TROIS RÉFÉRENDUMS ET RIEN D’AUTRE !

referendum1

ET POURQUOI VEULENT-ILS NOUS VOLER NOS RÉFÉRENDUMS ???!!! TROIS RÉFÉRENDUMS ET RIEN D’AUTRE !

« La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité.

Si la réponse des électeurs à ces propositions est négative, le tiers des membres du Congrès pourra provoquer l’organisation d’une nouvelle consultation qui interviendra dans la deuxième année suivant la première consultation. Si la réponse est à nouveau négative, une nouvelle consultation pourra être organisée selon la même procédure et dans les mêmes délais. Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée. » Accord de Nouméa, 1998.

L’Accord de Nouméa est régulièrement présenté comme un document sacré qui est le garant de la paix et qu’il faut respecter à la lettre. Soit, mais alors pourquoi vouloir le charcuter et défigurer sa part la plus importante : la sortie de l’Accord et la question sur l’accès à la pleine souveraineté ? Est-il possible d’escroquer ainsi les électeurs calédoniens qui ont voté ce texte-là et pas un autre et de truander la Constitution française qui en garantit l’inviolabilité ? Trois référendums et rien d’autre !

Pourquoi le FN veut-il précipiter ces référendum en 2014 ? Pourquoi l’UCF veut-elle précipiter ces référendum en 2015 ? Pourquoi le Rassemblement-FPU veut-il carrément zapper ces référendums pour un « troisième accord » utopique ? Pourquoi Calédonie-Ensemble veut-elle carrément zapper ces référendums pour un « machin éclairé » aussi nébuleux que suspect, et pourquoi les qualifier de « nasse » ? Trois référendums et rien d’autre !

Quel meilleur espace de discussion que ces 3 référendums séparés chacun par deux années ? Les scrutins à deux tours permettent le dialogue, les concessions, les alliances entre les deux tours. Les positions radicales, la concurrence dure et les chocs frontaux des premiers tours sont atténués lors des seconds tours. Ces 3 référendums prévus par les rédacteurs et les signataires sont à considérer comme un référendum à 3 tours. Durant ces 5 ou 6 ans, les fameux « éclairages » réclamés par CE dans le vide pourront effectivement se faire, les forces et les projets en présence pourront être pesés, jaugés, évalués, modérés, modifiés. Trois référendums et rien d’autre !

Pourquoi les représentants politiques actuels, déjà anciens, tous liés aux puissances économiques et financières, méfiants et intolérants à l’égard des jeunes formations et des jeunes leaders, si jaloux de leurs prérogatives et de leur droit exclusif à représenter le peuple, veulent-ils précipiter la sortie de l’Accord dès cette mandature ? Ne serait-ce pas pour en rester les maîtres d’œuvre, pour tirer les avantages de cette maîtrise comme les « signataires historiques » ont tiré avantage de leur signature depuis 1998 et pour ne pas risquer de se voir évincés de ces postes de commande par de jeunes prétendants avant d’en avoir profité ? Trois référendums et rien d’autre !

Pourquoi terroriser le peuple avec l’éternelle menace du retour de la violence et de la guerre civile ? Pourquoi caricaturer un référendum en « couperet », en « guillotine »? Robespierre était-il aussi signataire de l’Accord ?! Comment ne pas considérer ces annonces et ces arguments comme du chantage à la peur de la part de ceux qui veulent priver le peuple des 3 référendums qu’il a choisis et votés ? Les indépendantistes disent et répètent qu’ils prendront le pouvoir par les urnes et non en brisant des urnes. Ils usent de la législation, se servent des lois, font des recours. Le temps de la force est derrière, les politiques qui se servent de ce chantage insultent à la fois le peuple et les indépendantistes. Quel contrat peut être valable si il est signé et arraché sous la menace ? Quel avenir peut-il être choisi et désiré sous les intimidations ? Quel confiance et quelle dignité peut avoir un peuple qui s’est fait voler son choix et son droit ? Trois référendums et rien d’autre !

Pourquoi vouloir tout boucler pendant cette mandature alors que les 3 référendums peuvent s’étaler paisiblement sur celle-ci et sur la suivante comme cela est légalement possible ? Pourquoi dramatiser et même hystériser ces élections provinciales en déclarant que ce sont les dernières, une sorte de fin du monde, et que seuls des candidats « surhommes » seront capables d’affronter le Cap Horn de la sortie de l’Accord, dans les bourrasques et les lames gigantesques ? Ne serait-ce pas parce-que ces capitaines surhumains, qui ne sont que des capitaines d’industrie, ne veulent pas partager la barre et veulent continuer à décider la direction la plus avantageuse pour eux ?

Trois référendums et rien d’autre !