Archives pour l'étiquette société

MANIPULATION DU PEUPLE : LES FIN CONS DE L’AUTONOMIE

man1

Les « confins de l’autonomie » qu’évoquait Pierre Frogier à Boulouparis sont restés assez nébuleux. Par contre nous allons pouvoir observer en temps réel, dimanche 30 mars, les limites de la liberté du peuple et les confins de sa non-autonomie et de sa dépendance aux mots d’ordre pour le moins contradictoires de ses leaders politiques.

À propos des récentes fusions de listes pour le deuxième tour des municipales en Nouvelle-Calédonie, et en particulier à Nouméa, il ne nous appartient pas de porter un jugement sur telle ou telle liste, ce site étant un espace d’observation des faits politiques, économiques, sociaux et culturels de l’univers calédonien, sans parti pris et sans propagande.

Cependant on peut s’interroger sur certains regroupements de partis, sur certains rapprochements de leaders et sur certaines alliances politiques, alors que quelques jours avant, voire quelques heures, les meneurs de ces formations diabolisaient ou au moins dénonçaient très sévèrement les adversaires de la veille avec lesquels ils se marient le lendemain. On peut se demander comment le peuple, les électeurs, que l’on gavait d’un catéchisme très agressif à l’égard des concurrents, et à qui l’on demandait d’avaler, de digérer et de régurgirer ces critiques et ces attaques, vont pouvoir comprendre et accepter que ces ennemis d’hier sont les amis d’aujourd’hui.

Il va être très intéressant d’observer dans quelle mesure le peuple va obéir, lors du second tour, à ces consignes de vote incohérentes, va suivre les embardées politiques des leaders et va adopter des listes de candidats où les « mauvais » de la saison 1 figurent en bonne place et en « gentils » pour cette saison 2.

Pour prendre l’exemple de Nouméa, il n’est pas sûr que nous retrouvions la somme des voix de Yanno et de celles de Briault du premier tour sur la liste Yanno-Briault du second tour. Il se pourrait même que ce score soit inférieur au total de Yanno seul au premier tour, si les électeurs des deux partis se sont sentis manipulés et en ont été choqués. Comme l’autonomie, la sodomie pourrait aussi avoir des confins…

NOUS AVIONS FAIT UN MARIAGE COUTUMIER, IL FALLAIT RESPECTER LA COUTUME

couteau-ensanglat-

Une seule chose intéressante dans le quotidien de Nouvelle-Calédonie ce matin, 20/03/14, entre les marronniers des mordus du cannabis, des mordus de requins, des mordus d’élections et entre les arlésiennes de centres pénitentiaires et de libération des bouchons.

Et cette « chose » intéressante, mais terrible, c’est le  joli visage de cette épouse, mère de famille, massacrée à coup de couteau par un mari mordu de coutume, lui, persécutée, « surveillée », « fliquée sur son lieu de travail », piégée par un mariage coutumier après des années de vie commune et exécutée pour avoir voulu prendre son indépendance et briser les chaines de son mariage, victime de sa modernité et de la féodalité de son milieu.

« Nous avions fait un mariage coutumier, il fallait respecter la coutume », plaide le tueur dont l’avocat a tenté tous les mensonges, du crime passionnel au crime d’honneur, en passant par les coups et blessures et coups mortels. « Le divorce aurait été une trahison du clan », argue le père de l’accusé. « Vous imaginez la honte qu’il a lui après un mariage devant 44 clans ? C’était insupportable », a osé soutenir l’avocat Aguila. Plus insupportable que des coups de couteau Maître ? Une plainte, « un appel » avait été déposée en juin par la victime pour des menaces de morts : Allo les gendarmes ? Allo la police ? Allo la justice ? Allo les coutumiers ?

On se croirait en Inde, au Pakistan, en Afghanistan, au Yémen. À quand l’acide et les pierres sur la femme infidèle et la fille volage ?Crime d’horreur, sans honneur, crime d’homme, sans humanité, crime de tradition, sans sagesse, crime clanique, sans individu. Et c’est cette coutume, religion sans bienveillance, que l’on invite partout maintenant pour bénir les meetings sportifs, les rendez-vous festifs et autres congrès politiques ?! Tristes tropiques…

ARMÉE, SPORT ET ÉGLISE, JE HARCÈLE, TU ABUSES, IL VIOLENTE…

agressions-sexuelles-armee-americaine-abus-sexuels-ok

Les récentes affaires de harcèlement, de violences et d’abus sexuels pour lesquelles « la grande muette » et ses militaires, qu’elle tentait de couvrir, sont passés devant la justice ces jours derniers nous rappelle la fréquence et la gravité de ces affaires dans les milieux de l’Armée, du sport et de l’Église. D’autres secteurs, ceux du spectacle, de travail ou de l’univers carcéral par exemple, connaissent certes aussi de tels dérives mais les mondes du goupillon, du sabre et du ballon battent tous les records en fréquence et en gravité dans l’horreur, tout en nous abreuvant de leçons de morale et nous envahissant d’étalage de valeurs qui n’existent que dans l’imaginaire tordu des curés, des adjudants et des entraineurs.

HARCÈLEMENT ET VIOLENCES SEXUELS DANS L’ARMÉE (18.03.2014, Le Parisien)

« Harcèlement sexuel : un gendarme condamné à six mois de prison avec sursis. Plusieurs cas de harcèlement dans la gendarmerie révélés récemment ont conduit l’institution à mettre en place un plan d’action interne. Un gendarme de 33 ans a été condamné mardi à six mois de prison avec sursis pour harcèlement sexuel aggravé sur une jeune collègue par le tribunal correctionnel d’Amiens. L’avocat du condamné a immédiatement annoncé qu’il faisait appel du jugement. La jeune femme, gendarme adjoint volontaire, aujourd’hui âgée de 20 ans, était arrivée dans une brigade de gendarmerie de la Somme en décembre 2011.

Violences sexuelles dans l’armée : ouverture d’une enquête interne Filmée nue à son insu, une stagiaire de l’armée contrainte à la démission Filmée nue à son insu, une stagiaire de l’armée contrainte à la démission Elle avait porté plainte en avril 2013, dénonçant des blagues salaces répétées et des SMS graveleux de juin 2012 à avril 2013. Elle a également, devant les enquêteurs, accusé ce maréchal des logis chef de l’avoir couchée sur une table pour mimer l’acte sexuel, et d’avoir glissé une matraque entre ses cuisses. Les atteintes sexuelles n’étant pas caractérisées, le sous-officier était poursuivi uniquement pour harcèlement sexuel. »

HARCÈLEMENT ET VIOLENCES SEXUELS DANS LE SPORT (ONU, FEMMES)

« Le harcèlement sexuel dans le sport revêt une dimension particulière en raison des relations de pouvoir avec les entraîneurs et de l’attention dont le corps des athlètes fait nécessairement l’objet. De plus, les rites de bizutage dans ce domaine peuvent conduire à des actes de harcèlement sexuel. L’existence du harcèlement sexuel dans le sport a été reconnue aux plus hauts niveaux. Le Comité international olympique a publié en 2007 une Déclaration de consensus dans laquelle il est dit :

Le harcèlement et les abus sexuels ont lieu dans tous les sports et à tous les niveaux. Ces actes semblent toutefois plus fréquents dans le sport d’élite. Les personnes qui sont dans l’entourage de l’athlète et qui sont en position de pouvoir et d’autorité semblent être les principaux auteurs de ces actes, mais des athlètes ont également été reconnus comme tels. Les hommes sont plus souvent mis en cause que les femmes. […] Les recherches montrent que le harcèlement et les abus sexuels dans le sport ont un impact négatif sérieux sur la santé physique et psychologique des athlètes. Cela peut se traduire par des performances amoindries et conduire à l’abandon de l’athlète. Les données cliniques indiquent que les affections psychosomatiques, l’anxiété, la dépression, la toxicomanie, l’automutilation et le suicide comptent parmi les conséquences les plus graves pour la santé. »

HARCÈLEMENT ET VIOLENCES SEXUELS DANS L’ÉGLISE (Agence France-Presse, Genève, Suisse, 05 février 2014)

« Le Vatican viole jusqu’à présent la Convention sur les droits de l’enfant dans les affaires de sévices sexuels, a déclaré mercredi à la presse la présidente du Comité des droits de l’enfant pour les Nations Unies, Mme Kristen Sandberg. Interrogée pour savoir si le rapport du Comité présenté mercredi aboutit à dire que le Vatican viole cette Convention de 1989 dans les affaires de sévices sexuels Mme Kirsten a dit: «ma réponse simple est oui, il y a une violation de la Convention jusqu’à maintenant parce qu’ils n’ont pas fait tout ce qu’ils auraient dû».

Le Comité a demandé mercredi au Vatican de déférer devant la justice tous les pédophiles au sein de l’Église, critiquant l’attitude du Saint Siège dans le passé. Le Comité demande au Vatican «de relever immédiatement de leur fonction toute personne suspectée d’abus sexuel et de déférer leur cas aux autorités judicaires compétentes à des fins d’enquête et de poursuites».

Le Comité souligne dans son rapport publié mercredi à Genève «sa profonde préoccupation quant aux abus sexuels d’enfants par des membres de l’Église catholique placés sous l’autorité du Saint Siège, avec des religieux impliqués dans l’abus de dizaines de milliers d’enfants dans le monde». «Le Comité est profondément préoccupé que le Saint Siège n’ait pas reconnu l’étendue des crimes commis et n’ait pas pris les mesures nécessaires pour traiter les cas d’abus sexueIs d’enfants et protéger ces enfants, et ait retenu des politiques et des pratiques qui ont conduit à la poursuite de ces abus et à une impunité pour leurs auteurs», affirme le rapport.

Il dénonce notamment les transferts de paroisses en paroisses dans un même pays ou dans un autre pays, pour cacher ces crimes et les occulter des autorités judiciaires. «La pratique de la mobilité des auteurs de sévices a permis à de nombreux prêtres de rester en contact avec des enfants et de continuer à les abuser», affirme le rapport. Il fait suite à l’examen le mois dernier par le Comité -constitué de 18 experts indépendants des droits de l’Homme de divers pays- de la position sur ces questions du Vatican, État représenté à l’ONU. »