SENSIBILITÉ ET COMPASSION : 0/20 ; PARANOÏA : 20/20

10006586_1392621807684904_8079415016533177576_n
La copie d’écran que le CPC FLNKS-PT trimbale partout sur le Net, comme un trophée, comme une dépouille, comme une tête au bout d’une pique

Une observation intéressante nous a été permise par le délicieux Cpc Flnks Pt qui depuis quelques jours duplique et affiche partout avec une joie mauvaise les mots que Tristan Derycke-Andréani a exprimés spontanément et sincèrement pour parler de sa douleur d’être exclu et paria dans un pays qu’il a choisi et aimé depuis plus de 20 ans, où ses enfants sont nés, où ils soignent les gens, tous les gens.

Nous avons évoqué une « joie de charognard » chez ce Cpc Flnks Pt, à se réjouir et à se gaver comme cela de la peine d’autrui. C’est un peu comme si on enregistrait les pleurs d’une personne qui a perdu un enfant, un être cher, et qu’on se les repassait à l’infini en riant et en dansant dessus. Combien de fois a-t-il reproduit les mots de Tristan Derycke, sur FB et sur Twitter, le rongeant comme un cadavre, puis comme un os, avec des grognements de bonheur obscènes ? Combien ?

Nos observations n’ont pas eu l’heur de plaire à ce Cpc Flnks Pt, affirmant qu’il avait parfaitement le droit d’exprimer « sa joie ». Nous le citons tel quel :

Cpc Flnks Pt – « Pourquoi un indépendantiste n’aurait pas le droit de faire savoir sa joie… ça devient n’importe quoi, maintenant après avoir spolier les terres, mis les gens dans des réserves, on doit nous dicter encore nos humeurs !!! où on va là !!! »

Notre Observatoire de lui répondre : « Tristan Derycke-Andréani a-t-il « spolié des terres » et « mis des gens dans des réserves ». C’est clairement de la paranoïa !

Cet échange aura eu le mérite de nous éclairer sur 2 choses : a) les capacités d’empathie de ces gens du CPC FLNKS-PT sont assez limitées et leur sensibilité est relativement fruste ; b) ils vivent dans un monde fantasmatique où leur paranoïa leur fait croire que leurs contemporains, compatriotes, concitoyens sont responsables de crimes imaginaires. Grave !…