VANUATU, UN PAYS ENCORE PLUS COLONISÉ ET ENCORE PLUS DÉPENDANT DEPUIS L’INDÉPENDANCE

Flag_of_Vanuatu.svg

Ils ont gagné quoi au juste au Vanuatu depuis 30 ans avec l’indépendance ?

L’économie ? C’est l’économie des blancs. C’est encore plus l’économie des autres, des blancs et des jaunes, avec des dictats économiques et la loi du pognon bien plus hard que sous le condominium. Des hôtels qui sont pas à eux où ils bossent pour des salaires de misères, des terres et des îles qui sont plus à eux, pour cent ans, pour des prix de misère, à dépenser chez les blancs, évidemment, plus de protections sociales, plus d’école gratuite et même plus d’école du tout, plus d’études et de promotion sociale possible, plus de service de santé. Il n’est que d’aller à Malicolo figée dans le temps, plus de routes, des engins qui ont marché et qui rouillent sur les bas-côtés, l’hôpital de Lamap qui marchait et où les appareils de radiographie finissent de pourrir sous des toits béants au soleil et aux vents. Une économie dépendante et recolonisée.

La politique ? C’est la politique d’avant. Un champ politique investi sur le mode coutumier, innombrables conflits claniques à la clé. Et la politique c’est aussi une politique exclusivement axées sur les autres et sur les blancs et les jaunes, encore, uniquement occupée à se demander comment répondre aux visées des blancs sur les terres, comment partager, ou pas, l’argent des baux, des royalties et de la corruption. Des étrangers qui visent et divisent et qui règnent à nouveau, encore plus qu’avant. Une politique dépendante et recolonisée.

La belle affaire !…