CES CULTURES, CES SOCIÉTÉS, CES ÉTATS QUI MALTRAITENT LES FEMMES

violence

CES CULTURES, CES SOCIÉTÉS, CES ÉTATS QUI MALTRAITENT LES FEMMES

Bonjour Christine Allix *, je sais ta sincérité et ton engagement total dans ce combat combien légitime, à la différence des machos du Gouve et de la Province qui viennent une fois par an montrer leur museau en noir et blanc pour faire un peu sérieux tout en prétendant qu’ils s’engagent… Passons…

Christine, ok pour dénoncer, localement et internationalement, les individus divers et variés qui traitent les femmes comme des choses, des choses qu’on peut abuser, user, maltraiter, casser, mépriser et jeter. Mais pas d’accord pour qu’on passe pudiquement ou lâchement sous silence les systèmes socio-religieux, les sociétés patriarcales et féodales et les attitudes collectives qui traitent tout autant les femmes comme des choses, comme des sous-humains, comme des accessoires de l’homme et qui incitent, qui ouvrent la porte, qui donnent la permission au traitement patriarcal, machiste et brutal des femmes, qui autorisent donc leurs hommes à abuser les femmes, à les user, à les maltraiter, à les casser, à les mépriser et à les jeter.

Dans ces systèmes traditionnels, la fille est cédée comme une chose, la veuve est rejetée comme une chose, pas la liberté de sortir seule, de se montrer, de se dévoiler, d’exister, pas le droit de se plaindre d’une violence ou d’un viol, pas le droit de rompre les mariages arrangés, les plaintes ne récoltant que la réprobation collective et clanique, l’expulsion, la répudiation, parfois l’acide, à peine le droit d’étudier, de travailler, de voter, de voyager, de conduire, pas de pouvoir de choix et de décision, pas d’accès au foncier, la soumission au pouvoir mâle pour la gestion des enfants et de leurs adoptions, pas d’accès aux cercles coutumiers du pouvoir. La femme n’est pas une personne, juste un rôle assigné par une charia musulmane ou une charte canaque, par exemple, pour prendre ces deux cas particulièrement rétrogrades. Pourquoi les hommes se gêneraient-ils et se retiendraient-ils de taper sur ces choses sans droits ni individualité, sur ces meubles sans âme ni pouvoir.

Une large horrible bande misogyne et patriarcale recouvre le planisphère de l’extrémité ouest de l’Afrique (Maroc, Mauritanie) jusqu’à l’extrémité Est du Pacifique mélanésien (Calédonie, Fiji), en passant par les états musulmans d’Afrique du Nord et d’Afrique Noire, le Moyen-Orient, le sous-continent indien, l’Extrême-Orient musulman (Malaisie, Indonésie), la Mélanésie.

Voilà ce que j’aimerait qu’on dise lors des journées internationales de lutte contre les violences faites aux femmes… Au lieu de nous balancer des tronches hypocrites de mecs bidon et des paroles de curé aussi creuses qu’impuissantes !

Christine Allix

25 novembre 2015: journée internationale de lutte pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes.
En Calédonie, une femme sur 4 victimes de violences. Officiellement. Officieusement, sans doute bien plus. Un chiffre qui fait peur. Une situation qui terrifie. Et dans ce combat qu’on pourrait croire perdu d’avance, une structure, le bureau d’aide aux victimes de la police, et une femme, Laurence Grangeon, se mobilisent au quotidien pour écouter, orienter, accompagner, soutenir. merci et bravo Laurence!
Et puis, en ce jour si funeste où j’aurais tant de choses à dire, je me contenterai juste d’un mot: STOP.
STOP aux alibis donnés par les agresseurs tels les « j’avais bu », « j’étais emboucané », « je n’étais plus moi-même ».
STOP aux dialogues de sourds entre les victimes qui vivent la violence au quotidien et « ceux qui savent » sans jamais pouvoir imaginer une seule seconde du calvaire enduré par les femmes qu’ils reçoivent.
STOP à l’impunité qui fait qu’un agresseur doit quasiment avoir tué pour craindre une éventuelle sanction exemplaire.
UNE FEMME N’EST PAS UN OBJET SUR LEQUEL ON PEUT SE DEFOULER; UNE FEMME EST UN ETRE RESPECTABLE. PERSONNE N’A LE DROIT DE FRAPPER ET ENCORE MOINS DE FRACASSER UN AUTRE ETRE HUMAIN.
Alors oui, aujourd’hui, je n’ai qu’un mot à dire: STOP!