UN BON POINT

Mare-Yanno-NB

Un bon point pour Shonu Wayaridri et Gaël Yanno pour leur résistance à tout le bric à brac et le cinéma coutumiers, la charia, Ataï, son crâne, son sorcier, son mausolée et tutti quanti.

Ça fait chier Calédonie Ensemble, puisque le très lisse Léonard Sam a cafardé et dénoncé le sacrilège de Shonu sur son mur et s’est fendu d’un communiqué outré où il prophétise et prédit à Yanno que tout ça « ne va pas arranger les affaires entre son parti et le Sénat Coutumier », rien qu’ça ! On le met au bûcher bientôt ? Mais faut lui dire, au grand faiseur de coutumes en tous genres de Gomès, au clergyman toujours bienpensant et bien propre sur lui, faut lui dire qu’un parti politique laïc digne de ce nom, il en a rien à cirer des bigots, des sectes, des curés, des sorciers, des églises, des coutumes, des rites, du sacré à deux balles et aussi des francs-macs, autre cinéma intégriste.

Je soutiens donc Gaël Yanno sur ce coup-là. Kanaky et son hagiographie, ses saints et ses héros, la coutume et sa religion sectaire, c’est pas notre truc, c’est le leur, en particulier, c’est pas le truc de la société laïque et humaniste calédonienne. On n’en a rien à branler de leurs bondieuseries et de leurs bigoteries, surtout que c’est pour faire avaler la soupe indépendantiste dont ils remplissent tous leurs bénitiers en douce, genre les drogues que les violeurs versent en douce dans le verre des filles en boite de nuit pour annuler toute conscience et toute résistance. La société laïque calédonienne n’a pas à s’occuper de ces machins-là et encore moins à les financer. Qu’ils s’amusent entre eux avec ça, comme les témoins de jéhovah, tant que ça fait pas chier et pas raquer le reste du pays.

Quant aux valets de CE, on sait bien qu’ils n’ont qu’un petit bouton derrière la tête en guise de cerveau, sur lequel le chef appuie pour qu’ils récitent leurs phrases enregistrées, un peu comme ces poupées parlantes d’où sortait, en un petit son plaintif, « papa » ou « maman ». Le spécimen cité plus haut est excellent dans cet exercice.

Oui un bon point. Au bout de 10 bons points, une image de la politique un peu moins pourrie…