INTELLIGENCE DES ÉVÉNEMENTS

***
14611162_1348568058496457_6516803290023580963_n
 
Les événements actuels sont graves. Soyons intelligents. Intelligence c’est « intellegere » en latin, inter legere, c’est lire entre, ou plutôt lier et relier entre. L’étymologie est toujours révélatrice. Ce qui se passe en ce moment en Calédonie est à traiter avec intelligence. D’ordinaire tous ces événements, y compris « LES événements », génèrent infiniment de bavardages et de platitudes dans l’immédiateté et dans l’émotion. Les différents éléments, les différentes composantes, les différents faits de ces crises ne sont pas distingués, ne sont pas lus dans leur pluralité, et sont encore moins reliés, mis en relation de façon à prévoir, à pronostiquer l’élément suivant, le fait suivant, la suite logique. De plus, dès que la crise est passée on oublie, on évacue, on refoule ces éléments, ces événements, et cette crise passera dans trois jours, et on sera soulagé, et on oubliera, et le maire se félicitera que le pire ne soit pas arrivé, grâce à lui… Inintelligence ! Inintelligence quant au présent, quant au passé, quant à l’avenir.
 
Quels sont donc les éléments de ces événements ?
Une crise comme il y en a eu des dizaines en trente ans à Saint Louis, bien huilée.
De la violence croissante, extrême et sans retenue contre les militaires et les automobilistes.
La faiblesse, la peur, la temporisation et l’impuissance des autorités.
L’abandon des populations en otage.
La docilité et le fatalisme de ces populations qui acceptent la débrouille des victimes soumises, des navettes aux hébergements de fortune, en passant par les échanges de couches de bébé.
Le silence assourdissant des coutumiers et des politiques indépendantistes, laissant le monopole et la force de la parole à un seul leader prêt et apte à exploiter l’événement.
L’allumage d’un second front sur la route vers l’aéroport ciblant de manière coordonnée les axes d’accès uniques comme celui du Mont-Dore.
La facilité de ces actions terroristes, le petit nombre des combattants et pourtant le désarroi et la désorganisation des forces de l’ordre.
Le traitement médiatique complaisant et falsificateur, transformant en « une bavure » contre « un jeune », une légitime défense contre un délinquant à la conduite aussi menaçante que celle du chauffeur criminel de Nice.
 
Vous la voyez maintenant la suite logique ? Tous ces éléments, si on les observe intelligemment, si on les relie, laissent aisément prévoir l’élément suivant, la suite, la suite du programme, un programme dont ces émeutes ne sont qu’un hors-d’œuvre, une petite répétition, un avant goût, un programme très facile à mettre en œuvre, un programme où les choix démocratiques des Calédoniens n’ont pas beaucoup de place et sont loin d’être des éléments déterminants, eux…