EN VOILÀ UN BON CHOIX ! ALORS QUI ?

17191265_259401797838333_6645922115430837107_n

Moi j’aime bien ce tiercé. Et c’est pas une préférence politique, au contraire ! C’est une préférence artistique pour trois phénomènes finalement assez apolitiques, qui se sont faits, se sont défendus et se sont affirmés malgré la politique, malgré les politiques, malgré les partis, malgré les appareils, malgré la gauche, malgré la droite, malgré la gauche et la droite, malgré la connerie et les connards donc, malgré la plus sale race qui soit sur terre : les partisans.

Marine Le Pen s’est faite, défendue et affirmée juste en s’appuyant sur les gens, malgré l’UMPS au pouvoir depuis 40 ans, malgré l’Europe et sa caste, malgré la nomenclatura, malgré l’intelligentsia, malgré l’omerta, malgré les injures, malgré le père Le Pen et sa bande de vieux soudards antisémites et homophobes qui chantaient régulièrement le Horst Wessel Lied à la fin de leurs banquets, en tapant du poing et des bottes, la bière à la main.

Emmanuel Macron s’est fait, défendu et affirmé juste en s’appuyant sur les gens, en niquant Hollande, son gouvernement, le PS et ses caciques, en doublant avec son libéralisme toute la droite qui n’a jamais su sur quelle économie ni sur quelle idéologie danser, en piquant Bayrou et le centre aux fantômes centristes, en réduisant par son énergie tous les vieux crabes de gauche et de droite au rôle de momies puantes.

François Fillon s’est fait, défendu et affirmé juste en s’appuyant sur les gens, d’abord aux primaires contre les ringards Républicains clones des socialistes et bouffeurs aux râteliers depuis 40 ans et ensuite lors du Pénélopegate contre toute la politicaillerie, la journalisterie, la jugerie, la gaucherie, la connerie de France et de Navarre, et même du monde entier, amenant tous les nuls de l’UDI et des Républicains à se révéler encore plus nuls !

Bien sûr ces trois-là n’ont plus le patrimoine et la culture d’un De Gaulle, d’un Pompidou, d’un Mitterrand, mais bon, s’il n’ont pas de lettres au moins sont-ils littéraires et romanesques.

Car j’aime les personnages d’épopée, de roman, de théâtre, de cinéma, à part, rares, forts, dans la fiction et dans la vie, Ulysse, Valjean, Antigone, Jivago, parce que si nos vies n’étaient pas des épopées, des romans, des drames, des films, nos vies ne seraient rien que des vies de chiens, de fourmis ou… de partisans !

***

J’ai dit hier que la dimension, la richesse, le talent, l’intelligence, l’énergie, la détermination personnels de ces trois personnes, ou personnages, m’impressionnaient et même me plaisaient, mais de là à m’engager politiquement et à voter pour elle il y a là un pas que je ne franchirai probablement pas.

D’abord parce l’hystérie collective et l’attente messianique et christique qui sont liées à l’élection présidentielle me dégoûtent profondément et que je veux un véritable régime parlementaire moderne.

Ensuite parce que derrière Le Pen, Fillon et Macron ils y a des programmes, des promesses, des partis et des partisans aussi écœurants ou grotesques les uns que les autres.

Souvent écœurants et grotesques les militants du FN, ces dizaines d’élus amateurs déserteurs quelques mois après leur élection, plus forts en gueulantes qu’en gestion, et leur programme trumpien, la mèche blonde en moins, mais non, le mur mexicain en moins, quoique…

Écœurants et grotesques les Républicains et les centristes de Fillon, qui s’avancent et qui reculent et qui s’avancent et qui reculent, juste pour des marocains et des circonscriptions, et son programme déjà ramolli ramollo.

Écœurants et grotesques les vieux socialistes qui se réfugient en masse chez Macron, par Hamon et par vaux, en migration tardive derrière le panache rose de Delanoé, et son programme nul à chier en feuilleté rose aussi, et moisi, pour l’enseignement.

Donc…

***

Complétons à propos de Marine :

Marine Le Pen, ça peut le faire, ça peut faire la blague au deuxième tour. Faut pas grand chose. Mais j’ai bien peur que la blague soit un peu triste et qu’en guise de nouveauté et de transgression on se retrouve avec une France FN grisâtre qui ressemblerait à un épisode de Derrick… J’ai jamais aimé Derrick.

derrick-klein-1

***

Complétons à propos de Fillon :

Fillon, je l’ai dit, j’aime bien le gars, mais il s’est fait reprendre par la main et même en main par Sarkozy, comme un petit garçon, et qui lui refoutu dans les pattes Baroin, Chatel, Ciotti, Jacob, ouf il a quand même échappé au plus sarkosyquement con Estrosi, et ça va pas le faire, et il est foutu, ce que Sarkosy sait et dont il se fout puisque il ne veut que reprendre en main le parti et les législatives.
Bye bye petit garçon Fillon…

enfantez-tenir-la-main-du-petit-fils-avec-le-sac-dos-sur-la-route-65650756

***

Complétons à propos de Macron :

– la France s’ennuie, la France c’est Madame Bovary, les discours et les têtes de tous les Monsieur Bovary de la politique l’ennuient. Elle a envie d’une aventure avec du nouveau, du neuf, du jeune.

– les Français sont saoulés et même dégoutés des salades de la droite et de la gauche, qui n’ont rien, qui les prennent pour des cons depuis 40 ans. Il veulent autre chose.

– la seule alternative qui ait du sens c’est le choix entre Marine Le Pen et Macron, entre la fermeture et l’ouverture, les deux options pouvant se défendre : fermetures ou ouvertures économiques, culturelles, sociales, territoriales, financières. Sauf que Macron fait davantage rêver les Madame Bovary mélancoliques que Marine et Philippot…

pom