INDEPENDENCE DAYS DIARY NOVEMBRE 2017

nov

***

MERCREDI 1er NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)

25

BALLOTAGE

Ça date un peu mais je me disais deux choses en revoyant ces chiffres des dernières élections législatives dans la 1ère circonscription de Nouvelle-Calédonie.
D’abord, je pense que si certains boulets, si forts en gueule et prompts à dénoncer aujourd’hui à Paris les trahisons et les renoncements, avaient dénoncé l’évidente duplicité de Yanno, l’avaient lâché à l’heure avant le premier tour et avaient soutenu ouvertement Backes aux législatives, une dynamique telle aurait été crée que Backes aurait pu passer devant Dunoyer au premier puis au deuxième tour.
Ensuite, cogito (ergo sum) que 41% des électeurs pour Backes, contre 59% pour Dunoyer, ça ne permet pas à la plateforme de Gomes de traiter les Républicains Calédoniens de minuscule et infréquentable petite merde politique comme elle le fait actuellement, sauf à considérer que les milliers d’électeurs représentés par ces 41% ne sont aussi tous et chacun que de minuscules et infréquentables petites merdes d’électeurs.

UNITÉ

Avec 28 langues kanak, autant de dialectes non kanak, 57 districts coutumiers, 341 tribus et autant de groupes et groupuscules issus du RPCR, de leaders et leaderuscules bébés Lafleur, de divorces et de remariages politiciens, la Calédonie n’est pas vraiment le modèle de l’unité, du consensus et de l’harmonie Non ?

PATRIACAT

Franchement entre le patriarcat kanak, la misogynie musulmane et la phallocratie marchande hollywoodienne et occidentale je ne vois pas grande différence. Il serait peut-être temps de rejeter ces restes de bestialité. À moins que le charme de la puissance, de l’argent, du muscle, de la force, de la brutalité, du mutisme, du secret, des menaces, des chiens, des voyous et des salauds, ne reste plus fort que l’humanité, la dignité et le respect de soi…

ŒCUMÉNISME

C’est l’histoire pas très œcuménique d’une chapelle œcuménique dans le sud d’une île du Pacifique où les catholiques et les protestants s’étaient entendus pour construire et arranger leur église partagée et pour y prier en alternance. C’est l’histoire d’une fille à Pôpô qui a dit aux cathos ouvéens de faire leurs bagages et d’aller se construire un truc ailleurs parce que cette chapelle-là c’était à elle vu que c’était le beau-pôpô à son Pôpô qui avait payé le ciment et les agglos au départ. C’est l’histoire pas très œcuménique d’une fille à Pôpô qui se verrait bien aussi maire d’une ville du sud d’une île du Pacifique. C’est l’histoire pas très œcuménique de protestants qui, en guise de spiritualité et au lieu de fêter leurs cinq cents ans d’existence nous pètent surtout des magouilles politiciens sales, une Église protestante de Kanaky au nord, un racolage électoral des polynésiens réformés au sud.

SAINT-LOUIS

Certains se sont étonnés, émus et énervés des résurgences de violence à Saint-Louis (Mont-Dore) ce week-end. La seule chose qui m’étonne c’est qu’on n’ait pas vu à nouveau la création de quelques machins genre Association pour la paix au Mont-Dore ou Groupe de défense des Montdoriens ou Comité des citoyens du Mont-Dore. Bizarre !

BUSH FEELINGS

Bush feelings, impressions de brousse. Une petite boucle. C’est récent. Ça monte au Nord, ça tourne vers l’Est, ça revient par les nouveaux quartiers, ça entre et sort du Médipôle, ça passe par un labyrinthe de nouvelles rues déjà sales et ni faites ni à faire puisque des « surdoués », pas très érudits quand même, ont fait un Pont des Érudits qui empêche d’entrer directement et simplement à l’hôpital quand on vient du nord.
Une brousse calcinée, des ferrailles et des dépotoirs sauvages qui sortent partout des broussailles cramées. Des lieux touristiques et points de vue aménagés ravagés, tables brûlées, toits des abris arrachés, détritus. Des épaves de voitures plus ou moins fraichement incendiées. Des gendarmes autour de la dernière victime en date encore fumante à Nassirah. Des tags sur tous les objets possibles atteignables, arbres, poteaux, tôles, ponts, murs, rideaux de magasins, épaves, routes… même au cœur de la Chaîne, comme sur les lampadaires à 60 millions offerts tous les vingts mètres par la Province Sud à Saint Louis déjà tous, absolument tous, tagués de slogans d’appropriation comparables à l’urine des chats et des chiens sur les limites de leurs secteurs, comme sur tous ces mêmes objets déjà listés dans les nouveaux quartiers anonymes sans âme et sans air de cette terrifiante zone périphérique de Païta, Dumbéa, Nouméa, où les constructions à bon marché se dégraderont aussi vite qu’elles se sont édifiées, où les zones n’ont pas plus de sens et d’harmonie que les noms qu’on leur a attribués. Un hôpital impeccable, lui, et conforme au devoir de paix, d’espace et de confort qu’on doit aux malades mais déjà menacé par des traces intempestives, les négligences des visiteurs vautrés sur les salons du hall, les nombreux vols dans les chambres et les couloirs, une surveillance insuffisante, une caste médicale réclamant un pouvoir autiste libéré des contingences budgétaires…
Dommage…
Dommage, la Calédonie était belle, si belle. Voir et reconnaître cette beauté, l’aimer et s’en soucier, la protéger et la regretter, au vu de l’état actuel et général du pays ne doit pas faire partie des valeurs et des convergences de notre « petite nation », pour reprendre la terminologie de Philippe Gomes.

PARADIS, L’IDÉE LA PLUS PROCHE DE FUTUNA

Vu hier soir sur NC1ère le documentaire sur Futuna intitulés « Les larmes du Pacifique ». De très jolies images, de très belles personnes, un très joli pays. Futuna… quel isolement ! L’île la plus perdue et lointaine de l’ensemble français. Et pourtant rien à voir avec les espaces dégradés de Calédonie évoqués plus haut. Tout est tondu, taillé, respecté, entretenu, riant, paisible, que ce soit à Futuna, à Alofi, à Wallis et sur tous ses îlots. Douceur, paix, humanité. Pourquoi là-bas seulement ?…

NOVEMBRE

Novembre de cette année-là, 2017, le dernier totalement complet, français, tranquille, sous contrat des accords, pré-référendaire. Le prochain le sera-t-il aussi ?

***

VENDREDI 3 NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)

COMITÉ MISSA EST…

31

PATHOSPHÈRE

Philippe Gomès, avec son pathos et sa grandiloquence habituels, assure à Edouard Philippe que « l’arithmétique électorale en Nouvelle-Calédonie ne peut constituer à elle seule une solution politique ». Ouais… sauf que l’arithmétique électorale ça l’a bien arrangé et ça ne l’a pas du tout gêné pour écrabouiller et humilier son concurrent Louis Mapou aux dernières législatives dans la seconde circonscription de Nouvelle-Calédonie, en s’achetant une majorité contre un siège de sénateur, en bricolant vite fait mal fait une alliance artificielle de sauvetage et en traitant Mapou de « mauvais signe envoyé à Paris ». Il s’en est grave foutu alors que Mapou sorte la tête basse de cette histoire pour que lui en sorte « la tête haute », hyper haute, comme toujours, comme un paon. Et bien prononcer « tête hotte », c’est encore plus haut, pour être fidèle à la prononciation approximative des phonème français par le député. Et en cognant très fort et très théâtralement sur le « HOTTE » évidemment, puisqu’il est un peu notre Père Noël à tous, ou à peu près…

BON CLUB

Un bon Club de la Presse ce midi sur NC Radio par contre ! Quand on a un truc bien dans nos médias faut le dire, c’est si rare ! Poisson, des Nouvelles, Dutailly du Chien Bleu et Nathalie Daly de NC1ère ont débattu librement, intelligemment et sincèrement, la liberté, l’intelligence et la sincérité étant des denrées aussi rares que la pluie et le bon chocolat en Nouvelle-Calédonie… Nathalie a parfaitement raison de ne pas croire plus que ça au Saint-Esprit descendu sur le dernier comité des signataires. « Bac à sable », dit-elle, pour des gosses politiciens capricieux pendant des mois et des mois en Calédonie mais cravate neuve et posture de hauteur et de dignité façon Lafleur et Tjibaou à Paris pendant… deux ou trois jours ! Et à Nouméa toute « la volaille qui fait l’opinion », comme dit si bien Souchon dans Poulailler’s Song, de s’exclamer en chœur « comité historique ! », « grande réussite », « satisfaction ». Dommage que sous les tropiques tous ces dignitaires pleurent et rage « I can’t get know… satisfaction » !
Dommage, et aussi la honte, que tous ces grands autonomistes et indépendantistes, souverains pour leur destin, leur économie, leur culture, leur identité et bla et bla, ne trouvent leur satisfaction et quelques instants d’entente que quand Papa État et Maman République leur tiennent la main et leur disent d’être sage…

FIRE !

Donc en Nouvelle-Calédonie en novembre toujours pas de pluie, toujours des incendiaires, criminels ou crétins, ou les deux, mais faut pas dire, toujours des feux et toujours des bénéficiaires, chaud devant, coup de feu dans les affaires, chauffeurs d’hélicos qui se font plein de liquide en charriant du liquide, casernes de pompiers dont on se demande pourquoi il faut les payer en plus de leurs salaires habituels ! C’est comme chez AirCoquin, les prix flamboient en haute-saison chaude…

EUX MAIS PAS NOUS…

French Blue, la compagnie low cost arrive à Tahiti. Le conseil des ministres vient d’entériner la demande d’exploitation de la compagnie française French Blue. Elle prévoit des vols à destination de Paris via San Francisco. Un nouveau concurrent qui à l’habitude de casser les prix. Les Tahitiens ont de la chance de ne pas avoir un AirRascalin qui les rackette et les emprisonne 365 jours par an. Au fait, combien et pour qui les juteuses commissions des nouveaux Airbus achetés et défiscalisés ?

ANCIEN MÂNDE

Le Haussaire de Calédonie, socialiste bon teint et ex directeur de cabinet de Hollande, il fait pas un peu partie de cet ancien monde dont Macron voulait nous débarrasser ?…

COUPEZ !

7 minutes chrono et shampoing compris et 3100 F pour une coupe homme. Ça fait exactement 26 567 F de l’heure. J’hésite entre devenir coiffeur ou défiscaliseur…

J’AIME

On avance, on avance, Souchon ce soir, à écouter ou réécouter, la gaieté triste, la tristesse gaie, les mots justes, l’élégance, la romance, tout ce que j’aime.

TWEETS

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Les Espagnols, #Rajoy et Madrid ils y vont peut-être un peu fort en garrottant tous les indépendantistes catalans quand même…
#represión

29

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Présidentielles : 52,6 % pour Macron et 47,4 % pour Le Pen en NC – 66,10 % pour Macron et 33,90 % pour Le Pen dans l’ensemble français.
Mais élus et électeurs de la droite calédonienne, grands fans de Chirac et Sarko puis de Fillon et Le Pen, commencent à s’intéresser à #Macron

26

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Les présidents fainéants ne l’ont jamais fait, #Macron le fait : tous les étudiants à la Sécu et fin du vol par les #mutuelles et l’UNEF.

28

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Le massacreur des 8 cyclistes de #Manhattan s’est écrié « Allah Akbar ». Il n’a évidemment aucun rapport avec l’islam et les musulmans !

L’OSSERVATORE CALEDO‏ @LOSSERVATORECAL

Pas de #balancetonporc à la baille en #NouvelleCaledonie ! Peur de polluer le lagon, de boucher les baies ou de manquer de cochons ?

30

***

SAMEDI 4 NOVEMBRE 2017
(Independence Days Diary)
 
ROUSSETTE ET MATCH
38
 
Je ne sais pas si le match est fini pour cette petite bête. J’ai pas envie, c’est très perso. Je donne rarement dans le personnel. Les gens se foutent largement des personnes autres que la leur…
 
Pourtant y’en a plein qui se selfient la tronche, la poitrine, les fesses, leur assiette, leur bouteille, leur hôtel, leur bagnole, leur bateau, leurs fesses sur leur bateau, leur bébé dans l’eau, ou pas dans l’eau, et qui publient et mettent tout ça sur « leur mur », comme d’autres mettent leurs tags sur tous les murs, comme les animaux mettent leur pipi au bas des murs, sans commentaires, sans appel ni attente de commentaires autres que « Trop belle » ou « Trop mignon » ou « Trop d’la chance » ou rien, ce qui revient au même.
 
Moi je selfie aujourd’hui ce petit de roussette tombé du ciel et accroché sur une épine de citronnier et j’aimerais bien savoir si on peut sauver un petit comme ça. Avec du lait ? Du pain mouillé ? Des fruits ? Du sucre ? De la banane ? Je l’ai mis au creux du grand banian. Je ne me fais pas trop d’illusion, comme toujours. Le sauver serait pourtant une provocation contre tous les massacreurs de roussettes, les tueurs de cerfs, les tortionnaires de chiens et de chats, les viandards découpeurs de bovins vivants, les bourreaux de la tauromachie et des rodéos, acteurs et spectateurs, autant de chasseurs et de tourmenteurs que je ne porte pas davantage dans mon cœur que les rois et reines du selfie…
 
JUSTICE ET ÉGALITÉ DE TRAITEMENT, VRAIMENT ???!!!
34
 
Parfaite égalité entre les citoyens et accord miraculeux entre les indépendantistes et les loyalistes au comité des signataires ? Ouais… Vraiment ? Sauf que pour les mélanésiens de statut coutumier, beaucoup plus nombreux à ne pas être inscrits, l’inscription d’office sera parfaitement et totalement automatique, et que pour les autres, de droit commun, non, pas d’automaticité, il faudra vérifier 3 ans de CAFAT, avec « commissions administratives spéciales sur la base des éléments fournis par l’État. Bonjour l’égalité…
Quant à l’accord miraculeux il faudra repasser puisque les indépendantistes refusent que tout ça soit mis par écrit dans les textes et refusent de toucher à la loi organique, prêts à remettre tout ça en cause comme ils avaient déjà remis en cause « Le litige électoral est politiquement clos » du comité des signataires de 2016.
#IlsNousPrennentPourDesCons
 
LA FOUTAISE GOMÉSIENNE DU JOUR D’APRÈS
35
 
Le « jour d’après », il se prépare… le jour d’après ! Pas avant ! Pas avant de connaître le résultat du référendum !
Les jours d’après un référendum où les loyalistes l’emportent à 75%, ou à 70%, ou à 65%, ou à 60%, ou à 55%, ou à 51%, ce ne peut pas être les mêmes jours d’après !!! Faut vraiment être crétin ou tordu ou les deux pour dire le contraire. Pourquoi donc Gomes et sa bande veulent-il préparer un truc préfabriqué pour le lendemain du référendum en se foutant de son résultat et donc en se foutant de nous ?! Même pas la peine d’aller voter alors !
Des indépendantistes perdants à 25%, à 35% ou à 49% ne peuvent pas et ne doivent pas être écoutés, entendus et suivis de la même manière. Tant qu’on est en démocratie en tout cas, tant qu’on ne parle pas de « logique arithmétique » injuste, comme Gomes et Michel, comme Mitterrand parlait de « force injuste de la loi » en Nouvelle-Calédonie, déjà…
 
LATASTE-VIN JUSQU’À LA LIE ?
40
 
Lataste vint et ne repartit jamais. Faut-il le boire jusqu’à la lie ? Lataste c’est Christnacht, Christnacht c’est Lataste, depuis toujours, et ces deux-là c’est Mitterrand, Jospin et Hollande à la fois. Ils connaissent le dossier calédonien certes, par cœur même, et les acteurs calédoniens, tous, par cœur aussi, depuis si longtemps, peut-être un peu trop. Tant de proximité, tant de connivence, est-ce si bon pour aborder et traiter un problème comme cette consultation sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie ?
Le premier ministre Édouard Philippe, qui ne connaissait rien au dossier, a démontré qu’on pouvait avoir de la distance et un regard neuf sur les choses et les gens du Caillou et les traiter avec lucidité, équité, efficacité et honnêteté.
Macron et Philippe n’ont-ils pas un préfet solide, neutre et impartial en réserve ? Est-il indispensable de garder Galatée Lataste et son Pygmalion Christnacht jusqu’au bout en cette période très délicate ? Ce Chrisnacht qui avait déroulé son plan calédonien tellement crûment au préfet patriote Jean-Jacques Brot que ce dernier avait préféré démissionner pour ne pas en être complice, une attitude digne du préfet Jean Moulin…
 
INDEPEN-DANCES, QUAND LA POLITIQUE N’EST PLUS QU’UN BALLET
ou
LES PETITS SHOWS KANAKY EN TOURNÉE
36
 
Quand on veut l’indépendance on la veut, et on fait tout pour. Les Catalans, une majorité hétéroclite au parlement de Barcelone, n’avaient qu’une vague émotion de colonisés, qu’un désir flou de séparatisme. Ils n’ont rien fait pour , rien fait pour défendre leurs élus et leurs institutions contre le gros bétail franquiste corrompu de Madrid Rajoy. Et leur chef foireux s’est barré à Bruxelles. Du mou, du très mou. Trois petits tours et puis s’en vont.
 
Comme les Écossais, qui se sont laissé imposer le Brexit par les Anglais sans moufter, comme les Québecquois et les Tahitiens, qui ne savent pas trop ce qu’ils veulent, un indépendantisme en forme de folklore.
 
En novembre 2017 en Nouvelle-Calédonie c’est pareil, ce n’est plus qu’une chorégraphie, une sorte de ballet complexe, un spectacle, l’Independence Dance, « Independance » en tournée mondiale, un coup en show à Paris, un coup à New-York, un coup à Nouméa.
Les vraies démarches, sang et violences, qui ont fait avancer les choses c’est Machoro et Ouvéa. Il y avait encore des colons alors, des vrais des durs, il y avait encore un idéal kanak, une cohésion kanak, une homogénéité kanak. Trente ans plus tard c’est fini, la communauté kanak a évolué puissamment et diversement. Hétérogénéité géographique, sociale, culturelle et politique. Éclatement et cloisonnement du groupe. Un mot d’ordre unique, fort et dense, ne sortira plus et ne viendra plus de ce patchwork composite et disparate qu’est devenue le peuple autochtone.
La scène de gens d’Ouvéa éméchés emmerdant des touristes japonais un midi de cette semaine place des cocotiers et traités de « bons à rien d’Iaai » avec un profond dégoût par un spectateur Lifou de cette scène révèle bien cette disparité et cette indépendance en interne des différents éléments du groupe kanak où la solidarité n’est plus une règle aveugle et une tyrannie absolue.
 
Maintenant un attentat très ciblé ne demandant que quelques acteurs, avec victimes collatérales, pourrait-il déstabiliser, enclencher des réactions en chaîne et réveiller les passions anciennes ? Même pas sûr. Les événements de Saint-Louis de 2016-2017 ont fait long feu eux aussi. Le bois de l’indépendance radicale est mouillé, ça ne prend plus.
Dance, dance, dance, indepen-dance only !
 
VALEURS DU SPORT, VALEURS OCÉANIENNES… #JaiUnDoute
33
 
Le coup de pied du footballeur Patrice Evra dans la tronche d’un supporter et la constance de ces supporters à payer très cher des abonnements dans les stades pour se faire taper dessus ou pour se taper entre eux démontrent que le sport promeut et développe autant les valeurs humanistes que l’autonomisme-indépendantisme promeut et développe les belles valeurs océaniennes et chrétiennes en Nouvelle-Calédonie-Kanaky, dans des domaines aussi variés que la délinquance, la protection de la nature, le respect des femmes, la sécurité routière, la tolérance, la sobriété et la tempérance etc…