ILS SONT PARTIS… ou ET MAINTENANT ?

 avion

ILS SONT PARTIS…

ou

ET MAINTENANT ? 

(observations apolitiques)

1) Hollande et la France, et donc l’Europe, s’avancent et se montrent en Australie, en NC et à la CPS, car conscience à été prise là-bas que la Chine avait pris une avance considérable et qu’il fallait cesser de la laisser tout bouffer dans la région (cf. le Vanuatu et d’autres micro états déjà rachetés, le projet Maï-Santo etc…).

2) Le voyage présidentiel en NC était donc un voyage à vide pour compléter le package Australie G20 avec de la mousse (2 jours en Australie, 1 seul en NC).

3) Comme il fallait meubler les 36 heures avec du « sans risque », on a eu de l’hyper lisse et du tout-beau-tout-gentil archi politiquement correct.

3a) – de la gentille coutume à outrance.

3b) – du mémoriel émouvant-solennel hyper consensuel sur Jean, Marie, Jacques et les autres.

3c) – du centrisme gomèsien outrageusement privilégié.

3d) – de l’équilibrisme équilibré équilibrant équidistant, un coup la Marseillaise un coup le père Quays, un coup Lafleur,un coup Tjibaou, pas d’jaloux !

3e) – des tonnes de pommade sur l’usine du Nord, et sur nous qu’on est trop fort, et sur le pays qu’il est trop beau.

3f) – de la bien-pensance écolo-Hulot à tire-larigot, dégoulinante de bons sentiments sur le réchauffement.

4) Tous ces copeaux de polystyrène ultra légers cités au point précédent ont été mis dans la grande malle vide de Hollande pour caler les quelques petits trucs qu’il a apportés ici et qui se seraient battus en duel dedans : 10 postes pour la fac, des flash-ball pour la police municipale, des stylos en cadeau aux coutumiers et à Tiendanite… (sylos Bic 4 couleurs un seul peuple ? hum pas sûr…)

5) Des lapalissades, truismes et enfonçages de portes ouvertes genre « Une consultation aura lieu en 2018 », et « Le vote doit être inattaquable », et encore « La France sera toujours à vos côtés », qui n’ont l’air de rien mais qui cachent en fait « On va vous concocter un statut cool NC-Kanaky, ce sera ça où le chaos », et « Le corps électoral sera sabré à la sauce UC et tout ira bien vous verrez », et encore « La France continuera à filer quelques techniciens et de l’argent de poche à l’état NC-Kanaky, vous zinquiétez pas ».

6) L’axe et l’entraide Gomès-Hollande, gênants dans leur nudité crue, est un dispositif gagnant-gagnant, une sortie soft des accords étant un atout non négligeable pour les socialistes lors des échéances à venir, une sortie en tête du virage 2017-2018 pour Gomès constituant pour lui et son clan l’assurance de se maintenir aux commandes du pays pour des décennies (cf. le clan du FLN aux commandes de l’Algérie de 62 à aujourd’hui). Ce que demande Gomès, y compris dans son « Ce que j’attends du Président de la République », c’est juste un « accompagnement de la Nouvelle-Calédonie sur la voie de son développement » , « la neutralité de l’État » , « une écoute », « une contribution positive à l’histoire du pays » etc… Du « vivre ensemble » autant qu’on veut, mais de la « présence dans la France et dans la République », ça on l’entend plus, ça il en parle plus, ou alors tout seul dans ses cabinets, porte fermée. On voit aussi ce déni de réalité rageur exprimé dans ce chiffre « 1000 » attribué par CE à la marche du 17 et on comprend aisément, à travers la réduction grotesque de cette manifestation, la volonté acharnée de rejeter dans l’ombre, voire à l’ombre… , tout ce qui s’écartera de la solution éclairée de CE.

7) Ceci dit, face à ces dispositifs qui se mettent habilement en place, face à ces convergences État, acteurs économiques, financiers, UC, FLNKS, CE, quelle riposte a-t-on ? Les bouderies entêtées et dérisoires de Frogier et ce rassemblement de 5000 marcheurs ? Ils furent sans doute de bonne volonté, mais mobilisés par de bien étranges bergers, tricolores quand ça les arrange, de 6ème ou 7ème générations certes, mais aussi de génération spontanée dans le rejet des autres et des nouveaux, et très souvent prompts à récuser la légitimité des Français de métropole dans pas mal de circonstances, comme cestuy-là qui défilait aussi hier mais qui dénia naguère à son adversaire pour la députation la capacité de comprendre quoi que ce soit parce qu’il n’était « pas d’ici »… 8) Donc, en conclusion, un corps électoral sabré, un référendum en 2018 avec, au choix, ou bien un pays très coutumier mais encore pas mal financé par la France pendant une vingtaine d’années, en échange d’arrangements nickel et d’une base militaire, ou bien une merde genre le statu quo NC + la guerre + arrêt des aides de l’État. Voilà ! On a le choix, un choix éclairé !