calédoniens « prennent conscience », comme pour les accident, ©Ligeard. L’inscription automatique des natifs ? « On discute ». Quand, où ? « Entre nous ». Le gouv ? « Les Républicains Calédoniens veulent des avantages. » Lesquels ? « Euh… des postes ». Deladrière à la présidence ? « On discute pas avec un groupe de six. » Vous discutez avec les indépendantistes ? « Nous en parlons. » La dette de VALE ? « La Province Sud doit rien, PROMOSUD doit tout. » La délinquance . « On a fait… on a fait… on a fait… On va faire un réseau. » Les pilotes ? « Ils nous prennent en otage ». Les six de Backes ? « Ils font du chantage ».
Otage et chantage seraient les deux mamelles de l’amer Michel ?

Plus jolie à voir, Marlène Schiappa, la ministre de l’égalité homme-femme de Macron propose un truc utile et courageux contre le harcèlement de rue et d’espaces publics contre le femmes, loi et pénalisation, à faire utilement et courageusement aussi en Calédonie d’ailleurs. La gauche lui tombe dessus parce que ça pénaliserait surtout certains lieux, certaines cultures et certaines communautés. Ça « raciserait », c’est nouveau, ça vuent de sortir, quoique… Et si on décolonisait aussi la France ? Et si Wamytan et Yanno allaient défendre la décolonisation de notre doulce France devant le comité des 24 à New-York ?

La télé NC1ère nous sert presque trois quart d’heure au journal d’hier soir sur le SILO de Poindimié dont je sais, certes, qu’il intéresse des millions de gens très divers, qu’il est ouvert sur le monde et les autres et contraste avec l’entre-soi et l’auto-congratulation, qu’il promeut des œuvres fantastiques, qu’il est évidemment le contraire d’une bonne occasion de voyage, de bouffe et d’hôtel, mais elle n’accorde que trois quart de seconde aux élèves ayant monté une très belle et très populaire fête de la science au collège de Boulari ce samedi, où des classes de quartiers pas toujours faciles ont fait des réalisations étonnantes et ont remporté de nombreux prix : 1er prix du public pour une 4ème de Rivière Salée, 1er prix scientifique pour Yaté, 2ème pour le collège des Portes de fer, 3ème pour Kaméré.
Pourtant c’est pas faute d’avoir envoyé micros et caméras sur place ! RFO n’aime pas la science, les élèves, les quartiers difficiles ?

***

LUNDI 2 OCTOBRE 2017
(Independence days Diary)

2

L’AMI NANARD
ou l’étrange goût des Rép-Cal pour le sucré-sucré

Backes, Blaise et la bande nous font une crise pour avoir Deladrière à la tête du gouvernement. Tout sauf Germain, qu’ils disent. Un Nanard sinon rien. I <3 Bernard. Moi j’veux bien mais franchement y’a quoi de mieux dans le Nanard en gelée rumpiste par rapport au Germain au chocolat ensemble ?!
À la limite je préfère encore le Germain au cacao noir que le Bernard au miel.
Moi, une petite cuillère, une minute sur RRB et je renvoie !
Vraiment faudrait que les Républicains Calédoniens expliquent un peu à la population, plus germaniste et nanariste, ce goût pour le sucré-sucré qui les enivrait déjà au temps de leurs suaves dégustations de Yanno.
La ligne économique Deladrière versus la ligne économique Germain ?!!! Si Nanard avait une autre ligne que celle du disque de la voix de son maître dont il suit le sillon en 78 tours depuis des lustres, ça se saurait, ça se verrait !
Je demanderais bien à l’amie Sonia Caouette mais elle me fait la tête / Qu’a Caouette ?

L’AMI NAKY

L’ami Naky
M’dit des vacheries
Qu’a Naky ?

La p’tite Nabis
M’fait des caprices
Qu’a Nabis ?

Mam’zelle Nala
M’cause du tracas
Qu’a Nala ?

Le p’tit Rjacking
Me porte la guigne
Qu’a Rjacking ?

Monsieur Yassage
Me pète la rage
Qu’a Yassage ?

LA MIMI CHEL

« Philippe Michel certainement l’orateur le plus clair de la classe politique actuelle. Un don de synthèse et de clarté. »
Pas mal, non ?
Comme j’aimerais encore pouvoir dire et publier sur tweeter des trucs comme ça ! 🙁 Comme j’aimerais pouvoir encore voir autre chose dans tout ça que de la drogue de synthèse et de la langue de bois synthétique !…

***

MARDI 3 OCTOBRE 2017
(Independence days Diary)

22195737_1864052563609670_7628504678913095308_n

tweet : Retour chez Whirlpool. Belle réussite, bel accueil. Deuxième moment fort de la geste Macron. Ils veulent quoi d’autre les vieux dégagés ?

(La première fois il y avait démoli la vieille Le Pen, la seconde il y a damé la truffe insoumise Ruffin.)

***

CALEDONIA SORIES (5 octobre)

4

Une très belle photo de Laurent Penvern, qui me touche et que j’aime pour des raisons assez claires et explicites, mais qui charme et retient aussi par des voies plus mystérieuses. Un peu comme toujours en art et en amour…

5

Impossible de ne pas la rapprocher de celle-ci. Ces images transcendent les écarts et les distances et se rejoignent dans l’humain universel.

***

JEUDI 5 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

6

Sixième mois sans eau en Calédonie. On a du mal à se souvenir comment c’était la pluie, la boue, à quoi ça ressemblait un nuage, une averse…

Nos chers rois du RUMP, Frogier et Santa, s’extasient et se pâment devant la réélection sans surprise de Larcher à la tête du sénat. Après Sarkozy touché coulé dans les flots présidentiels, ils ont un nouveau « phare », pas très différent en hauteur, mais beaucoup plus imposant en largeur. Ceci dit moi j’aime bien Larcher, il est normand, il vient de l’Orne, il est né à Flers, son père était maire de Saint-Michel-des-Andaines. Ça m’suffit, pas besoin d’en faire un phare !

Entre Germain et Deladrière franchement je ne vois pas la différence. C’est vraiment pas une raison pour bloquer indéfiniment le gouvernement, surtout quand on a déjà validé cette plateforme à la tête du congrès. Une opposition cohérente exigeait de ne pas voter là-bas pour Santa et ses amis. Là ça donne trop l’impression de chercher le buzz pour encore un peu exister.
La sortie de l’impasse va être hard pour ceux qui vont en sortir à reculons. Honte au Palika si il vote pour Germain après s’être fait tant maltraité par Gomes à travers Louis Mapou. Honte aux Rép-Cal s’ils votent pour leur bête noire Germain. Honte à CE si ils intervertissent Germain et Deladrière. Seul l’UC et Le RUMP ne risquent ni la honte ni le déshonneur dans cette histoire. Ben ouais… évidemment…

Les Espagnols, qui sont toujours en retard d’une guerre civile, songent à inviter Tjibaou, Lafleur et Rocard à Madrid et Barcelone pour arranger leurs problèmes et trouver un accord. Il faudrait leur dire que leur carnet d’adresses n’est pas à jour non plus. Christnacht leur aurait envoyé un certificat de vie et leur aurait proposé ses services… Il a déjà un préambule tout prêt !

Entre le pouvoir quasi franquiste de Madrid, avec son grand couillon de roi, et les gauchistes surexcités et minoritaires catalans, je serais bien con de choisir. De toute façon je déteste la corrida, les castagnettes, le flamenco, les gitanes, les machos ténébreux, l’accent latino, la Revolución et j’en passe… donc je passe.

Qu’on ne me demande pas non plus de classer dans la poubelle la chasse, le foot, la corrida, le tatouage, les concours de miss et missette, Aircalin, le FN, Mélenchon, les armes… Pas de tri sélectif, tout ça se vaut dans le rien, ou plutôt ne vaut rien.

Le tireur de Las Vegas, avec ses 47 fusils, essayait peut-être d’égaler le nombre moyen d’armes détenues par habitants en Nouvelle-Calédonie, défendus au demeurant par un député au nom de l’identité culturelle (!). Il en était encore loin…

La coutume et le pouvoir coutumier ont vraiment une grande importance et une grande utilité en Nouvelle-Calédonie. Ils permettent de trouver rapidement un consensus océanien et un président pour tous au sénat. Ils permettent d’instaurer un ordre clair et authentique dans l’état civil coutumier. Ils permettent de résoudre tous les conflits fonciers et claniques et d’éviter les violences. Ils permettent d’amener les jeunes à la raison et à renoncer à la drogue, à la violence et à la délinquance. Ils permettent d’amener les adultes à la sagesse et de les écarter de l’usage du feu, des écobuages, des armes et de l’alcool. Ils permettent de conduire les hommes à plus de justice, de respect, d’égalité et de douceur envers les femmes. Comment pourrait-on se passer d’une telle institution ?!

La France Insoumise de Mélenchon et le Front National de Le Pen ont de nouveau fait leur jonction, à l’Assemblée Nationale, contre l’Europe et son drapeau. Marine et Garrido la même rage, Méluche et Jean-Marie la même haine.

Entre la grève des pilotes d’Aircalin, des chauffeurs de Karuïa, des docteurs du Médipole, comme un air de famille, comme une ressemblance, mais laquelle ?! Ah oui !!! Nos milliards !

Ceux qui traitent les politiques de « Tous pourris » sont vraiment bêtes et ignares ! C’est injuste et simpliste ! Il existe au moins 50 nuances de décomposition dans ce monde et les Fifty Shades of Crade vont progressivement du gâté jusqu’au putride : blet, moisi, tourné, piqué, abîmé, altéré, décomposé, corrompu, faisandé, véreux, fétide, putréfié. On a le choix pourtant, donc affinons l’analyse des fruits jetés dans le même panier…

***

VENDREDI 6 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

8

Aircalin nous bombarde de pub pour ses merveilleux « vols » à la télé, à la radio, dans le journal et même sur Internet et sur Youtube.
Je comprends pas bien. À quoi bon faire de la pub quand on est seul en situation de monopole dictatorial ?! Soit c’est con soit c’est tordu, soit les deux.
C’est un peu comme si Kim Jong-un lançait une campagne de publicité sur sa télé d’état coréenne pour la seule compagnie autorisée en Corée du Nord : Air Koryo. « Voyagez Air Koryo, goûtez Air Koryo, comparez nous sommes uniques, un service unique, des prix uniques, une expérience unique ! »
La fille de la pub a l’air câline et semble nous inviter et nous entraîner vers des câlins internationaux, mais au final on se fait juste dépouiller et on se retrouve à poil et sans…câlin !

À Hienghène c’est un peu Lévy contre Goaliath en ce moment, André contre Daniel, Palikadavid contre UCgoliath. L’indépendance Kanaky nous promet des combats bibliques, des luttes titanesques ! Appelez Hollywood !

À Santo cette semaine, pour aider les 12 000 réfugiés de l’île d’Ambaé en éruption, les Papous et leur armée sont-ils revenus donner la main aux Vanuatuans comme ils l’avaient fait en 1980 quand ils avaient prêté main forte, et même très forte, à la répression du jeune état Vanuatu de Walter Lini contre la population de Santo qui voulait majoritairement rester prospère, libre et française, à la manière de Mayotte ? Eux et leurs copains si forts en gueule du Fer de Lance vont-ils revenir aider leurs frères comme les Français et les Anglo-saxons le font en ce moment ? Ceci dit si c’est pour revenir avec un comportement violent exacerbé à l’égard des gens de Santo, avec une consommation d’alcool excessive et redoutable, avec des pillages et des agressions, avec des passages à tabac des francophones, avec des tirs au hasard dans les tribus au cours des patrouilles pour montrer qu’ils étaient les plus forts, les soldats papous peuvent rester chez eux.

Grèves des pilotes quand c’est pas celle des contrôleurs ou des autres, « bordel » (comme dit Macron) dans tous les systèmes de bus de ville et de brousse, nouveau réseau de transport en commun pharaonique qui va finir de paralyser la ville, compagnie aérienne internationale en monopole abusif, compagnie aérienne locale et aérodrome en doublon et en gaspillage, en grève, en rade ou en panne une fois sur deux, bateau inadapté fuyant Ouvéa, marchant sur un moteur un voyage sur deux, cargos qui s’écrasent connement sur les récifs, effectifs pléthoriques, tarifs en or, rentes de situation, taxis qui vont juste là où ils veulent, quand ils veulent, car Joe le taxi, Y va pas partout… : quelle est donc cette malédiction qui pèse sur les transports en Nouvelle-Calédonie ???!!!

***

SAMEDI 7 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

9

IDENTITÉ CALÉDONIENNE
ou VIVRE TOUS ENSEMBLE À LA CALÉDONIENNE

La question que Edouard Léoni pose sur la table, sur le Net, sur les plateaux, sur les ondes, depuis plusieurs mois à propos de l’identité calédonienne mérite d’être examinée et débattue.

Les difficultés et les équilibres au sein des groupes humains relèvent davantage du culturel et du psychologique que de l’économique et du juridique. Pour un pays, les maux de l’âme sont plus graves que ceux du ventre et du corps, y compris et même surtout en Nouvelle-Calédonie.

J’ai déjà dit à Edouard Léoni que j’avais beaucoup de mal avec la notion d’identité collective. Identité d’une personne, d’un individu, d’accord. Mais parler d’identité à propos de dix, cent, mille, cent mille membres d’un groupe revient à considérer que ces individus sont identiques et clonés, ce qui est toujours réducteurs et faux.

Par contre on peut souvent distinguer des habitudes partagées et des constantes plus ou moins fortes au niveau des éléments psychologiques et culturels d’une famille, d’une société, d’un peuple. Si ces éléments sont assez nombreux, particuliers, marqués et constants on pourra parler d’une culture distincte, à part entière, pour le groupe observé.

En nouvelle-Calédonie, deux communautés seulement répondent encore à ce critère d’une masse d’éléments culturels nombreux, particuliers, marqués et constants partagés par leurs membres, et maintiennent donc jusqu’à présent une culture : les mélanésiens et les wallisiens, qui vivent encore davantage leur culture qu’ils ne la disent et la folklorisent, le discours et le folklore étant les indices de l’agonie et de la mort d’une culture.

Parmi les autres habitants de Nouvelle-Calédonie et au sein de ce qu’on appelle encore les « ethnies » dans sa population, ces éléments culturels communs sont trop rares, trop clairsemés, trop affaiblis, trop variables, trop inconstants pour qu’ils puissent encore constituer des cultures. Les manifestations obstinées d’affirmations culturelles dans toutes les foires et fêtes, dans tous les spectacles scolaires, dans toutes les productions artistiques, à grands coups, de chemises à carreaux et de lasso, de robes à fleurs et d’ukulélé, de gamelan et de dragons, de séga et de biguine, ne sont que folklore et certificats de décès des cultures concernées et ne font que diviser stérilement sans rassembler sur un culturellement vivant et réel en devenir.

En effet, au-delà de ces démonstrations artificielles et stériles, au-delà des cultures kanak et wallisienne, authentiques mais en sursis et isolées voire autistes dans le monde calédonien, au-delà des incantations politico-culturelles de ces dernières années qui nous ont décrété et imposé des « valeurs » dans une charte-catéchisme que l’actualité dément tous les jours, ils serait intéressant et utile de reconnaître et définir les véritables habitudes de vie et les véritables penchants culturels et psychologiques calédoniens qui nous animent tous, vraiment tous, indistinctement, au-delà des absurdes cloisons ethniques et identitaires.

La chasse, la pêche, le sport, la coutume, le drapeau kanaky, le rodéo, l’autorité des anciens, l’accueil, le lien à la terre, la foi chrétienne etc… ne sont pas et ne peuvent pas être ni des données réelles, ni des traits distinctifs, ni des éléments largement partagés ni même des valeurs d’une culture calédonienne.

Les Calédoniens à l’extérieur, les étudiants en exil, les citadins locaux et les broussards ou îliens qui se croisent, savent ce qui les rapprochent, se reconnaissent immédiatement et instinctivement en se reconnaissant des traits communs simples et réels : un rythme apaisé, un contact familier, confiant et rapide, du rire immédiat et explosif, une spontanéité simple, de la générosité sans calcul ni mesquinerie, le goût de la nature, le sens de la famille élargie, des repas abondants sans compter les invités et les dépenses, une fierté d’être et d’être ici…

Cette approche, cette honnête et sincère reconnaissance mutuelle de nos rythmes et de nos affections, propres au pays, débarrassée des shows et mensonges folkloriques, ouvrirait, je le crois, la porte à cette culture calédonienne globale et à ce sentiment d’appartenance générale que Léoni appelle de ses vœux.

***

LUNDI 9 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

10

CHINOIS

Assez paradoxal que notre « chère » Aircalin et notre « cher » gouvernement fassent des ronds de jambes aux Chinois et les invitent ardemment à nous visiter par milliers depuis Shanghai et Hong-Kong et q’en même temps on chasse et pourchasse avec hystérie et maladresse le moindre bateau chinois attiré par nos côtes. Les responsables calédoniens essaieraient-ils de s’initier au fameux « en même temps » macronien ?

CHOISIR

Quand on nous dit « Merci d’avoir choisi Aircalin » à la fin d’un voyage, c’est du cynisme ou du cynisme ? Merci d’avoir choisi l’OPT, merci d’avoir choisi l’OCEF, merci d’avoir choisi Biscochoc, merci d’avoir choisi notre papier Q, merci d’avoir choisi notre plateforme, merci d’avoir choisi notre sénateur, merci d’avoir choisi votre destin. « Choisir est-il accepter la fatalité ? » prochain sujet de philo au bac local calédonien en novembre, vous avez quatre heures.

LR

Laurent Wauquiez a clairement annoncé que son parti Les Républicains ne s’allierait jamais avec le Front National et Marine Le Pen a tout aussi clairement déclaré que la page d’un dialogue avec LR était définitivement tournée. Wauquiez a raison, sa logique n’est pas l’alliance avec le FN, elle est de le tuer, de le manger et de le digérer. Même si la ligne des Wauqiez, Baroin, Sarko, Fillon a peu de différences avec celle de Macron, il faut qu’ils se droitisent et se FNisent pour ne pas être dissous dans LREM et pour continuer d’exister en siphonnant le FN. L’objectif de Wauquiez est de décrocher un par un tous les électeurs du FN et de se les récupérer. Après la démonstration d’incompétence économique crasse, de fragilité psychologique et de mauvaise gestion de ses troupes que Marine Le Pen a administrée aux Français pendant la campagne et l’après-campagne, cette récupération de l’extrême droite est jouable si Wauquiez s’y prend bien.
Ce qui est étonnant c’est que les caciques des Républicains en Nouvelle-Calédonie, Frogier, Santa… ont fait et font encore tout le contraire. Au lieu de se droitiser, voire de se radicaliser, comme en métropole ils se sont alliés avec un centre gauche, « Calédonie Ensemble », plus macroniste et valsiste que « à droite toute ». Ils ont même brutalement rejeté les nombreux lepénistes et la tendance frontiste largement partagée en NC. Et ils ont diabolisé et excommunié les très droitiers Républicains Calédoniens, auto proclamés patriotes, ainsi que leur électorat. Un Wauquiez n’aurait pas fait ça. Une démarche inverse aurait sauvé et revigoré le vieux RPCR, aussi usé et cacochyme que son leader. La disparition du RUMP des radars, sa transformation en phénomène illisible et mineur et sa dissolution dans CE avec cette plate-forme contraire aux options de sa formation-mère sont le prix d’une réélection au Sénat. Saborder un parti historique contre 6 ans de plus au palais du Luxembourg, la facture est quand même salée…

DANSE DU VENTRE RÉPUBLICAIN CALÉDONIEN

Une autre incohérence politique c’est l’humiliante mendicité politique que manifeste le groupe des six élus Républicains Calédoniens en face des élus de la plateforme CE-RUMP qui les hait et les insulte toutes les heures depuis des semaines et des semaines. Faire la danse du ventre devant des Frogier, Gomes, Germain, Michel, Yanno, Deladrière, Ligeard, Ruffenach qui font entre eux des concours de crachats et de vomis sur les six danseurs du ventre de la troupe de Sonia Backes a quelque chose de dégradant et de pathétique. Si j’étais un sympathisant ou militant de Blaise, Backes ou Lafleur j’aurais honte de ce qu’ils font et honte de mon appartenance à l’une ou l’autre de leur formation, c’est déshonorant. S’ils considèrent que la reconduction de Germain est vraiment grave et néfaste, inutile d’aller supplier leurs adversaires et d’aller mendier des rendez-vous et des discussions. Qu’ils restent chez eux et se taisent, en attendant que les coincés de la plateforme, seuls responsables par leurs manœuvres, leur morgue et leur mépris de la colère conjointe du FLNKS et des loyalistes exclus, viennent vers eux avec des excuses et des propositions.

PARADIS

« Le paradis c’est le vent qui souffle entre les oreilles d’un cheval » nous cite un jeune ministre qui semble confondre son métier avec celui de jockey. Dans la série les tartes à la crème soulantes, on connaissait l’île la plus proche du paradis, le paradis qui n’est pas loin et même qu’il faut pas passer à côté, mais Adam et Ève et l’Eden entre les oreilles d’un canasson c’est nouveau, ça vient de sortir. En tout cas, « L’air du paradis », pour reprendre exactement le proverbe arabe, ce n’est certainement celui qui circule dans le grand espace vide entre les oreilles des politiciens…

***

MARDI 10 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

11
LA KANAKY N’EST PAS LOIN, NE SHOOTEZ PAS À CÔTÉ :
SPORT, INCOHÉRENCE ET INDÉPENDANCE

« Soyez fiers d’être Calédoniens, chantez l’hymne avec la main sur le cœur et qualifiez-vous pour les huitièmes de finale. Comme ça je pourrai vous rejoindre ! » a déclaré comme dans les contes de fées le président de la fédération calédonienne de foot à ses poussins minikeums minifooteux en partance pour la Coupe du monde des moins de 17 ans en Inde.

Raté : foutus, balayés, nettoyés, astiqués.

« Ce match, c’est un pas sportif vers l’indépendance » a affirmé pour sa part Christian Karembeu, l’idole des musclés, le modèle idéal de notre belle jeunesse, grand investisseur de ses bénéfices en Calédonie pour son progrès et le bonheur de tous, grand contribuable sur sa fortune pour la solidarité nationale… surtout suisse, sans trop chanter d’hymne, c’est pas son truc, même en service chez les Bleus, sans trop se mettre la main sur le cœur, ou alors juste un doigt, vers la France…

C’est pas très cohérent tout ça quand même, non ? Je me suis toujours méfié du sport, et de ses effets désastreux, sur le corps, le mental et la morale. J’avais raison.

Pas très cohérent non plus d’envoyer une équipe locale contre la France, avec 30 millions de subventions d’argent public, pour aller se faire ridiculiser à l’étranger, comme des étrangers, au lieu d’envoyer les meilleurs de ces jeunes footballeurs calédoniens, s’ils sont si bons, dans les rangs de cette équipe de France, pour participer vraiment, pour jouer vraiment, pour espérer vraiment une place honorable voire un succès, pas pour faire seulement de la figuration et une lamentable démonstration politique, triplement pitoyable puisqu’elle implique et dégrade la Calédonie, le sport et les jeunes.

Quoique… Karembeu a sans doute raison en même temps. Le référendum contre la France sera « la suite logique » de ce match contre la France de ce « pas sportif » pas sportif du tout, c’est logique, c’est cohérent, d’un certain point de vue, d’un point de vue pas sportif mais pourtant très partagé en Nouvelle-Calédonie par les sous-musclés du cerveau puisqu’on n’a entendu personne trouver tout cela incohérent et révoltant. « Un petit pas en arrière pour le sport, un grand pas en avant pour l’indépendance », nous dit en substance notre Chrichri Neil Armstrong Karembeu « national » de la planète foot, ou en d’autres termes, « La Kanaky n’est pas loin, ne shootez pas à côté ! ».

Ceci dit, si la France gagne encore à 7 contre 1 l’an prochain en novembre au référendum, faudra que Christian trouve une autre « suite logique » et un autre « sens de l’Histoire » et faudra aussi éviter de renouveler ce genre de bêtise peu sportive…

« Foot – Mondial U17 : la France écrase la Nouvelle-Calédonie » ont titré tous les journaux, toutes les radios, toutes les télés. D’ici à ce que Wamytan aille pleurer à l’ONU que même en sport la France coloniale s’obstine à écraser et humilier la Kanaky, y’a pas loin !

***

JEUDI 12 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

12

LES MÉDECINS AU POUVOIR !

« L’administration devrait être au service des médecins et pas le contraire. »
« L’administration n’est pas là pour nous donner des ordres. »
« Il va falloir que les médecins reprennent le pouvoir qu’ils avaient (…) et que ce ne soit pas les administrateurs qui prennent le pouvoir comme ils font. »
Pascale ROUAU-BRUZY, NC1ère, 11/10/17.

Ah bon !!!

Moi je croyais que l’administration hospitalière émanait des pouvoirs publics et des institutions qui eux-mêmes suivent les choix et directives des élus, qui émanent pour leur part de la volonté populaire et du vote démocratique des citoyens.
Et bah non. L’administration, les pouvoirs publics, les élus, les institutions, les citoyens, le peuple doivent être au service des médecins et obéir à leurs ordres.
— Et Les malades ?
— Les malades pareils ! Ils sont au service des médecins ! Et ils ont intérêt à ne pas la ramener, sinon grève des soins ! Ils sont prévenus.
— Et la CAFAT en faillite ? Et la Calédonie en crise ? Et tous les boulons qu’ils faut resserrer, que les administrateurs resserrent à la demande des élus, y compris dans la santé ? Et Les ceintures que chacun doit se serrer ?
— On s’en fout ! La faillite doit être au service des médecins !

En écoutant les aimables propos de cette douce et gente dame à la télé hier soir, je me disais que la Calédonie en manque de chef de gouvernement avait trouvé là la personne idéale pour dompter les petits et petites ministres et pour prendre le pouvoir dans le pays après l’avoir restauré dans l’empire de la santé…

REVENDICATIONS OBSCÈNES
ou LE PORNO ÉCONOMIQUE CALÉDONIEN

Il n’y a pas que les rois de la médecine qui veulent imposer leur État dans l’État. Les pilotes et les contrôleurs, la bande d’AIRCALIN, les chauffeurs et leurs licence en or qui se rêvent tous en « Homme qui valait trois milliards », trente millions pour la balade d’une équipe de foot qui a déjà fait sécession avec la France, trente millions pour une étude sur les métaux dans l’environnement dont la responsable annonce « qu’on ne peut pas dire grand chose finalement », le cinéma de Backès pour imposer le Deladrière défenseur des cent gros patrons et des cent gros abus contre le Germain défenseur des mille moyens patrons et des mille moyens abus, autant de petites principautés déjà indépendantes et autant d’exigences obscènes et choquantes qui permettent aux Calédoniens de faire l’économie du porno. S’ils veulent vraiment avoir du hard, du grossier et de l’indécent, inutile d’aller sur sur Youporn, NC1ère et ses invités sans complexes font très bien l’affaire.

***

VENDREDI 13 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

troie

CHEVAL DE TROIS

La coutume, les langues et l’ONU sont les trois pattes du cheval de Troie poussé dans la Nouvelle-Calédonie par les indépendantistes… sous les applaudissements et les remerdes assiégés !

REDUCTIO AD « RENTRE CHEZ TOI »

En Calédonie-Kanaky la Loi de Godwin s’exerce aussi mais la reductio ad Hitlerum a été tropicalisée en « Rentre chez toi ». Le fait de réduire son interlocuteur à Hitler ou aux nazis dès que tout autre argument fait défaut dans un débat se traduit localement par un « Rentre chez toi !!! » en guise de répartie quand le débatteur est en manque de répliques autres. La loi de Godwin calcule la rapidité de cette réponse radicale en fonction de la durée de la conversation.

VENDREDI MÉDIAS

Entendu Pascal Vittori ce midi au micro d’Élisabeth Nouar sur RRB. Avec un débit d’eau tiède aussi puissant je me demande pourquoi Pascal n’a pas proposé de mettre son talent au service de sa commune. Il pourrait alimenter en eau javellisée à 20 degrés constant une piscine municipale à Boulouparis rien qu’en faisant un petit discours chaque jour là-bas. Ou bien chauffer les maisons du village en remplissant de la douce chaleur liquide de ses propos les tuyaux d’un système de chauffage central communal pendant la saison fraiche.
Une telle richesse inexploitée c’est gaspillé !
à NC1ère-la radio pendant les vacances scolaires en tout cas. On supprime tout. Le club de la presse du vendredi midi, avec Poisson, Dutailly, Souche et quelques autres, qui est le seul truc intéressant sur RFO, est supprimé. Vacances on oublie tout au Mont Coffyn et surtout les auditeurs. RFO doit dépendre du ministère de l’éducation nationale…

MACRON

Macron poursuit son chemin au pas de charge. Le code du travail c’est fait. Des prix normaux pour les paysans c’est fait. Mettre au pas l’armée c’est fait. Remettre l’éducation nationale à l’endroit c’est fait. L’assurance chômage et la formation continue exploitée par des syndicats squelettiques ça va bientôt être fait… Ben voilà ! La vieille droite et la vieille Calédonie voient bien tout ça mais ça leur ferait mal au… Fillon de reconnaître que c’est bien.

KOMMUNES

Hienghène, Ouegoa, Poum… presque toutes les communes indépendantistes sont en guerre intestine. Ça promet…

PORN’ HOLLYWOOD

Le monde du cinéma, des médias et de la télé m’impressionne et m’intéresse aussi peu que celui du sport et celui de la politique. C’est dire ! Une émission ou un film intéressant sur mile, ou dix mille. Des productions de merde et surtout des producteurs de merde. Et pas seulement le désormais célèbre Harvey Weinstein, inconnu par nous tous jusque là mais connu comme un porc notoire par le milieu et la société du spectacle. Le cinéma, la télé et les médias sont un monde de chiens et de porcs pourris au départ et sur-pourris par l’argent, c’est pas nouveau, un monde où la femme est posée en objet maquillé, en potiche exposée, en mannequin creux, en article en vitrine, en appât. C’est su, c’est vu, c’est dit, c’est connu. Mais alors pourquoi les filles et les femmes se précipitent-elles toujours vers ce bordel immonde, vers cette bauge infecte ???!!! Pourquoi tous les sachants et tous les puissants des sociétés entretiennent-ils et protègent-ils ce cloaque puant ???!!! Les démocrates américains par exemple, les journaux dits progressistes, les Clinton, les Obama, toujours prompts à donner des leçons. Hein pourquoi ? Le harcèlement et les violences à l’égard des femmes, les grandes muettes que sont l’armée, le sport, l’entreprise et la politique, aussi complaisantes et complices que le showbiz font partie du même problème : dénis de réalité, affaires étouffées, victimes achetées, bâillonnées ou écartées.
Et les beaufs du café du commerce de continuer à faire des blagues bien grasses sur les gonzesses et les meufs…

KATALOGNE ?

16

La Catalogne s’y prend à peu près comme la Kanaky pour imposer sa sécession, et dans les mêmes conditions :

1) situation dans un état riche, civilisé, démocratique (l’Espagne, la France).
2) position de région dynamique et prospère (économies de la NC et de la Catalogne).
3) respect, liberté et égalité des citoyens de ces régions comme pour tous les citoyens des autres régions (droits des Calédoniens et des Catalans).
4) exploitation d’un communautarisme culturel flou et passéiste comme levier politique.
5) situation minoritaire de cette culture revendiquée dans des régions brassées et multiculturelles.
6) imposition de ces cultures minoritaires au détriment des éléments majoritaires (coutume et langues contre le droit civil et le français, catalan contre le castillan).
7) élaboration de majorités politiques artificielles, opportunistes et hétéroclites (au gouvernement catalan, au gouvernement calédonien).
8) invocation du droit du peuple contre le droit constitutionnel pour forcer les choses (référendum sauvage en Catalogne, charcutage des listes électorales en Calédonie).
9) repliements sur elles-mêmes et auto protections égoïstes et autistes de ces régions (fermeture à la France et aux Français en Calédonie, refus du partage fiscal avec l’Espagne en catalogne).

Je n’ai guère de sympathie pour Madrid, ni pour le très buté Mariano Rajoy aussi borné que Chirac en son temps face aux événements, ni pour la droite espagnole et son usage franquiste de la police, ni pour les caricatures royales que sont le fiston Felipe et son grand couillon de père Juan Carlos grand amateur de safaris et de massacres d’éléphants, mais je n’en ai pas davantage pour les délires communautaires nombrilistes ni pour les séparatistes Catalans pour les raisons précitées, tellement proches du bluff indépendantiste en Nouvelle-Calédonie qu’on pourrait imaginer LKU et le RIN partir à Barcelone, les leaders radicaux de notre Kanaky soutenir les Katalans et le FLNKS envoyer des brigades internationales en Katalogne comme en 1936. Georges Orwell réincarné en Louis Kotra républicain ? André Malraux ressuscité en Madeleine Ounou anti fasciste ?

UNE ÉTUDE À TRENTE MILLIONS PAS TELLEMENT NICKEL CHROME…

conne

J’ai rarement vu et entendu un dispositif à faire du vide aussi puissant que France BAILLY, la directrice du CNRT, avec son étude et son blabla récent sur le nickel et l’environnement. Ce qui est encore plus étonnant c’est tous les plateaux et les micros qu’on lui a offert sans jamais lui demander pourquoi sa mission était aussi vide et inutile.

Francine Baumann m’indique que cette plaisanterie à trente millions, qui souhaite se pérenniser en valse à cent temps ou à cent ans, est financée par différents partenaires: 1/3 état français, 1/3 gouvernement NC et Provinces, 1/3 industriels (Vale, SLN, KNS). Je comprends un peu mieux. Je comprends qu’en tant que contribuable calédo et métro, j’ai financé les deux tiers de cette foutaise et que ce CNRT payé aussi par les boites à nickel ne peut pas davantage les critiquer que les agences du médicament ne critiquent l’industrie pharmaceutique qui les finance. Je comprends mieux aussi pourquoi ces surdoués ont pris l’Île des Pins comme témoins pour « blanchir » la zone VKP. Ben oui quoi, Kunié qui n’a pas d’usine ni de mine est davantage polluée que VKP, donc les usines et les mines sont innocentes, pures, des anges, des colombes ! Sauf que tout le monde sait que l’Île des Pins est latéritique aussi et que les captages et tuyaux d’eau y sont pourris et donc que les analyses y dédouaneraient à coup sûr les industriels.

Sinon elle est quand même rigolote France Bailly. J’ai même eu l’impression que ce qu’elle racontait la faisait rire elle-même !

« En Calédonie on est un peu plus exposé aux métaux. »
Ah oui !…

« On ne peut pas dire grand chose finalement. »
Faut pas dire !!!

« Notre zone témoin a tout brouillé, tout ce qu’on aurait pu montrer. »
C’est ballot !

« C’est le fond géologique qui influe sur la libération des métaux dans l’environnement. »
Ah bon !!! Et ça serait l’eau qui mouillerait et le feu qui brûlerait ?

« Ça on ne peut pas le dire parce qu’on n’a pas de recul. »
Ben ouais, faut une autre étude à 30 millions.

« Ça ne correspond pas à un risque sanitaire avéré. »
Ouf ! C’est les usines de nickel qui ont payé cette étude qui vont être contentes !…

« On n’a pas encore ce niveau d’information. »
On n’a pas le niveau ?

« C’est une première étape. »
Une autre étude, une autre étude, une autre étude !!!

« Maintenant on va savoir peut-être où aller chercher des informations plus précises sur la santé des gens en fonction des niveaux d’imprégnation. »
Ça c’est une phrase valable ! T’as oublié le début quand t’arrives à la fin. Spécial langage expert, idéal pour rapport d’analyse creux…

« Alors pour l’instant c’est pas tellement des recommandations en termes de santé publique qu’on a commencé à émettre mais plutôt des pistes de recherche pour continuer le travail en fait. »
Pas de recommandations puisque tout va bien dans le meilleur des mondes nickelé.

« On peut également faire des études pour voir pourquoi il y a plus de métaux à certains endroits qu’à d’autres. »
Peut-être parce qu’il y a plus de nickel ici que là… Non ? Moi j’dis ça j’dis rien. Vaudrait mieux faire une étude pour dégoter d’autres études à faire et surtout à faire financer…

C’EST IMPOSSIBLE

15

***

SAMEDI 14 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

23

LA LETTRE AU PÈRE NOËL DE SONIA BACKES

Sonia Backes veut un président de gouvernement consensuel, sans conflit, doux, mou, sucré, fondant, pour Noël. Et plus d’impôts, plus d’alcool, plus de violence, plus de dettes. Et puis juste un dernier truc : un pique-nique avec Philippe Michel et une bise sur la joue.

Ben voilà ! On sait maintenant. C’est pas difficile de lui faire plaisir ! Y’a des lettres au Père Noël bien plus compliquées !
Elle veut juste un président Marshmallow dans un monde Marshmallow, c’est tout ! Faut pas la faire attendre. On a déjà c’qu’il lui faut !

***

JEUDI 19 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

 17
***

Vendredi 20 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

OCTOBRE NOIR

Les feuilles mortes se ramassent à la pelle. Octobre qui fait flamboyer d’ocres et de carmins les forêts boréales consume les savanes tropicales. Octobre n’est pas plus tendre avec les humains qu’avec les arbres. Saisons des concerts de couleurs, saisons de cancers et de douleurs, saisons des renoncements et des départs.

Octobre noir où un vieil homme s’en est allé après quatre vingt dix années de certitudes simples et de volonté tenace vers un Fenua céleste incertain en laissant un monde où l’essentiel n’est plus de bâtir sa maison, de nourrir ses enfants et de leur donner sa foi. Regrets, tristesse et sentiment qu’il laisse un vide plus vaste et plus lourd que la foule et les dons qui l’ont accompagné avant hier.

Octobre noir où un jeune homme de vingt ans s’en est allé à toute allure sur une route où on l’avait lancé, projeté, et où on ne l’a pas protégé. Révolte, colère contre la bêtise qui n’a rien vu, rien prévu, rien reconnu pour empêcher la mort d’arriver et de venir le faucher et lui faucher les soixante-dix ans que la vie lui devait. Révolte, colère contre la lâche irresponsabilité qui cachera sous du « dysfonctionnement » et de la « fatalité » les manquements aussi stupides que criminels qui ont transformé ce matin un sport en une course à la mort.

Octobre noir où un vieux pays n’en finit pas de s’embraser, où de vieilles passions n’en finissent pas de brûler, torchères inextinguibles dans le désert et la nuit de l’inconscience, des champs de cendres et des cadavres noircis de bêtes calcinées.

L’image contient peut-être : personnes assises, arbre, plein air et nature
***

SAMEDI 21 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

18

BALANCE TA PORCHERIE

Dans un monde où le cinéma, la photo, la télé, la presse, les médias, Internet, les réseaux, les sites, les clubs, les boites, la mode, le luxe, la politique, le pouvoir ne forment plus qu’une grande surface aussi close que les maisons où la femme est mise et se met parfois elle-même en rayon, en vitrine, se posant et s’exposant comme objet à décorer, à exhiber, à examiner, à reluquer, à compulser, à prendre, à essayer, à reposer, à reprendre, à emporter, à rapporter, à acheter, à utiliser, à user, à prêter, à vendre, à revendre, à échanger, à troquer, l’affaire Harvey Weinstein, le gentil démocrate, le brillant producteur, est aussi incongrue qu’hypocrite, tout autant que le sursaut puritain dénonçant quelques porcs sans dénoncer et sans avoir jamais dénoncé la porcherie occidentale et son odieux système de marchandisation des femmes, sans dénoncer et sans avoir jamais dénoncé la porcherie musulmane et son violent système de déshumanisation des femmes.

Sursaut puritain tardif plutôt issu d’une dénonciation vengeresse d’un Weinstein qui n’a pas produit tel film ou choisi telle actrice que d’une sincère révolte vertueuse, au demeurant…

Il est bien plus commode d’amalgamer tous les hommes en porcins et tous leurs désirs en cochonneries et de tout balancer sur Saint-Ternet que de trier et dénoncer les vrais salauds et les saloperies réelles : celle d’un capitalisme de plus en plus porno et putassier (1) et celle d’un islam de plus en plus radical et misogyne (2), aussi insupportables et intouchables l’une que l’autre. La saloperie aussi de la complicité de ceux qui savent et se taisent. La saloperie encore de la servitude volontaire de celles qui savaient et se sont tues en montant librement dans la chambre d’un porc producteur en peignoir alors que les hôtels ont tous des salons privés dédiés aux réunions professionnelles et au travail. Ces dernières, hélas trop nombreuses dans de trop nombreux secteurs, arguent souvent qu’elles n’avaient pas le choix pour réussir dans le cinéma, la mode, les médias, le spectacle… On a toujours le choix de résister au mal et aux mauvais. « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux », a dit La Boétie. « Weinstein est une ordure mais il y a beaucoup d’ordures qui ont rendu possible ces ordures ou qui rendent possible ce genre d’ordures », a ajouté Onfray cinq cents ans plus tard. On peut réussir autrement qu’en se soumettant, autrement qu’en devenant une image, une apparence, une tête d’affiche, autrement qu’en validant et pérennisant un système creux, pourri jusqu’au cœur sous les apparences, les fards et les paillettes.

Ici et maintenant aussi, dans cette Île aux esclaves tropicale évoquant celle de Marivaux, c’est le peuple qui délaisse aussi sa liberté, et non pas le tyran qui la lui prend. Ici et maintenant aussi, les hommes non seulement se résignent à la soumission mais aussi servent avec leur plein consentement. Ici et maintenant aussi,trop souvent aussi, trop nombreuses aussi, les femmes montent librement dans le système et les étages de grossiers porcs au pouvoir jamais balancés, de canailles et de connards jamais dévalués, d’une tradition toujours violente et misogyne jamais évoluée.
#BalanceTonÎle

——

(1) « Qui peut honnêtement découvrir aujourd’hui qu’Hollywood est l’empire du vice et que le refus systématique de toute limite finit par produire des monstres ? Hollywood savait et le monde entier s’en doutait : comment s’étonner de l’absence de vertu dans un monde qui met un point d’honneur à la moquer, à repousser sans cesse les limites de la décence, à tourner tout sacré en ridicule, toute normalité en modèle dépassé, toute célébration de la fidélité en retour de l’ordre moral et qui qualifie de progressiste tout abandon des règles qui organisent l’humanité depuis la nuit des temps ? L’opulence, le refus de la contrainte et l’obsession d’une libération sexuelle toujours plus totale finissent par créer des “porcs”, quelle surprise… L’intégralité de la gent masculine doit-elle pour autant voir peser sur ses épaules la suspicion ? »
Valeurs Actuelles, Charlotte d’Ornellas, Lundi 16 octobre 2017

(2) « Alors venons-en aux faits dont nous sommes sûrs : où étaient ceux qui s’extasient lorsque des centaines de femmes étaient agressées sexuellement à Cologne ? Silence gêné. Où étaient-ils lorsque Libération publiait récemment une tribune appelant à ne pas dénoncer le harcèlement de rue au risque de faire des constats racistes ? Silence gêné. Où étaient-ils lorsque Marlène Schiappa niait tout simplement l’existence d’un harcèlement de rue à La Chapelle après la publication de témoignages très précis ? Où étaient-ils ensuite lorsque Caroline de Haas accusait finalement les trottoirs trop étroits plutôt que les hommes qui les occupent ? Silence gêné, encore et toujours. »
Valeurs Actuelles, Charlotte d’Ornellas, Lundi 16 octobre 2017

***

DIMANCHE 22 OCTOBRE
(Independence Days Diary)

SACRÉ GÉGÉ

Avec Gérard Régnier, on a commencé par le dessert ce soir : tout sirupeux et mielleux comme une religieuse et un baba au rhum, tout onctueux et doucereux comme un cardinal ou comme la mère supérieure Ligeard et l’abbé Deladrière, deuxième et troisième sur le podium du sucré-sucré politique calédonien.

Mais bon, ça et ses cheveux de garçon fou des années 70 et ses chemises à fleurs des folles soirées du Tahiti cabaret des années Boum on s’en fout un peu.

Gégé il a trouvé le pays pas vraiment raciste mais hyper paternaliste quand il est arrivé en petit soldat en 1979, les blancs devant, comme le petit cheval blanc de Brassens, et les noirs tous derrière, tous derrière.
Ben oui, il a raison, évidemment, c’était comme ça, qu’on arrive ici en kaki ou en free style en février de cette année-là, en bidasse ou en homme libre qui toujours chérira la mer comme le dit si bien Baudelaire.

Gégé, lui, le paternalisme, bien puant de ces temps-là faut le reconnaître, ça lui a plutôt fait chérir l’amer. Et il en resté depuis tout sucré-salé, aigre-doux, un restau viet à lui tout seul, les yeux tristes, le sourire suave, sans qu’il retire jamais ni le haut ni le bas.
Et puis aussi il en est devenu tout indépendantiste, brasseur de noir et de blanc, et puis de vent, des fois. C’est comme ça, c’était son droit, c’est toujours son droit.
Mais si Gérard et ses copains ils avaient proposé une ligne politique populaire, sociale et progressiste, genre centre gauche réformiste, ça aurait été bien aussi, ça aurait marché, ça aurait été mieux que cet indépendantisme très réactionnaire et rétrograde, qui ne fera du bien à personne. Ça nous aurait changé du capitalisme lafleuriste qui a formaté toute la population loyaliste à droite et à l’extrême droite, t’étais pour ou t’étais contre. Ça nous aurait évité ce clivage artificiel et fou de guerre civile jamais fini calmée, aussi fou que le clivage gauche-droite en France avant Macron. Mais c’est une autre histoire…

Donc jusque-là ça allait, Gégé il était cool, le mec sympa, logique, raisonnable : oui oui il acceptera le non à l’indépendance et on revotera tranquilou deux fois, trois fois, non non il ne débloquera pas les bloqueurs de la plateforme qui se sont bloqués tout seuls quand il ont bloqué et braqué bêtement et méchamment Louis Mapou.
Souche était tout sourire, à s’en coincer la mâchoire et à s’en friper définitivement les yeux. Sauf quand Gégé a voulu placer un truc ballot à la fin, alors qu’on ne lui demandait plus rien, en insistant pour qu’on lui prépare quand même le oui à l’indépendance, le jour d’après le oui à l’indépendance, et pour qu’on explique bien tout ça aux électeurs indépendantistes. « On », sous-entendu les autres, les loyalistes les élus pas kanaky, l’État etc…

Et là, la Souche qui lui balance une gifle magistrale à lui défaire pour toute la semaine sa coiffure de Bee Gees :
« — Mais Gérard Régnier, ça serait pas un peu à vous de préparer ça et de proposer votre projet d’indépendance, vos idées, vous voudriez que ce soit les loyalistes qui le fassent ?!
— Oui euh bon… On y travaille… On va présenter quelque chose… On affine le programme… »

Aouh Gérard ! Aouh pitié pour vous ! Fallait pas dire ! Pleure pas, reprends un coup de sirop d’érable, souris, ça va passer, c’est pas grave de pas savoir ce qu’on veut, j’vais t’le faire moi ton programme ! 😀

L’image contient peut-être : 1 personne
***

MARDI 24 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

19

HABEMUS PAS PAPAM
ou
YAN’ PRÉSIDENT !

Fumata nera ce matin au conclave du gouvernement calédonien, flou sombre et fumée noire négative sur le toit du bâtiment de la rue des Arifices. Habemus pas papam. Pas de pape ! Papa Germain reste président par intérim, comme à la CAFAT, comme à la DITTT, comme au Médipôle, comme dans les autres hôpitaux… Comme au Haussariat ?

Psychodrame tragicomique au gouvernement. Le club des cinq de la plateforme ne comprend pas que Backes leur refuse une petite voix et que le FLN leur refuse un petit d’Anglebermes. Ils ne comprennent pas que les Républicains Calédoniens ne tendent pas la joue gauche après qu’ils aient craché, cogné, dégueulé sur leur joue droite. Ils ne comprennent pas que que les indépendantistes ne leur tendent pas la main droite après qu’ils aient cassé, écrasé, coupé la main gauche de Louis Mapou aux dernières législatives, qualifié de « mauvais signe » par son ex grand ami de presque 30 ans Gomès.
Ils ne comprennent pas grand chose finalement ces gens-là…

Autre psychodrame bien calédfonien à la CAFAT : « Ouain ouain ! Commônt ça se fé que eux ils zont été augmôntés et pas nous ?! Ils sont copains avec le patron, avec le bon syndicat ? Sûremônt ! Cé pas juste. Ouain ouain ! C’est toul mânde ou personne ! Ouain ouain on pète la grève jusqu’à qu’on gagne ! Na ! Tahi ! »
Euh, juste leur dire que deux services en doublon ont fusionné à la CAFAT et que 15 personnes d’un des deux services ont reçu la charge de travail du premier service supprimé. Double travail donc 20 points de bonification. Les autres « Ouain ouain » ont-ils été aussi chargés d’un supplément de travail ? Non. Alors laissez notre CAFAT se refaire une santé et s’aligner sur le gel général des salaires en NC.

Presque tous les soirs quand on passe à Saint-Louis on voit un petit tas de feuilles et de branches qui brûle sur le bord de la route dans le caniveau. Soucis louable de propreté sans doute, mais y’aurait pas un arrêté qui interdit tous les feux ? Y’aurait pas une mairie et des policiers municipaux censés faire respecter les choses ? Y’a pas une sécheresse et des feux partout ? Y’a pas eu un début de grand incendie avec intervention des pompiers hier à saint-Louis annoncé sur les radios hier comme « feu d’écobuage mal maîtrisé » ?
Une enquête, une interpellation, une amende ? Là même pas la peine de poser la question, même pas le bout rose d’un procureur !!!

L’UC et le FLN nous disent que pour l’automaticité de l’inscription des non-statut coutumier sur la liste référendaire on touche à rien parce-que l’accord est comme ça et qu’il faut toucher à rien, faut respecter les équilibres etc… Sauf que pour chambouler la loi française et calédonienne pour inscrire tous les natifs sur la liste générale là ils sont d’accord pour tout changer, renverser, bouleverser les principes élémentaires du code électoral, quand ça les arrange…

 ***

VENDREDI 27 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)
Gomessmer…

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes assises, personnes qui dorment et texte
***
 CALEDONIA STORIES (28 octobre)

 

SABLE

Si seulement c’était juste un monde vide et sec, juste du sable et des pierres, des fleurs en plastique et des décors en carton, des avions qui vont et qui viennent, des téléphones qui sonnent et s’éteignent, un grand magasin bondé de paquets vides et de porteurs de paquets, un grand hall désert le jour, éclairé pour rien la nuit, un espace infini où des étoiles vont et viennent, s’allument et s’éteignent, une fête monotone où des guirlandes et des feux clignotent sans fin, comme s’allument et s’éteignent sans fin les femmes et les hommes, si c’était juste ça, ce serait bien, ce ne serait pas mal, ça ne serait rien, ça ne ferait rien.
Alors pourquoi cette étrange idée parfois d’une rose dans le désert, ce soupçon d’une trace de rivière dans les sables secs, ce rêve d’une autre vie dans l’univers, ce souvenir d’une étincelle morte à des années lumière ? Pourquoi ces têtes en l’air vers un ciel toujours vide ? Pourquoi se tordre encore le cou quand on a déjà souffert ? Pourquoi ces volets et ces yeux encore ouverts quand ils ne s’ouvrent plus que sur de l’ombre et de la poussière, sur un monde vide et sec, juste du sable et des pierres, des fleurs en plastique et des décors en carton ?

L’image contient peut-être : nourriture
 ***
 CALEDONIA STORIES (29 octobre)

 

 ROBERT
845425-robert-sassone

Je me souviens d’un petit gars gentil et bon élève. Pourquoi revient-il ce matin, je ne sais pas. Je me souviens de son père sympa et très fier de son gars, qui venait chez moi chercher des infos et des prix sur les vélos Cannondale avec mon Internet, avant de prendre une bière et de bavarder de la vie et de l’avenir.
Je me souviens d’un sport maudit, des sommets et des gouffres du dopage. Je me souviens des lampistes et des boucs émissaires qui ont payé à la place des dealers, des magnats, des maquignons et des maquereaux du sport. Je me souviens d’un procès, d’une descente aux enfers, d’une solitude, d’un abandon, d’un cancer en forme de note à payer contre les succès chimiques du passé. Je me souviens du suicide d’un petit gars gentil et bon élève…
#JeHaisLaCompétion

« L’équipe cycliste Cofidis a fêté, vendredi soir à Roubaix (Nord), ses 20 ans. A l’heure des célébrations, elle a aussi compté ses morts, témoins de sa grandeur sportive et de sa décadence. Frank Vandenbroucke, terrassé par une attaque cardiaque en octobre 2009, à 34 ans, dans une chambre d’hôtel de Saly Portudal (Sénégal). Philippe Gaumont, même destin en mai 2013, à 40 ans.

Robert Sassone, le dernier en date, a mis fin à ses jours mercredi dernier, à 37 ans, en Nouvelle-Calédonie où il était né. Selon le président du cyclisme calédonien, il était atteint d’un cancer depuis plusieurs années. Champion du monde en 2001 sur l’épreuve de l’américaine, une des nombreuses disciplines du cyclisme sur piste, il était le moins connu de la bande, le plus ingénu aussi. Vandenbroucke, Gaumont, Sassone ont été convaincus de dopage durant leur carrière respective. Les deux derniers ont été cités dans l’affaire Cofidis qui a éclaté en 2004. Une réplique de l’affaire Festina de 1998, sans aucune morale à la fin.

A l’audience, en 2006, le procureur a contemplé des vies cassées, puis il a dit : «La montagne accouche d’une souris.» Au procès, les dirigeants de l’équipe ne sont pas inquiétés, mais sept coureurs écopent. Dont Sassone : six mois avec sursis. Viré de Cofidis fin 2003 pour «manque de résultat», il s’était retrouvé en garde à vue un mois plus tard. Il est un des premiers à avoir parlé. Il a surtout balancé l’ambiance d’une époque, à mi-chemin entre les Chariots de feu et Las Vegas Parano. L’EPO pour la course, le pot belge (cocaïne, amphétamines, antalgiques) pour les réjouissances d’après-course. Les coureurs alcoolisés qui se shootent au «Nonox», le Stilnox, un puissant somnifère, avant d’aller courir les filles. Ces gars-là ignorent la peur, ils jonglent avec les seringues, ils enjambent les balcons la nuit et toisent l’apesanteur. Et Cofidis gagne, gagne, gagne… Elle n’a plus jamais retrouvé ce niveau.

Certains thuriféraires, et même quelques rescapés, évoquent parfois un «âge d’or» révolu, loin du cyclisme aseptisé d’aujourd’hui : on se marrait bien dans les villages départ et au bistrot le soir, et le Nordiste Gaumont pouvait même rêver de remporter Paris-Roubaix le lendemain. Pour les rescapés (citons Médéric Clain, David Millar, Massimiliano Lelli, Marek Rutkiewicz ou l’homme lige de Vandenbroucke, Nico Mattan), chaque mort constitue une tragédie, mais cette série de copains fauchés n’est qu’une coïncidence, le revers banal de leurs temps heureux. Sassone avait surtout la carrure d’une victime. Influencé par d’autres, couvert dans ses pratiques par d’autres encore. En Nouvelle-Calédonie, les gens racontent que la métropole l’a perverti. Ses camarades de la piste affirment qu’il a succombé au dopage à cause de la route. Carrière brisée, il s’est fendu d’une lettre ouverte en 2004: «Je suis jeune et […] je me suis retrouvé dans un milieu dur et sans pitié. On ne m’a fait aucun cadeau et on m’a utilisé. Dans le peloton, je n’étais rien et on me l’a bien fait sentir.» » LIBÉRATION

***

DIMANCHE 29 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

À LA CAFAT ON A TOUT GAGNÉ…

20

Les gens de la CAFAT qui ont fait grève et bloqué leur maison et les assurés de cette maison pendant 10 jours ont tout gagné ! Une prime de 15 000 f ce mois-ci et un petit cadeau de 10 000 F à Noël… Même si ils ont perdu entre 50 000 et 100 000 F de jours de grève non payés sur la prochaine feuille de salaire, c’est bien non ?… Enfin ça doit être bien selon une certaine logique syndicale bien locale…
Ah mais oui j’oubliais, ils ont gagné 0,57% d’augmentation sur l’année à partir de janvier 2018, qu’ils avaient refusé en janvier 2017, parce qu’ils voulaient 1%. Un an de perdu pour eux, un an de gagné pour la CAFAT. Logique aussi, non ?…
Les soins de bêtise et les prothèses d’intelligence c’est remboursable aussi ?

IL FAUT ARRÊTER LE TOUR DE CALÉDONIE

Le cyclisme et le Tour de Calédonie n’intéressent plus grand monde et ne mobilisent plus les foules. Obligé d’aller faire du cinéma à grand frais dans les îles. Plus personne sur le bords des routes. La circulation et l’urgence des voitures et des automobilistes l’emportent sur le respect et la sécurité des vélos et des cyclistes. L’organisation est dangereusement laissée à des amateurs et à des bricoleurs. Les concurrents et commentateurs extérieurs ne sont plus que de petits inconnus. Le temps des vedettes qui croyaient au vélo calédonien est révolu. On ne reverra plus des Ercole Baldini, Lucien Aimar, Bernard Thévenet, Luis Oscana, Jacques Anquetil, Bernard Hinault, Gilbert Duclos-Lasalle, Laurent Fignon sur le Tour et sur le Caillou. Ce qui fut un puissant élément culturel et identitaire des Calédoniens est mort, une certaine Calédonie est morte avec lui, comme est mort tragiquement un jeune coureur victime un matin d’octobre de la fin de règne de la petite reine, d’une désaffection, d’un désintérêt, d’un amateurisme, d’une incompétence grandissante. Aucune responsabilité n’a été pointée. C’est la faute à pas de chance, voire au coureur lui-même. Tous les médias nationaux ont annoncé et commenté abondamment ce drame. Un petit paragraphe là-dessus en Calédonie et un point barre en forme de tour d’honneur final pour solde de tous comptes. Les institutions pourvoyeuses de subventions et d’argent public ont-elles demandé des comptes, versent-elles un salaire de la peur en finançant cette roulette russe sportive ?
Aucune raison donc qu’une telle tragédie ne se reproduise pas à l’avenir. Il faut arrêter les tours de la mort, il fait arrêter un tour déjà mort, il faut arrêter le Tour de Calédonie.

DES EXCÈS ET DES MANQUES

Les records mondiaux de consommation d’alcool, de stupéfiants, de jeux de hasard et de magie, de nourriture et de sucre enregistrés en Nouvelle-Calédonie ne sont examinés et traités qu’en aval, jamais en amont.
On interdit les ventes d’alcool (tout en permettant la prolifération des caves à vin), on brûle des tas de cannabis (tout en s’interdisant de pénétrer dans les champs), on juge, on fait des sleeves à tour de bras (tout en refusant de taxer ou d’interdire les sodas hyper sucrés), on juge, on condamne, on exhorte, on colloque…
Mais on ne se demande jamais pourquoi l’alcoolisme, pourquoi les addictions à la drogue et au jeu, pourquoi la boulimie ? Pourquoi dans une île si proche du Paradis se saoule-t-on tant, se défonce-t-on tellement, se goinfre-t-on autant, s’embarque-t-on si naïvement dans les bateaux pourris des casinos, des bingos, des voyants, des guérisseurs, des vendeurs de bien-être, de fitness et de gonflette ? Pourquoi s’enivre-t-on avec de la violence, de la compétition, de la surenchère, de la haine et des passions tristes ?
Se demande-t-on ce qui manque aux gens, aux jeunes, au point de combler ces manques avec de tels poisons, de tels délires, de telles passions tristes ? Quels sont leurs plaies et leurs poids, pour qu’ils tentent ainsi absurdement de les cautériser et de les soulager avec de tels acides, de telles surcharges ?

DES MILLIARDS POUR L’ÉTRANGER

Je reçois plein de mails d’agences pour m’inviter à des conférences et m’apprendre comment investir dans l’immobilier à l’étranger, en Thaïlande, à Bali, en Nouvelle-Zélande, en Australie etc… Pareil à la radio. Près de dix milliards partent ainsi chaque année pour enrichir les étrangers, appauvrir l’investissement dans l’immobilier local et fuir les impôts du pays. C’est pas très citoyen non ? Pour reprendre une formule saoulante mais qui s’appliquerait bien ici si on voulait l’appliquer. Ce serait même plutôt perfide et déloyal à mon sens, limite traître.

LA GUERRE DU FEU

Et ça continue encore et encore
C’est que le début d’accord, d’accord…

***

LUNDI 30 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

21

PASCAL OU LA DILUTION HOMÉOPATHIQUE

Invité sur NC1ère dimanche soir, Pascal Vittori est sans doute sympathique mais il est d’abord homéopathique. Je m’explique.

L’inconsistance et la transparence du personnage donne à penser qu’il a été obtenu par les mêmes procédés de dilution que ceux mis en œuvre pour produire les médicaments homéopathiques.
On a dû prendre une goutte d’agent Vittori initial que l’on a versé dans une cuve de 10 000 litres d’eau tiède. On a touillé. On a pris une goutte de ce mélange et on l’a ajouté à nouveau à une autre cuve de dix mille litres d’eau tiède. On a touillé encore. On a repris une goutte etc… Et ceci cent fois de suite. Quelques litres du dernier mélange semblent avoir remplacé le sang et les humeurs de notre looser perpétuel.

D’où cette impression de densité zéro puissance moins un milliard devant notre politique boulouparisien. Une goutte d’eau (environ 0,05 ml) dans le lac Léman (88 900 millions de m3) représente à peu près la dilution d’une idée politique et du sens politique au sein de l’organisme pascalien.

Comme s’étonner ensuite que ce garçon soit à la fois centriste et frontiste, qu’il haïsse Macron et vénère Marine, qu’il salue les vertus de rassemblement de sa plateforme en rejetant des milliers de loyalistes, qu’il se fasse petit chef de parti pour aussitôt se coucher devant trois grands chefs, qu’il réclame la sécurité en s’alliant aux plus permissifs, qu’il rate et perde tout ce qu’il touche tout en gardant un sourire éternellement béat.

On se souvient du penseur Pascal et de ses deux infinis, l’infiniment grand et l’infiniment petit. Il avait oublié l’infiniment vide de notre Pascal…
Ceci dit, Tous calédoniens c’est comme l’oscillococcinum, c’est une arnaque, c’est bidon, mais ça ne peut pas faire de mal.

***

MARDI 31 OCTOBRE 2017
(Independence Days Diary)

22

LES HALLOWEENS SE SUIVENT ET SE RESSEMBLENT TOUS

Mêmes masques indéboulonnables, mêmes blablas indémodables, mêmes doubles discours selon les antipodes interchangeables, mêmes satisfecits inoxydables, même autisme politicien inguérissable, même ignorance des électeurs indécrottable, même enflure et même suffisance supérieure increvables.
Cette photo date de 2016, vous aurez la même en 2017, strictement la même. Ah non ! Pas tout fait, les élus et responsables nationaux changent et évoluent eux. Il y a de la démocratie et du progrès en métropole au niveau de l’État et de la République. Pas en Calédonie, les mêmes, exactement les mêmes, à chaque Halloween, depuis des décennies, des siècles ! Sacrée sorcellerie !

***