Archives pour l'étiquette économie

EMPLOI LOKAL, BLACK THURSDAY ou MORTS AUX ZORS, LES EXPAT’ À LA LANTERNE !

 concorde3

Les Fouquier-Tinville, les Marat et les Robespierre du Congrès de Calédonie ont voté la mort des zors ce jeudi, les têtes sont tombées, ça pue le sang au Congrès de Calédonie.

Je le dis comme je le pense, comme dirait Sarkozy avec 3 haussements d’épaule et 2 torsions de cou, je n’aime pas beaucoup l’esprit « Noumea Expat » (17893 membres) où les autoproclamés zors vendent leur rideau de douche de troisième main et recherchent une colocation dans une tente pour la prochaine fête de la mandarine à Canala, mais j’aime encore moins ce qui s’est passé au Congrès ce jeudi où tous les élus de Nouvelle-Calédonie ont voté à l’unanimité l’éradication de la fonction publique de tous les zors expatriés après les avoir éliminés de l’emploi local dans le secteur privé.

Cette exécution populaire des Français de métropole s’imaginant que la Calédonie était encore une part de France et un possible pour leur avenir s’est déroulée dans une ambiance de rires gras et d’excitation malsaine des élus locaux qui a rappelé tristement les exécutions par décapitation des ennemis du peuple en place de Grève sous les éructations et les quolibets ignobles de la populace, les ennemis du peuple de 1793 étant les ennemis du destin commun en Calédonie en 2016.

La rage anti-zor de Philippe Gomes a rejoint celle de Kotra Ureguei et on a même retrouvé la haine des femmes zores conjointes de bons citoyens calédoniens à qui il fallait aussi couper la tête chercheuse de travail comme on a guillotiné des épouses ou amantes innocentes des ci-devants aristocrates sous la Terreur…

Dix ans sur un territoire sans travail en attendant le droit au boulot, faut être patient, avoir des économies, ou s’y prendre de bonne heure et arriver à Tontouta à 10 ans pour espérer bosser à 20… France et Français chassés, fermeture, repli et consanguinité assurés, bravo les calédos !… Plus un seul élu loyaliste dans la salle, plus un seul patriote dans l’avion politique, fini, au moins c’est clair, c’est propre, nettoyé, même si ça sent encore le sang, même si le Congrès a été lavé à grande eau comme on lavait à gros bouillons les places de Paris où on avait dressé l’échafaud.

Et que les absents ne me disent pas que « le principe de l’emploi local étant dans l’ADN, la Loi Organique et constitutionnalisé, les positions de rejet total étaient vouées à l’échec ». Qu’on ne me dise pas que « choisir le camp loyaliste avec les seuls zors remontés à bloc contre l’ADN, c’est choisir d’être dans l’ultraminorité et aller à la mort ». Qu’on ne me pleurniche pas « qu’il existe une frange loyaliste qui est attachée à l’emploi local, et que ce sont aussi ceux qui votent aux provinciales et qui choisissent les élus du Congrès ». Que ces absents ne me plaident pas « qu’on peut donc comprendre le pragmatisme des élus qui ont voté la loi au prétexte que pour pouvoir orienter la Calédonie dans le sens de la France, encore faut-il être élu pour pouvoir le faire »…

Ces absents-là ont tort, ces absents-là, cachant leur lâcheté derrière je ne sais quel « pragmatisme » ont encore plus tort que les zoricides de jeudi, tous partis confondus, qui, eux au moins, ont assumé ouvertement et effrontément leur détestation de la France et des Français.

AU MOINS LÀ Y’A PAS TRUMPERIE SUR LA MARCHANDISE

safe_image

J’aime assez le point de vue de Onfray, Trump est comme tous les autres l’instrument du capital, du système, du libéralisme sauvage, mais cru, sans fard, sans soutane, sans manières, sans prétentions idéalistes, sans alibis idéologies et religieux, juste faire du pognon et rapporter du pognon à l’Amérique.

Je préfère cette franchise obscène aux hypocrisies de ceux qui sont tout aussi avides, vides et cyniques mais avec du maquillage et du blabla, et la main sur le cœur, genre Obama et les Clinton, genre nos leaders politiciens et banquiers libéraux en Europe.

Et je trouve beaucoup plus obscènes tous ces donneurs de leçons, tous ces tartuffes et ces saintes-nitouches de la politique et des médias, bobos et people qui, la culotte sale et puante, s’en viennent nous donner des leçons d’élégance, d’intelligence, de dignité et d’honneur et qui veulent remplacer ce peuple américain qui a bien le droit de se choisir un vendeur de cacahuètes ou un acteur de série B ou un producteur de télé réalité comme président si ça lui chante. Et je trouve beaucoup plus obscènes tous ces donneurs de leçons, tous ces tartuffes et ces saintes-nitouches de la politique et des médias, bobos et people qui, la culotte sale et puante, veulent aussi remplacer ce peuple de France qui a bien le droit aussi de désirer un leader et une politique enfin patriote et loyaliste. Non ?

Pour le philosophe, Donald Trump montre ce qu’est le capitalisme sans fard. Ce que lui reprochent ses détracteurs. Président, il se pliera au système.
lepoint.fr|Par Sébastien Le Fol

PARTI UNIQUE, ÉCONOMIE UNIQUE, PENSÉE UNIK

url

Indépendants ou pas, que ce soit Calédonie ou Kanaky, on aura, et on a déjà d’ailleurs un parti unique et une économique unique, un parti possédant et commandant l’économie, une économie possédant et commandant le parti, les deux étant en fait confondus.

Ne plus pouvoir choisir ses élus ni ses produits de consommation ce n’est pas très grave mais le plus gênant c’est qu’on aura aussi, et on a déjà d’ailleurs, une pensée unique, une pensée officielle, une pensée imposée, tout aussi unique, officielle et imposée que le parti unique et l’économie dirigée.

Et il y aura aussi, il y a déjà d’ailleurs, une police de la pensée unique pour dénoncer, menacer, censurer et expulser les libres penseurs qui penseront mal, qui opposeront la réalité aux dénis de réalité obligés, les destins cloisonnés et discriminés au destin commun officiel, les régressions réelles aux progrès affichés.

Onfray, Zemmour, Houellebecq et quelques autres s’expriment encore malgré les procès médiatiques et les plaintes en justice pour délits d’opinion. La Kanaky-Calédonie, comme Vanuatu, la PNG et Fiji, sera bien moins tolérante avec la pensée résistante.

En Calédo-Kanaky, les gardiens du dogme séparatiste et leurs kapos des médias et du Net taxent déjà de racisme et de fascisme toute expression à leurs yeux déviationniste. « Rentre chez toi » et « T’es pas d’ici » compléteront, et complètent déjà d’ailleurs, physiquement dans les faits cette répression intellectuelle par les mots.