TÊTES DE LISTE ou LES SŒURS SOURIRE

s&c

Le choix et l’annonce précoce de Sonia Dos Santos Backes et de Cynthia Ligeard comme têtes de listes respectivement pour l’UCF et pour le FPU n’est pas une mauvaise décision de la part des états majors de ces partis.

 Sans chercher à sonder les reins et les cœurs et sans s’interroger sur la réalité et la sincérité du désir de renouvellement et de nouvel élan symbolisés par ces deux candidatures, il n’en reste pas moins que la population et les électeurs en général, ainsi que les sympathisants, adhérents et militants de ces deux partis ne peuvent qu’être satisfaits de cette démarche rapide qui exprime et inspire un sentiment de transparence et de confiance, sans relents d’arrière-salle sombre et de basse cuisine politique.

En effet, sans oublier l’expérience et l’ingéniosité stratégiques ni la fermeté voire la dureté politiques dont ces dames disposent et usent, leurs visages avenants et souriants ainsi que leur jeunesse et leur féminité confèrent à leurs listes un air de fraicheur politique printanier, un espoir d’humanité et une tonalité maternelle, à la fois tendre, solide et rassurante, dont le pays et les gens ont besoin en ces temps troublés. Joli coup !

D’autre part, après les élections, vu la proximité idéologique de ces personnes et la ressemblance de leurs personnalités, un rapprochement et une alliance majoritaire entre elles devraient être plus faciles qu’entre un Frogier et un Yanno.

Quel visage, quel image, quel message Calédonie Ensemble va-t-il déposer entre ces icônes girly et fluo ? Attention au contraste et à l’impression de déjà vu, de déjà entendu, d’austérité et de sécheresse, qui serait provoquée par une candidature trop différente de « ces filles ». Attention aux effets d’attente interminables et lassantes et aux coups si calculés et tardifs qu’ils en mouillent les pétards et que la surprise et la joie font long feu…