SI SIX TÊTES DE LISTES M’ÉTAIENT CONTÉES… (débat NC1 du 7 mai)

nouvelle_caledonie_rvb

Un débat plus révélateur qu’instructif. Sur le fond des choses aucun scoop, et plutôt des redites saoulantes comme cette sempiternelle « nasse » des 3 référendums (prononcer NAssssssse, à la Gomès). Par contre les personnalités des 6 têtes de liste se sont révélées.

Hénin, moins naïve que d’habitude, efficace, pugnace, sincère, touchante, de bon sens, spontanée, courageuse. La brave petite chèvre de monsieur Le Pen. 7/10

Hénocque, classe, pugnace aussi, plaçant les coups avec élégance au bon moment, self contrôle, des propositions concrètes, des idées, une forme adaptée au fond, pas « bavard », bon débit, pas arrogant, doué, formé, informé, physiquement en forme, dynamisme et calme. 8/10

Wamytan, l’horreur, la tartufferie doucereuse qui alterne avec la rage, les menaces et les injonctions au silence. Méphisto. Tout est bon, Mesmer, l’ONU, l’invasion des métros, et des criquets ?… La clé de répartition c’est « NIET », les nouveaux impôts c’est « YES ». Bonjour « l’éclairage », bonjour le troisième accord… 2/10

Backès, héroïne féodale, a cassé plusieurs lances contre Gomès et surtout Wamytan, rayonnante, la joie du combat, la fougue et la mesure à la fois, pas d’erreur, maîtrise, l’opposition forte sans hargne ni énervement. 9/10

Ligeard, l’échec, un passage totalement raté, s’est écroulée, un visage qui la trahit sans arrêt, tantôt les sourcils hypocritement tristes et la mine recueillie, componction et empathie pour les choses graves comme de l’acide, tantôt le miel des sourires doucereux sur une voix flutée pour les promesses roses, tantôt le rictus amer irrépressible de la frustration et de la colère quand ça foire (le coup de « la valise », le fantasme du 3ème accord, l’attaque manquée en final contre Gomès), contre elle-même et le monde entier. En plus elle lève la main timidement pour parler, et compte ses secondes ! Pathétique. 4/10

Gomès, s’est tellement forcé à la modestie et à la discrétion qu’il en est devenu figurant, une modestie à ce point c’est le comble de l’orgueil, a loupé Wamytan, qu’il a prudemment épargné pour des coups mesquins contre Hénocque, la machine à parler, on programme le thème, la durée, et hop c’est parti pour une ou deux minutes de discours, lisse, parfait, sans accroc, sans défaut, sans erreur, sans hésitation, clean, trop clean, synthétique, arificiel. On ne peut pas programmer le débit, le tempo et le ton, c’est toujours allegretto, monocorde et monotone. Même phrasé, même phrases, mêmes formules (la Calédonie qui coule dans nos veines…). On décroche. 6/10

Plus globalement, au-delà du clivage classique entre l’indépendantiste qui fait le méchant indépendantiste et les loyalistes qui font les gentils loyalistes, qui comprennent et bla et bla, mais qui froncent un peu des fois les sourcils,non, non, non… un autre clivage, entre les pros, les habitués, les roués (la bande des 4) et les nouveaux, les amateurs (qui n’ont pas la carte du club) : Bianca et Stéphane.