TOUTE RESSEMBLANCE AVEC LES PRATIQUES D’UN PARTI DE LA PLACE… ETC…

Logo-Nuls1-538x218

Le manuel à l’usage des industriels cancres http://www.eplp.asso.nc/?p=4838 de Martine Cornaille fonctionne aussi bien et même encore mieux avec les partis politiques, et surtout avec cette grosse machine politique qu’est Calédonie Ensemble. C’est pas vraiment un hasard puisque Philippe Gomès, après avoir fait croire qu’il roulait pour le peuple, a remis toutes les clés politiques à des entrepreneurs et au patronat, à la CCI, à la FINC et à la CGPME, à Germain, Lagneau et Jandot. On aurait pu espérer que les projets et les choix politiques pour le pays émanent des citoyens et bah non ! circulez, ce n’est que pour les patrons, qui en guise d’idéal politique ne font que de la gestion, de la comptabilité, des bénéfices et du business.

Donc tous les termes concernant les patrons cancres, dans le manuel d’EPLP, sont interchangeables avec des formules concernant nos politiciens nuls à chier :

1) Priorisez « les indicateurs de performance financiers » pour définir la stratégie : et oui ! Priorisez les « sondages et scores électoraux » pour définir la stratégie.

2) Parlez-en beaucoup et à tous mais travaillez sans éthique : c’est bien connu, l’éthique empêche d’avancer et de générer des bons résultats électoraux.

3) Limitez vos prévisions politique et votre vision institutionnelle à 3 mois. Une approche à trop long-terme relève de la nécromancie : oui, on verra bien demain, il fera jour, demain sera « éclairé »…

4) Privilégiez un unique but pour l’ensemble des militants et électeurs, quels que soient leurs services : la victoire du président du parti.

5) Placez le bureau politique sur un piédestal. Ne donnez aucun pouvoir de décision aux services annexes.

6) Empêchez les services annexes, compagnons et intellectuels de faire leur travail si cela perturbe la cuisine politicienne et électorale.

7) « Isolez les éléments perturbateurs qui utiliseraient leur esprit critique pour alerter la direction sur des défaillances. » : là, y’a rien à changer ! Oh oui ! ça s’passe exactement comme ça chez MacDoCal (‘édonie Ensemble) !

8) Choisissez un président de parti uniquement sur la base de critères de connaissances juridiques et financières : ses convictions et idéaux on s’en fout, et même il en faut pas !

9) Pratiquez le népotisme dans le management en plaçant vos alliés aux postes clefs. Vous ne serez ainsi jamais contredit dans vos décisions ce qui assoira votre autorité : à encore les partis appliquent exactement ça depuis longtemps.

10) Définissez une hiérarchie avec un petit groupe de Happy Few qui dirige l’ensemble de le parti, les services du pays et les institutions. Il est important de limiter le nombre de cadres et d’en faire des demi-dieux.

11) Ne tenez pas compte des remontées d’informations qui viennent du terrain : bah oui ! Ne surtout pas écouter les gens ! Le peuple ? C’est quoi ça ?

12) Ne vous remettez jamais en question parce que ce serait un aveu de faiblesse et vous n’êtes pas faible ! Un chef est forcément fort : Philippe si tu nous écoutes…

13) La clef de la réussite réside dans l’aptitude à faire croire aux adhérents et militants que leur progression de carrière est au coeur des préoccupations du parti. Au final, ils stagneront à leur poste et s’en contenteront bien tant que vous leur mettrez la carotte d’une prime devant leur nez.

14) Ne vous embêtez pas à former vos collaborateurs : bah ouais, des fois qu’ils commencent à devenir lucides… des fois que les lavettes se lèvent… dangereux…

15) En cas d’incident Seveso, genre fuite sur la complicité de votre parti avec un État et un Christnacht qui veut tout larguer et fourguer l’indépendance fédérée au pays :

« Désignez le plus rapidement possible un ou plusieurs boucs émissaires »

« Envoyez vos propres équipes pour mener une enquête sur place »

« Arrêtez-vous à ce qui semble évident dans l’enquête. »

« Préparez un autre rapport que vous ferez passer pour le vrai rapport d’enquête »

« N’axez surtout pas la communication sur les causes de l’incident. « 

« Brouillez les pistes en détournant l’attention des politiques et de l’opinion publique. »

« Organisez une petite trentaine de réunions/comités/colloques/sommets pour présenter de grandes décisions stratégiques », toutes éclairées évidemment…

« Ne tardez pas à vous lancer dans des semblants d’actions correctrices sur lesquelles une communication intarissable sera faite. »

« Utilisez l’incident et ses conséquences pour apitoyer ceux qui pourraient vous demander des comptes comme les autorités ou les syndicats par exemple. »

« Entourez-vous de bons avocats pour tenter de passer l’étape judiciaire. »

ET VOILÀ !!! UNE BONNE GROSSE BOITE POLITIQUE EN PARFAIT ORDRE DE MARCHE ! EN SUIVANT BIEN TOUT ÇA VOUS POURREZ LÉGITIMEMENT ET FIÈREMENT DIRE À VOUS CHERS ADHÉRENTS,  : « LES ÉLECTIONS PROVINCIALES ONT CONFIRMÉ LE LEADERSHIP DE CANCRES ENSEMBLE » ! 

ET OUI !!! PUISQUE C’ÉTAIT VOTRE SEUL ET UNIQUE OBJECTIF !

(Toute ressemblance avec les pratiques d’un parti de la place ne serait que pure coïncidence.)