TROIS TIERS OU LE LOYALISME MERCEDES

jajrxh15

Objectivement, assez peu de chose distingue les trois partis de droite de l’anti-indépendantisme calédonien, les uns étant accrochés au petit patronat, les autres étant au service du grand patronat, les différences étant liées aux variations de position du curseur politique, assez légères en fait, entre le service du capital et celui du social.

Le décompte des voix de CE, de l’UCF et du FPU dans le Grand Nouméa, emblématique sur le plan politique, s’établit précisément comme suit :

CE : Païta-De Greslan (2026 voix) Mont Dore-Jandot (3600 voix) Nouméa-Lagarde (12 431 voix) Dumbéa-Marrant (2568 voix) = 20 625 voix

FPU : Païta-Martin (2671 voix) Mont Dore-Gay (4815 voix) Nouméa-Briault (5284 voix) Dumbéa-Naturel (3689 voix) = 16 459 voix

UCF : Païta-Bréhé (571 voix) Mont Dore-Courtot (935 voix) Nouméa-Yanno (11 875 voix) Dumbéa-Brial (1559 voix) = 14 940 voix

Donc CE est en tête des 3 formations en nombre de voix sur le terrain très politique du Grand Nouméa, mais le FPU est en tête en terme de poles positions sur l’agglo.

La faiblesse des écarts entre les 3 partis et l’addition possible des résultats du FPU et de l’UCF (au vu de leur évolution politique et stratégique) face à ceux de CE, doit inciter chacun à l’humilité et rapproche ces scores de l’hypothèse 1/3-CE, 1/3-FPU et 1/3-UCF pour le partage des sièges à la Province Sud aux prochaines élections. L’UCF et le FPU n’ayant sans doute pas intérêt à refusionner avant ces élections provinciales afin de ratisser plus large.

cf :

http://losservatore-caledo.com/?p=174

Cependant, si le résultat global dans l’Agglomération n’affiche pas des écarts importants entre les 3 partis, si chacun d’eux arrive au premier tour dans un mouchoir de poche dans les 4 mairies et si ils remportent tous plus ou moins un tiers des suffrages exprimés en dehors des autres partis concurrents, essentiellement indépendantistes, nous aurons la carte politique de la Province Sud et du Congrès du côté loyaliste pour la dernière mandature des Accords : 1/3 CE, 1/3 FPU, 1/3 UCF. Ce partage et cette majorité loyaliste, forcément tiède, prudente et incertaine, mais guérie des alliances avec le FLN, n’incitant pas finalement les indépendantistes à la radicalité et à la surenchère et conduisant finalement le pays et ses partis à des consensus mous et à un long fleuve tranquille vers une indépendance associée ou/et fédérée sans drame.