DES VOTES MAUDITS EN NOUVELLE-CALÉDONIE

 arton221-ad45d

Il est très tendance et même de bon ton ces jours-ci, sur les réseaux et dans les médias officiels, de pointer, de dénoncer, de culpabiliser, de fustiger et même d’insulter les partis qui ont eu l’audace de se présenter aux élections et la malchance de ne pas obtenir d’élus.

Avant et après le scrutin, une étrange et nouvelle police de la pensée et de la démocratie s’est arrogé le droit, en république française, de décréter les listes et les candidats légitimes et « utiles » en Nouvelle-Calédonie, de décerner des certificats d’honorabilité à certains votes et à certains électeurs et de qualifier de « minables » et de « gaspillage » d’autres suffrages, allant jusqu’à diaboliser et caricaturer leur bulletin en « cadeau aux indépendantistes ».

Ces procureurs sévères ont-ils donc des boules de cristal ou lisent-ils dans le marc de café pour trancher à l’avance du succès ou de l’échec de telle ou telle liste ?

La France et les Français ont mis des siècles pour conquérir un droit de vote démocratique et libre, sans pression et sans menace. Et c’est en Nouvelle-Calédonie, terre de France du Pacifique, entièrement façonnée et modelée à l’image de la mère des Droits de l’Homme, que ce droit vacille le plus gravement sous les coups d’adversaires farouches.

On connait les assauts des indépendantistes pour priver des milliers de Calédoniens de leur droit de vote. Mais on ne connaissait pas encore le vote forcé, prisonnier, inventé par d’étranges loyalistes traitant de minables 5000 électeurs pour le crime de n’avoir pas opté pour des partis officiels et des candidats conformes. La stigmatisation des listes concurrentes au parti unique, algérien, ou russe, est là. La haine du régime Lafleur à l’égard des listes concurrentes FNSC et Leroux est de retour. La manipe du chantage à la peur et du « Sans nous c’est le chaos » ressort du placard facho.