LE NOUVEAU CRÉNEAU DU RASSEMBLEMENT

cynthia-ligeard

 Jeunesse, femme, sourire, enthousiasme, dynamisme, ouverture, couleur, modernité… Cynthia Ligeard a vu juste ce samedi à l’hippodrome. L’ambiance soviétiforme des meetings Lafleur-Frogier appartient au passé.

Paradoxalement elle et son vieux parti viennent occuper un créneau qui aurait dû être celui de la jeune UCF, qui finalement se replie en ce moment dans l’amertume et l’agressivité quant à sa défaite à Nouméa et à la victoire de Sonia Lagarde. Qui, avec Blaise, Brial, Yanno, Brétégnier, affiche plutôt une tonalité masculine peu souriante voire peu amène. Qui, avec l’affichage des Lafleur, Brétégnier, Bréhé et la proximité avec Briault et Martin, semble vouloir continuer à promouvoir les anciens, la vieille garde, les vieilles méthodes.

Si la réunion des enfants du RUMP ne se produit pas avant les provinciales, et c’est peu probable, et si concurrence il y a entre l’UCF, le FPU et CE, Ligeard a de bonnes cartes à jouer avec ce relooking, s’il est bien fait et bien poursuivi, avec la promotion réelle de nouveaux acteurs au premier plan du parti et de la liste des provinciales (Santa, Ruffenach, Delière, Bernut, Viannenc, Legoff…), avec la féminisation et le rajeunissement des cadres, avec un affichage de bonne humeur et de positivité (en contraste total avec le visage et le ton de Frogier), avec la réitération des mains tendues aux autres formations, avec l’arrêt de la diabolisation de Calédonie Ensemble et de cette posture de rejet angoissé et de repli faible à l’égard des autres, avec la mise en retrait progressive et courtoise mais réelle des « expérimentés » Gay, Leroux, Simon, Frogier, Briault…

Quand l’UCF se « frogiérise », l’UPF doit se verdir, reverdir et se ligeardiser.