OBSERVATOIRE DES COHÉRENCES CALÉDONIENNES

inco

Étant plutôt de culture cartésienne et n’ayant pas été plongé dès l’enfance dans le temps du rêve et dans l’espace de la pensée magique océanienne, j’aime exercer ma logique en observant, en décrivant et en signalant les gens incohérents et les démarches contradictoires.

Jeu ? Sport ? Art ? Hygiène ? Pédagogie ? Altruisme ? C’est vous qui voyez. Peut-être tout ça à la fois. Toujours est-il que l’incohérence interne au sein d’une personne, physique ou morale, est aussi grave que l’incohérence anarchique interne des cellules au sein d’un corps, d’un organisme, incohérence connue aussi sous le nom de cancer.

Le champ politique en général, et calédonien en particulier, constitue un excellent terrain, riche et varié, pour cette activité d’observation, la pays calédonien ayant toujours été beaucoup plus motivé, animé et occupé par la politique, pour le meilleur et surtout pour le pire, que par l’économie, la culture, le social, la justice.

Donc, en politique locale, qu’observe-t-on, dans les grandes lignes, en terme de logique et de cohérence ?

La stratégie mélanésienne de revendication exclusive et continue d’indépendance et de prééminence ethnique est extrêmement solide et parfaitement cohérente, bien adaptée à la disproportion des forces en présence (France et Kanaky, large majorité loyaliste et minorité indépendantiste), usant intelligemment des bons moyens pour démolir ce mur d’une réalité qui leur est au départ hostile, utilisant utilement tous les outils, la duplicité, la mauvaise foi, la guérilla, la déstabilisation, le lavage de cerveau, la sape morale de l’adversaire, l’invocation imparable des esprits, des tabous, des morts, des coutumes sacrées, l’irréversibilité des acquis, l’apport des alliances avec les transfuges, les opportunistes et l’étranger. Les conséquences logiques et classiques de l’indépendance visée, misère, régression, fermeture, arbitraire, ne sont pas illogiques dans la « logique » mélanésienne, d’abord parce que leur pensée magique conteste nos causes et nos conséquence, et qu’une suite magique est toujours possible, ensuite parce les conditions sommaires et l’arbitraire en milieu kanak ils connaissent déjà et que ce n’est rien au regard du bonheur escompté de la libération coloniale.

Le RUMP de Pierre Frogier, héritier du puissant empire loyaliste initial et de la radicale ligne Lafleur, est en perpétuelle contradiction avec lui-même et son génome. Sa décomposition est par conséquent déjà bien avancée. Incohérence entre l’idéal patriote et le carriérisme et l’affairisme peu regardants de ses membres. Compromissions avec les indépendantistes et leur emblème sécessionniste en opposition totale avec la foi tricolore et la Marseillaise tant de fois affichées, affirmées, proclamées dans tant de meetings. Refus d’un référendum sur le maintien dans la République retirant la parole à une population calédonienne qu’il a tant de fois prétendu légitimement représenter et défendre, au niveau de son droit de vote par exemple.

Le parti de Philippe Gomes, Calédonie Ensemble, n’est pas en reste en fait de parcours erratique et illogique. Le focalisation obsessionnelle sur l’adoption du drapeau nationaliste indépendantiste par son adversaire Frogier et sa condamnation mille fois répétée pendant les dernières campagnes des législatives, des provinciales et des municipales ne heurtent-elle pas tous les concepts développés par la suite par Calédonie Ensemble : nation locale, nickel quasiment nationalisé, souveraineté économique, dernières compétences transférées, convergence quasi complète avec les indépendantistes ? L’approbation sans aucune contestation du gel du corps électoral et de la fermeture du marché du travail et les multiples alliances avec le Palika ne sont pas non plus en cohérence avec le rejet horrifié du drapeau kanaky. L’idéal de paix civile est-il compatible avec la multiplication exponentielle des armes sur le territoire que le député Gomes a défendue à la Chambre ? Les protections de marché des entreprises de la FINC et la taxation énorme des produits importés concurrents est-elle logique quand ce parti veut lutter contre la vie chère et les monopoles ?

Les acteurs et élus politiques extérieurs au FLNKS, au RUMP et à Calédonie Ensemble, les gens de l’UCF et quelques électrons libres pour faire vite, sont-ils pour leur part dans une meilleure cohérence ? Malgré un objectif patriotique commun de maintien dans la République et dans les valeurs démocratiques, on peut néanmoins observer en leur sein des divisions internes, des divergences, des rivalités, en contradiction avec le front fort et uni qui s’impose quand on a un adversaire si multiple, polymorphe et puissant. L’autre positionnement illogique dans ce quatrième bloc politique c’est l’acceptation du traitement particulier des Français calédoniens natifs de métropole et des restrictions qui leur sont imposées par l’union des trois blocs précédents au bénéfice des natifs du pays. Soit on défend ardemment tous les Français, soit on protège exclusivement une certaine calédonitude. Totalement incohérent aussi l’examen des critères qui doivent prévaloir dans le choix du meilleur leader pour mener le combat capital et ultime du maintien de la Calédonie dans la France face aux trois autres mouvances pour lesquelles l’option indépendantiste n’a que 10% de différence, selon leur propre aveu. Est-il logique de connaître la dureté et l’importance du combat à mener et de placer en tête le chevalier le plus faible et le plus coutumier des échecs ?

On pourrait aussi observer et commenter la cohérence à la mairie de Nouméa, à la mairie du Mont-Dore face à Saint-Louis.

On pourrait aussi se souvenir de l’incohérence de deux drapeaux antithétiques et du geste contradictoire d’un premier ministre de la France qui vient, sans l’aval du pays concerné, étendre un drapeau hostile à la France sur ce pays.

On pourrait aussi évoquer une certaine logique populaire illogique : très dure à l’égard des métropolitains et pourtant attachée à la métropole et aux moyens et soutiens qu’elle accorde à la Calédonie, très dure aussi à l’égard de toutes les formes de socialisme et de gauche et pourtant parfois très remontée voire révolutionnaire et brutalement syndicalisée et activiste face au grand patronat, aux banques, à la finance, au capital, aux spéculateurs, aux marges exorbitantes.

EN VOILÀ UN BON CHOIX ! ALORS QUI ?

17191265_259401797838333_6645922115430837107_n

Moi j’aime bien ce tiercé. Et c’est pas une préférence politique, au contraire ! C’est une préférence artistique pour trois phénomènes finalement assez apolitiques, qui se sont faits, se sont défendus et se sont affirmés malgré la politique, malgré les politiques, malgré les partis, malgré les appareils, malgré la gauche, malgré la droite, malgré la gauche et la droite, malgré la connerie et les connards donc, malgré la plus sale race qui soit sur terre : les partisans.

Marine Le Pen s’est faite, défendue et affirmée juste en s’appuyant sur les gens, malgré l’UMPS au pouvoir depuis 40 ans, malgré l’Europe et sa caste, malgré la nomenclatura, malgré l’intelligentsia, malgré l’omerta, malgré les injures, malgré le père Le Pen et sa bande de vieux soudards antisémites et homophobes qui chantaient régulièrement le Horst Wessel Lied à la fin de leurs banquets, en tapant du poing et des bottes, la bière à la main.

Emmanuel Macron s’est fait, défendu et affirmé juste en s’appuyant sur les gens, en niquant Hollande, son gouvernement, le PS et ses caciques, en doublant avec son libéralisme toute la droite qui n’a jamais su sur quelle économie ni sur quelle idéologie danser, en piquant Bayrou et le centre aux fantômes centristes, en réduisant par son énergie tous les vieux crabes de gauche et de droite au rôle de momies puantes.

François Fillon s’est fait, défendu et affirmé juste en s’appuyant sur les gens, d’abord aux primaires contre les ringards Républicains clones des socialistes et bouffeurs aux râteliers depuis 40 ans et ensuite lors du Pénélopegate contre toute la politicaillerie, la journalisterie, la jugerie, la gaucherie, la connerie de France et de Navarre, et même du monde entier, amenant tous les nuls de l’UDI et des Républicains à se révéler encore plus nuls !

Bien sûr ces trois-là n’ont plus le patrimoine et la culture d’un De Gaulle, d’un Pompidou, d’un Mitterrand, mais bon, s’il n’ont pas de lettres au moins sont-ils littéraires et romanesques.

Car j’aime les personnages d’épopée, de roman, de théâtre, de cinéma, à part, rares, forts, dans la fiction et dans la vie, Ulysse, Valjean, Antigone, Jivago, parce que si nos vies n’étaient pas des épopées, des romans, des drames, des films, nos vies ne seraient rien que des vies de chiens, de fourmis ou… de partisans !

***

J’ai dit hier que la dimension, la richesse, le talent, l’intelligence, l’énergie, la détermination personnels de ces trois personnes, ou personnages, m’impressionnaient et même me plaisaient, mais de là à m’engager politiquement et à voter pour elle il y a là un pas que je ne franchirai probablement pas.

D’abord parce l’hystérie collective et l’attente messianique et christique qui sont liées à l’élection présidentielle me dégoûtent profondément et que je veux un véritable régime parlementaire moderne.

Ensuite parce que derrière Le Pen, Fillon et Macron ils y a des programmes, des promesses, des partis et des partisans aussi écœurants ou grotesques les uns que les autres.

Souvent écœurants et grotesques les militants du FN, ces dizaines d’élus amateurs déserteurs quelques mois après leur élection, plus forts en gueulantes qu’en gestion, et leur programme trumpien, la mèche blonde en moins, mais non, le mur mexicain en moins, quoique…

Écœurants et grotesques les Républicains et les centristes de Fillon, qui s’avancent et qui reculent et qui s’avancent et qui reculent, juste pour des marocains et des circonscriptions, et son programme déjà ramolli ramollo.

Écœurants et grotesques les vieux socialistes qui se réfugient en masse chez Macron, par Hamon et par vaux, en migration tardive derrière le panache rose de Delanoé, et son programme nul à chier en feuilleté rose aussi, et moisi, pour l’enseignement.

Donc…

***

Complétons à propos de Marine :

Marine Le Pen, ça peut le faire, ça peut faire la blague au deuxième tour. Faut pas grand chose. Mais j’ai bien peur que la blague soit un peu triste et qu’en guise de nouveauté et de transgression on se retrouve avec une France FN grisâtre qui ressemblerait à un épisode de Derrick… J’ai jamais aimé Derrick.

derrick-klein-1

***

Complétons à propos de Fillon :

Fillon, je l’ai dit, j’aime bien le gars, mais il s’est fait reprendre par la main et même en main par Sarkozy, comme un petit garçon, et qui lui refoutu dans les pattes Baroin, Chatel, Ciotti, Jacob, ouf il a quand même échappé au plus sarkosyquement con Estrosi, et ça va pas le faire, et il est foutu, ce que Sarkosy sait et dont il se fout puisque il ne veut que reprendre en main le parti et les législatives.
Bye bye petit garçon Fillon…

enfantez-tenir-la-main-du-petit-fils-avec-le-sac-dos-sur-la-route-65650756

***

Complétons à propos de Macron :

– la France s’ennuie, la France c’est Madame Bovary, les discours et les têtes de tous les Monsieur Bovary de la politique l’ennuient. Elle a envie d’une aventure avec du nouveau, du neuf, du jeune.

– les Français sont saoulés et même dégoutés des salades de la droite et de la gauche, qui n’ont rien, qui les prennent pour des cons depuis 40 ans. Il veulent autre chose.

– la seule alternative qui ait du sens c’est le choix entre Marine Le Pen et Macron, entre la fermeture et l’ouverture, les deux options pouvant se défendre : fermetures ou ouvertures économiques, culturelles, sociales, territoriales, financières. Sauf que Macron fait davantage rêver les Madame Bovary mélancoliques que Marine et Philippot…

pom

ET POURQUOI PAS UN RECOURS COLLECTIF CONTRE LES RESPONSABLES DE L’IMMOBILIER SINISTRÉ AU MONT-DORE ?


0e067031af5413ef59c8f114c8998e4e

Ce n’est plus un mystère ni une rumeur. La presse le proclame. L’immobilier au Mont-Dore est sinistré, invendable, sauf à prix bradés, cassés. Et tout ça du fait d’une délinquance galopante, d’une circulation dangereuse vers Nouméa et de barrages à répétition. Le terrorisme a rendu la partie sud de la ville terrifiante. Quel terrorisme ? Celui que le procureur a pointé à travers ces criminels identifiés mais protégés par l’omerta de toute la tribu de Saint-Louis. Celui que les autorités, les élus, les fonctionnaires, les militaires renoncent à poursuivre et à arrêter là où il se trouve car cette saisie des criminels et de leurs armes générerait des affrontements dit-on en haut lieu.

Soit. Mais puisque cette politique génère, réellement pour le coup, une vie impossible au Mont-Dore et la dévaluation lourde des propriétés, quasiment invendables, que ces autorités, et en dernier ressort l’État, indemnise les propriétaires que leur stratégie lèse gravement.

Une class action, ou recours collectif, reconnu en droit français, unifiant cette demande des sinistrés du Mont-Dore est tout à fait légitime. Des politiques et des juristes sensibles à cet abandon de l’ordre public, du droit et de la légalité au Mont-Dore, prémices d’autres abandons en Nouvelle-Calédonie, sont prêts à soutenir, guider et accompagner cette démarche. Encore faut-il que les MontDoriens concernés, si souvent révoltés par ces multiples agressions et par l’indifférence des responsables, veuillent la faire.

I) CLASS ACTION CONTRE LES CARENCES DES AUTORITÉS AU MONT-DORE

immo

Les milliers de MontDoriens qui ont perdu tout ou partie de leur patrimoine immobilier au Mont-Dore Sud en raison de la dangerosité des lieux, de l’inaction des pouvoirs publics et de la fuite des acquéreurs potentiels doivent pouvoir monter une class action, ou recours collectif, contre tous les responsables municipaux, provinciaux et nationaux qui ont permis et facilité cette situation par leur aveuglement, par leur incompétence et par un refus d’agir et de placer les criminels hors d’état de nuire qui confine à de la complicité.

Un recours collectif, une action collective ou une action de groupe (« class action » en anglais) est une action en justice ou une procédure qui permet à un grand nombre de personnes, souvent des consommateurs, de poursuivre une personne, souvent une entreprise ou une institution publique, afin d’obtenir une indemnisation financière.

Les associations de Mickeys et de politiciens s’agitant au Mont-Dore en de vaines manifestations et en de vains rendez-vous seraient bien plus inspirés et utiles en montant une telle opération.

***

II) VOUS CONNAISSEZ LE POINT COMMUN ENTRE LA FAUTE-SUR-MER, FUKUSHIMA ET MONT-DORE ?

Non ? Et bien leur destin commun c’est d’être des villes bonnes à raser.
La Faute-sur-Mer en Vendée à cause d’élus et de fonctionnaires crétins qui ont laissé construire 1300 maisons sous le niveau de la mer. Ville bonne à raser, ville fantôme après Xynthia.

Fukushima et ses villes fantômes à cause d’industriels et de politiques crétins qui ont construit une centrale atomique en cœur de villes et en bord de mer sur une zone éminemment sismique, villes bonnes à raser. Villes fantômes après le tsunami et la contamination.

Mont-Dore Sud et ses milliers de maisons à peine bonnes à brader, plutôt invendables, à cause d’élus et de fonctionnaires crétins qui ont laissé se développer un terrorisme dans la zone rendant terrifiante cette moitié de la commune à tous. Ville bonne à raser, ville fantôme après Saint-Louis.

En Vendée les maisons ont été rachetées en moyenne 480 000 euros par l’État puis détruites. Au Japon 45 milliards d’euros ont été débloqués pour indemniser les riverains de la centrale nucléaire.

Et au Mont-Dore qu’ont prévu les irresponsables municipaux et provinciaux et l’impuissance publique d’État pour compenser les pertes financières causées par tant d’incurie, d’incompétence et d’inaction ?

bérode

L’interview du petit Bérode, chérif de l’immobilier en Calédonie, ça doit vouloir dire pape des agences, est assez faux-cul. On a dû lui dire de pas dramatiser. En effet il nous dit qu’il y a juste « une pause » dans le marché du sud au Mont-Dore. Une pause de « huit ans » comême…

Il ajoute qu’il n’y a pas vraiment de baisse mais juste une impossibilité de vendre. Il complète toutefois avec des maisons à 20 millions qui partent quand même parce qu’elles en vaudrait le double ailleurs, et ailleurs des gens qui font de la « veille financière », c’est à dire qui achètent des biens pour des clopinettes et attendent que ça remonte.

À quand la « remontée » au fait Bérode ? « Il faudrait qu’il n’y ait plus de blocage pendant six mois à un an » qu’il nous dit le lascar. Avec un Gay, un Frogier, un Michel, un Gomes, un Wamytan, un Lataste dans le secteur, ton « six mois à un an » ça sera plutôt du six décennies à un siècle, et encore !…

Voilà ! 🙂 Bon dimanche aux MontDoriens !