MOI ULTRA LIBÉRAL ??? JAMAIS !!!

requin

Pierre Bretegnier, dont nous disions qu’il représentait l’aile et l’alternative ultra libérale pour l’UCF de Sonia Dos Santos Backes, s’est offusqué que nous parlions d’ultralibéralisme à son sujet, un peu comme si Kotra Uregei nous reprochait de l’avoir qualifié d’indépendantiste. Séquence dialogue :

Pierre Bretegnier : – Curieux de parler de « l’ultra libéralisme sans frontière de Bretegnier » sinon pour tenter de me décrédibiliser. Dois-je rappeler qu’en tant que PDG de PromoSud je dirige une SAEM chargée précisément d’intervenir dans le secteur économique en cas de défaillance de l’entreprise privée. C’est ainsi que PromoSud a construit les grands hôtels, sauvé la filière crevettes, lancé la filière bois.

L’exécutif de la Province sud a même enrayé mon interventionnisme en refusant la participation de PromoSud à l’acquisition d’un pétrolier et à la création d’un réseau aérien touristique à partir de Tontouta.

Le fait que je me suis opposé – en vain – à cette aberration économique que constitue le blocage des prix, que j’ai demandé un peu moins de réglementation, ou que j’ai suggéré que les protections de marchés soient étudiés en fonction de leur intérêt pour l’emploi, relève du bon sens et de constats d’experts, non d’une théorie à laquelle je n’adhère pas . Un peu moins d’ignorance et un peu plus de bonne foi aideraient à approfondir les débats.

Losservatore Caledo : – Nous reparlerons de Promosud, cher Pierre Bretegnier, et de vos avions tchèques plus tard, il y a de quoi faire. Pour l’instant disons que si vous aviez placé votre foi dans le socialisme, l’économie régulée ou ne serait-ce que dans la social-démocratie et si vous aviez prioritairement accordé votre empathie aux travailleurs et aux consommateurs avant de l’offrir au MEDEF, ça se saurait…

Contrôle des prix, limitation des marges, maîtrise de la SLN et du minerai, impôts, coûts de fonctionnement, syndicalisme, fiscalité sur l’immobilier et les plus values sont des gros mots qui vous font aussitôt dégainer le revolver à hurler « Socialiiiiistes ! Socialiiiiistes ! … (6 coups) » ou la croix d’argent et l’eau bénite libérale pour exorciser les socialistes.

Émettre le moindre doute sur la sainte entreprise et sur la générosité des entrepreneurs est pour vous un blasphème. Les impôts sont forcément « confiscatoires », pour qui ? Et l’entreprise est toujours « créatrice de richesse », pour qui ? Si vous n’êtes pas ultra libéral, vous cachez ultra bien votre jeu Pierre ! Mais votre full aux as se voit un peu trop…