LA CALÉDONIE ET LA PENSÉE MAGIQUE

pensée-magique-620x415

Il est fascinant de constater qu’aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie, sur quelque dossier que ce soit, sur n’importe quelle question à trancher, sur tout choix à effectuer, dans tous les domaines, social, économie, fiscalité, bâtiment, transports, école, culture, emploi, on n’arbitre plus à l’aide de chiffres, de données factuelles, de constats objectifs, de règles, de législations, de droits, de lois scientifiques, de jurisprudence, de références aux expériences passées et aux archives, de prospectives chiffrées, de calculs des bénéfices et des risques escomptés, de pesées des moyens disponibles, d’évaluations rationnelles des populations concernées par des retombées positives.

Non, tous les arbitrages sont désormais opérés sous l’empire de ce qu’on peut appeler « la pensée magique », cette pensée qui s’attribue la puissance de provoquer l’accomplissement de désirs, l’empêchement d’événements ou la résolution de problèmes sans intervention matérielle, cette pensée qu’on trouve chez l’enfant (syndrome de Peter Pan) et chez l’adulte immature ou déséquilibré, cette pensée qu’on peut associer à un courant mental qui va du mysticisme antique au New Age moderne, cette pensée qui pense qu’elle peut juste parce qu’elle veut et qui n’aligne pas son vouloir sur son pouvoir, cette pensée qui ne souffre aucun report, aucun discussion, aucun examen, aucun délai entre son désir et sa satisfaction, cette pensée qui s’actualise en formules magiques et en gestes sacrés pour éliminer les obstacles et atteindre ses buts.

C’est cette pensée magique qui est aussi à l’œuvre en Nouvelle-Calédonie face aux objections, aux chiffres, aux réalités, aux prévisions, aux contestations, aux résistances, aux obstacles qui se dressent sur le chemin de ses volontés, le long de son temps du rêve. C’est cette pensée mythique, générant et psalmodiant des formules mystiques et indiscutables sous peine de sacrilège, qui a remplacé le raisonnement laïc, les dialogues libres et le respect des arguments pertinents.

Destin commun, avenir partagé, dimension pays, construire ensemble, respect mutuel, parole donnée, appartenance à la terre, droite ligne des Accords de Matignon et de Nouméa… autant de prières et d’incantations à dimension morale et religieuse qui ont pris le relai des expressions magiques et des palabres ancestraux et la place du discours structuré pour servir à la fois de boucliers sacrés pour contrer et même excommunier la contestation rationnelle, de sceptre du pouvoir sur des opposants diabolisés pour ceux qui les prononcent et de levier magique pour soulever les projets impossibles jusqu’au réel par une convocations fantasmatique de forces toutes puissantes.

Les projets actuels d’indépendance, de fermeture du pays, de filtration et d’exclusion, de conquête totale du nickel et du foncier, de révolution de l’école, de remplacement du droit par la coutume, de réécriture de l’Histoire à coup de commémorations et de mausolées ruineux procèdent de cette démarche magique et s’appuient sur elle.

Quelle fraction des fidèles adhère-t-elle réellement et sincèrement à cette forme de pensée première et quelle autre fraction ne fait que l’utiliser, la répandre et l’imposer cyniquement tout en en connaissant parfaitement l’inanité et l’impuissance ? C’est une autre question.*

——

*J’insisterai sur le fait que je ne stigmatise pas cette pensée (la stigmatisation et l’amalgame étant aujourd’hui les crimes contre l’humanité les plus graves de l’univers). Je la constate c’est tout, j’en dessine les contours, je l’analyse, comme je la constaterais chez cet enfant qui hurle à sa mère « Je veux une girafe » en pensant magiquement que ses cris suffiront ou chez ce shaman qui danse et pisse dans la poussière en pensant magiquement que ses gestes suffiront en faire venir la pluie. L’enfant pourrait d’ailleurs aussi bien trépigner en glapissant « Je veux un mausolée à un milliard pour mon guerrier cassé action man, parce que… je le veux ! »…


Pensée magique, pensée mystique, pensée mythique, pensée unique et donc intolérante bien sûr, autant de notions synomnymes recouvrant aussi le concept de « pensée sauvage » de Claude Lévi-Strauss.

Les célèbre formule magique de Louis Kotra Uregei « Un referendum 2014 ! Est ce que c’est clair ?! On va negocier quoi?! ca suffit ! point final ! » est parfaitement en phase avec cette pensée magique qui prend ses désirs pour des réalités, et qui veut même que les autres prennent ses désirs les plus fous pour des réalités incontestables et incontournables. C’est comme ça !… Ainsi va la vie en kanaky…