LA MAJORITÉ CALÉDONIENNE ? L’ÉTAT S’EN FOUT !

backes

Oh oh oh jolie Pau-pée
sur Congrès coupé
oh oh oh jolie Pau-pée
tu nous a niqués

Bon c’est fait. Pour ceux qui en doutaient encore, pour ceux qui croyaient encore aux salades de L’État genre « Ce sont les Calédoniens eux-mêmes qui choisiront leur destin, personne ne choisira à leur place » et bah le gouvernement a choisi la minorité kanaky, se fout grave du choix de la majorité du Congrès calédonien, et se tape total de la démocratie. Ça promet pour le futur référendum ! où Paris, avec la complicité des indépendantistes et des complices de indépendantistes, oui suivez mon regard, saura encore parfaitement faire gagner le oui minoritaire à l’indépendance contre le non majoritaire.

Qui bouge son cul sur ce coup-là ?

Pas Calédonie Ensemble, qui a trop de choses à faire et surtout à promener sa petite camionnette de Poya à Moindou, d’associations de femmes en associations de femmes, avec force selfies à la clé, où Dunoyer en est encore à se demander à quelle heure aura lieu le conseil des ministres et dont les 2 députés iront juste déposer un amendement ou deux à la Chambre, avec la complicité de Valls et Langevin, qui changeront pas grand-chose à l’affaire mais qui leur permettront de faire les beaux et de jouer les héros (ou les belles, et les héroïnes…) sur NC1, RFO pour les intimes.

Pas le FPU, qui n’a rien à faire pourtant, à part éponger sa merde à Nouville et à Saint-Louis, mais qui ne fait rien.

Sonia Backes a les mots qu’il faut en la circonstance. Et si c’était elle « l’homme de la situation », « l’homme à la hauteur » ? à la hauteur des événements, finalement…

On aurait pu espérer une convergence des deux Sonia ici, comme sur d’autres dossiers récents, mais Sonia Lagarde, (d’une médiocrité assommante dans le journal d’Océane-FM de ce midi 9 avril http://www.oceanefm.nc/journal.html )  malgré le fossé énorme qui s’est creusé entre elle et Gomès depuis les municipales et qui n’a fait que s’élargir et se creuser, malgré un loyalisme plus ferme et déclaré que chez Gomès (c’est facile) au moins dans les mots, malgré des proches et des adjoints atteints de troubles et d’états d’âme dignes d’un Hamlet, dont on se demande ce qui l’emporte en eux, du procrastinateur, du foireux, du velléitaire, du faux cul ou du client à la gamelle, malgré son fameux « petit tempérament » (oui bien petit…) ne fera rien et ne dira rien, se contentant de gérer Nouméa d’une manière encore plus fade et pâlotte que Lèques, se contentant de dégueuler sur Gomès en petit comité, se contenter de faire fièrement le décompte de ses questions et de ses interventions à l’Assemblée. Bon ça c’est fait, ça c’est foutu.

Donc je crois que Backes, avec son boys band de Yanno, Brial et Blaise, n’a pas le choix et ne peut faire que la meneuse de revue, non ! 🙂 de troupes, avec comême un partenaire, non des moindres, et à qui elle doit se dépêcher de parler et de bien parler : LE PEUPLE.