ARRÊTE TON CHARTE !!! ou MARCHE ARRIÈRE TOUTE !!!

 

cromagnon

Nous avons gentiment commencé à lire « La Charte du Peuple Kanak » et puis quand nous sommes arrivés là-dessus, c’est bon ! on a tout refermé et tout balancé. Si les femmes et les individus peuvent accepter ça, ok c’est leur affaire, mais c’est pas notre truc et ça le sera jamais, pas plus que de faire le guignol et la coutume dans les meetings politiques ou quand on s’arrête sur le bord d’une route, pour pisser contre un arbre, où on laissera après un manou, un billet, trois clopes et deux prières.

***

1. La société Kanak est une société patriarcale. Son système social fonctionne à partir

d’une transmission des droits, des pouvoirs et des responsabilités basée sur l’homme.

2. L’ainée d’un clan, quand elle est une femme, est un élément déterminant de référence du clan quand celui-ci rencontre des difficultés. Les femmes sont appelées à servir dans d’autres clans.

3. Les droits individuels s’expriment dans les droits collectifs du groupe (famille/clan). C’est parce que la personne est reconnue dans sa famille et dans son clan qu’elle peut s’épanouir dans la société.

11. La donation coutumière (adoption) d’un enfant correspond en général à un geste d’harmonie et de renouvellement d’alliance. Cet acte se fait sous l’autorité des parents et des chefs de Maison/clan. Le nom coutumier donné régulièrement à l’enfant lors de l’adoption permet la transmission de tous les droits de l’adoptant à l’adopté.

***

Nous on édicte et on écrit nos lois depuis 2500 ans, depuis les tables codifiant le droit romain de Justinien jusqu’à notre Constitution de 1958 màj 2011, en passant par l’ordonnance de Villers-Cotterêt de François 1er en 1539, la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 et le code Napoléon de 1804. On n’a pas attendu 2014 pour dégager (et ils ne font que semblant de dégager) notre droit de la coutume, des superstitions et de la religion.

***

***
images

PS : 

LES CARICATURES DE LA COUTUME (à un fondamentaliste)

Fondamentaliste de la Coutume, vous ne semblez pas meilleur dans la réception des messages que dans leur émission, autrement dit vous ne lisez pas mieux que vous ne vous exprimez.

Le texte que vous déformez indique que les citoyens extérieurs à la coutume kanak n’ont pas à se la voir imposer dans des meetings ni quand il doivent courber l’échine et sortir le manou pour s’arrêter dans un terrain, pour pique-niquer, pour accéder à la mer ou à la montagne, pour faire un raid sportif, pour une fête de la crevette, pour demander un renseignement, pour prendre en photo une case ou même pour un besoin de miction urgent.

Dans nos sociétés laïques nous avons le droit de nous éloigner et même de rire des simagrées des curés, des rites grotesques des francs maçons, du culte des sectes, de l’obsession ridicule d’Armagédon des Témoins de Jéhovah, de la misogynie des musulmans etc… La Laïcité a mis 3000 ans pour gagner ça.

Mais il semble que faire de même avec la Coutume soit strictement prohibé et que le « banissement » menace les infidèles rebelles dans ce nouveau sectarisme et les insolents humoristes dans cette nouvelle Charia des tropiques, autant que les attentats par des fondamentalistes menaçaient les auteurs des caricatures de Mahomet.

Bonjour la Kanaky éclairée de demain, good bye liberté… Voltaire réveille-toi, ils sont denenus fous !