JILÈME PAS DU TOUT ou LES DESSEINS D’UN DESSIN

LNC

JILÈME PAS DU TOUT

Pas terrible le dessin de Jilème en page 7 de Les Nouvelles Caledoniennes de ce matin. La manif du 29 est descendue en flammes par l’humoriste pas drôle du tout sur ce coup, le dessinateur en mission partisane, contestant « l’honnêteté des propos » et résumant cette marche de la dernière chance pour la démocratie à des « Touche pas à mon indexation » , « Touche pas à mon confort » ou « Je veux pas retourner à Créteil ». Pas en forme le bougre, comme sa Léannie Jilème, de plus en plus convenue, prévisible, palotte, tiédasse, gentillette, encore plus niaiseuse que Tonton Marcel, et ça faut l’faire !…

LES DESSEINS D’UN DESSIN

Contrairement à André Frossard, je ne suis pas sûr que Dieu existe, je ne l’ai pas rencontré. Par contre des journalistes dignes de ce nom existent aux Nouvelles Calédoniennes, j’en ai rencontré. Mais il existe aussi des pressions et des changements de ligne éditoriale dans le quotidien unique du pays, depuis son rachat, qui ont provoqué des soubresauts et des départs au sein de la rédaction. Des articles indépendants et de qualité continuent à y être publiés au milieu d’un tout venant moins bon il faut quand même le dire.

Mais la médiocre caricature de Jilème de ce samedi n’a ni qualité ni indépendance. Placée dans la page la plus lue du week-end, entre des brèves croustillantes, des indiscrétions, un billlet en forme d’édito souvent de la plume du rédac chef, des citations, des textos, c’est une page lourde et aussi importante que la une et elle est évidemment maîtrisée et corrigée par la direction du journal. Le choix et la publication du dessin de Jilème n’ont pu qu’être commandés par la direction des Nouvelles Calédoniennes, et il est donc porteur d’un message fort et révélateur d’une ligne éditoriale, d’un positionnement des propriétaires du quotidien, d’un choix politique important.

Que dit donc aux lecteurs et aux Calédoniens lnc.nc à travers la satire dictée au dessinateur de Léannie Jilème : la manif n’est pas « honnête », les manifestants ne sont que des zoreilles, ces zoreilles sont hypocrites et ne visent que l’argent en vivant en NC. Mais au-delà de cette insulte, quel est le message ? L’opinion et le message du journal c’est que les jeux sont faits, l’Histoire est en marche, l’indépendance sauce Frogier-UMP ou sauce Gomès-PS ce sera toute façon l’indépendance, et qu’il faut faire avec, pas la peine de s’énerver et de manifester pour quelques électeurs ni pour un peu plus ou un peu moins de démocratie, du moment que les grosses boites comme Les Nouvelles et leurs annonceurs peuvent continuer à tourner et à faire du blé dans une Nouvelle-Kanaky ou dans une Kanaky-Nouvelle.

Un investissement comme celui consacré aux rachat du quotidien et de ses satellites c’est pas rien, ça se fout pas en l’air comme ça. Être « équidistant » (aussi !) entre les 2 coalitions, celle de Gomès-Néaoutyine et celle de Frogier-Wamytan, sans emmerder plus l’une que l’autre, c’est parfait ! Du gagnant-gagnant, quoi qu’il arrive. Que le peuple, le petit peuple, et ses derniers représentants démocrates, qui veulent encore gigoter et manifester avant que la démocratie qui les anime ne meure, se tiennent tranquilles, bande de zoreilles ! et foutent la paix aux grands, aux grands du royaume des affaires, des affaires politiques, des politiques affairistes, où les gros et les monopoles, y compris le folliculaire monopolistique, pourront continuer à s’engraisser. Pendant Kanaky les affaires continuent, doivent continuer et le show-business must go on…

Voilà le dessein du dessin d’une grosse boite du pays, qui devrait quand même un peu cacher ce sein que le peuple ne saurait voir, comme disait Tartuffe…