… POUSSER MÉMÉ DANS LES ORTIES

fleurs-ortie-blanche

Les orties… Les piqures d’orties !… Mon  dieu… séquence nostalgie… Les shorts au printemps, vers avril mai, les jeux de garçons bagarreurs de dix ans dans les herbes, les brûlures soudaines aux mollets et aux cuisses, dans les orties urticantes, insoupçonnées, traîtresses, les petites pustules blanches passagères, les « Moi ça m’fait rien ! » bravaches, les orties blanches innocentes, dont on arrache les petites fleurs sous les feuilles pour faire croire que c’est des « vraies », des méchantes, et dont on se frotte héroïquement pour se doter d’un faux pouvoir, dont on menace les autres, jusqu’au pot aux roses révélé !…

Pas d’orties par ici, plus d’orties maintenant… Que sont les orties d’antan devenues ?…