250 ème JOUR DE NON DÉMISSION DE SONIA LAGARDE RETENUE À LA CHAMBRE CONTRE SON GRÉ

otage

Cruellement prise en otage le jour de son élection à la mairie de Nouméa le 30 mars 2014, notre compatriote Sonia LAGARDE entame aujourd’hui son deux cent cinquantième jour de non démission dans sa geôle quelque part à l’Assemblée Nationale à Paris, où elle est retenue prisonnière à l’insu de son plein gré. Cette prise d’otage est insupportable pour sa famille, son conseil municipal, son chef de parti, son successeur pressenti à la Chambre, enfin tous ceux qui l’aiment fort…

Nous lançons un appel à ceux qui la retiennent en otage, la force à envoyer des messages contraires à sa pensée à la presse et la contraigne à enregistrer des discours de propagande extrémistes opposés à ses convictions pour les radios et les télés, sa récente et terrible phrase « la voix de la Nouvelle-Calédonie doit rester entendue à Paris, c’est indispensable, et là est aujourd’hui ma première préoccupation » lui ayant certainement été arrachée sous la torture.

Au nom de la dignité humaine, de l’amour charitable, de la compassion universelle et de la souffrance de ses proches, nous conjurons ceux qui peuvent intervenir sur cette douloureuse affaire, qui peuvent influer sur ses geôliers et qui peuvent abréger sa non démission et permettre sa libération législative, de faire en sorte que demain ne soit pas pour elle un 251ème jour de non démission et un 251ème jour de détention au Palais Bourbon.