LYNCHAGE DE CHAUCHAT ET VINDICTE POPULAIRE : ÇA PUE !

caledoChauchat

I. Quoi qu’on puisse penser de M. Chauchat, de l’UC, du FLNKS et de l’actuelle action pour radier des électeurs en Nouvelle-Calédonie, cette dénonciation publique, placardée dans le blog le plus lu de NC, a quelque chose de dérangeant, de malodorant et d’inquiétant.

Le déballage de son salaire et de sa situation privée, le discrédit jeté sur son travail, l’appel populaire fait à son employeur pour qu’il le renvoie, son exposition à la vindicte publique et son lynchage rageur évoquent ces temps sombres où des universitaires, des juges, des avocats, des médecins, des chirurgiens… devaient quitter leur travail et leur pays sous la pression révolutionnaire ou totalitaire.

Si cette tentation de marquer d’infamie la porte de Chauchat et de recourir à nouveau à « l’épuration des collabos » était isolée, ce ne serait pas grave. Mais on entend très souvent ce discours et des responsables politiques, à défaut d’idées et d’arguments pertinents, ne se privent pas de le relayer et de lancer un remake de cette diabolisation des européens qui, comme Declerc ou Jodar entre autres, ont épousé la cause indépendantiste des mélanésiens.

II. Il n’est pas question d’exonérer de quoi que ce soit M. Chauchat, ni de prendre parti pour ou contre la recherche juridique de filtrage du corps électoral. Il s’agit juste de dire que M. Chauchat n’est qu’un des éléments et un des acteurs de cette opération, aussi actif pour obtenir ce résultat que Régnier, que d’autres et que des milliers d’indépendantistes, leur lutte et leur quête étant axées dès le départ sur un rééquilibrage ethnique et culturel que l’on trouve à tous les niveaux des 2 accords, des études sur la réussite scolaire, des formations 400 cadres, du foncier, des filtrages à l’emploi etc… Mais c’est plus facile de se payer un Chauchat que tout le FLN…

Soutenir et guider les exclus, répondre juridiquement et politiquement à cette démarche qui est celle du FLNKS dans son ensemble est parfaitement légitime. Hurler la bave aux lèvres contre Mathias Chauchat, sur le mode des foule populacières qui voulaient couper la tête de tel petit nobliaux de province ou raser la tête de telle femme ayant couché avec un occupant, est typique de la haine rageuse d’une certaine plèbe inculte et même sauvage dans ces situations-là, qui, pour assouvir sa frustration, sa jalousie et son ressentiment impuissant, focalise sa rage sur quelques proies faciles, charge ces victimes expiatoires de tous les maux de la terre et, au choix, les tond, les expulse, les enferme, les lynche, les coupe en morceaux à la machette en Afrique.