MAINTENANT QU’IL N’Y A PLUS AUCUN ÉLU LOYALISTE AU CONGRÈS DE CALÉDONIE ou LA ROUTE DE FIDJI

congresvide

Cette histoire de l’emploi local n’était évidemment qu’un cheval de Troie de plus des indépendantistes, des socialistes et d’une certaine Calédonie pour gangréner et ruiner de l’intérieur le loyalisme en Calédonie, comme les récents transferts, comme le projet éducatif, comme la culture et les valeurs dites océaniennes, comme le vote réservé etc etc….

Donc le vote unanime d’exclusion des Français nouveaux venus en Calédonie et de sécession de la NC par rapport aux règles générales d’égalité des citoyens dans la République a eu le mérite de franchir ouvertement deux seuils inviolés jusqu’ici et de nous révéler crûment la réalité : un, la France et les Français ne sont plus en France en Calédonie ; deux, plus aucun élu ne proteste ou même ne résiste contre cet état de fait.

Quand on a bien conscience de ça, qu’est-ce qu’on pense, qu’est qu’on dit, qu’est-ce qu’on envisage, qu’est-ce qu’on prévoit, qu’est-ce qu’on fait ? J’ouvre cette discussion. Comment voyez-vous les choses en Calédonie avec un parti unique pro sécessionniste en guise d’échiquier politique et avec un calendrier d’élections très chargé (présidentielles, législatives, provinciales, référendum) que ce parti unique tripatouillera allègrement ?

Pour ma part je ne pressens pas une catastrophe politique et un chaos institutionnel et économique brutal, pas plus qu’une résistance efficace à ce qui met en place. La caste affairo-politique qui a désormais verrouillé le paysage local n’y a pas intérêt. Les étapes seront respectées, les discours lénifiants prolongés et l’accouchement ou plutôt l’expulsion sans douleur de la France poursuivi. Je pense qu’à moyen terme la Calédonie devrait ressembler aux Fidji, avec quelques accords maintenus avec la France, avec une caste économique non kanak et un pouvoir kanak et coutumier, avec un régime des terres totalement coutumier sauf en ville, avec le nickel à la place du tourisme et du sucre fidjiens, avec des corps électoraux distincts et un système politique inégalitaire assurant immanquable la majorité décisionnelle aux mélanésiens face aux calédoniens et aux autres groupes comme les mélanésiens de Fidji détiennent le pouvoir politique face aux indiens, aux chinois et aux polynésiens se satisfaisant du business.