93 % À NE PAS SE FAIRE MANIPULER PAR LES PARTIS ET LEUR POLITICAILLERIE !

7-percent

7% de participation à ces primaires en Calédonie ça signifie qu’on est 93% à ne pas être à la botte des partis et leaders confondus en courbettes intéressées devant leurs candidats.

La 5ème République, notre système politique, notre échiquier idéologique sont antithétiques avec ces primaires de l’UMPS qui se la pète amerloc tout en voulant continuer à se verrouiller le pouvoir.

Ce qui est grave c’est que des candidats vont être éliminés par une proportion minable d’électeurs alors que lors de présidentielles officielles telles que prévues par la loi et la constitution ils auraient pu se maintenir, remporter des scores non négligeables voire être élus.

Ces primaires sont une forfaiture. Nos mairies et nos institutions embringuées dans ce caprice des partis sont dégradées et pitoyables.

Cette participation minable indique aussi, d’autre part, qu’en Calédonie le Rump, Calédonie Ensemble et l’UCF réunis, ainsi que tous leurs leaders et élus, en pâmoison devant les candidats de cette primaire qu’ils ont ardemment soutenus, sont totalement discrédités et ne représentent plus que…. 7% DES CALÉDONIENS !!!

JUSTE UN P’TIT COUP D’CHAPEAU À ROZADA

roz

Une interview sans complaisance de LKU par Alexandre Rosada.

L’allusion à Madagascar, ruiné et en ruines sur de riches ressources, le mot de « boycott » arraché à Urégei, l’évocation de Saint Louis forçant notre Louis à justifier les émeutes, et surtout la très habile réplique du journaliste au syndicaliste affirmant que si les mélanésiens restaient sur la touche à Nouméa c’est parce que les indépendantistes n’y avaient jamais eu le pouvoir : « Mais dans les îles et au Nord c’est la même chose monsieur Urégei ! » lui claqua Rozada sans que l’autre puisse moufter.
Effectivement, échecs, violence et délinquance autant et même plus au Nord que dans la Sud malgré la suprématie politique et la thune des amis de Kotra.

L’autre, énervé, finira en maugréant des accusations de fraudes pâteuses et reniflantes…
Bien joué Rosada.

SCOOPS DU SAMEDI SOIR

3168491012_1_2_hyymdzdr
 
On en apprend plus dans les fêtes de famille le samedi soir que dans les médias, l’emmerdant c’est qu’après les fêtes de famille du samedi faut repasser la zone noire pour rentrer chez soi, la zone où ça craint, la zone où ça tire, la zone quoi ! Mais bon faut juste dormir quelque part avant, et passer la zone au matin, après avoir pris des bons croissants au beurre et aux amandes de la ville pour les déguster à la campagne chez soi avec un bon café frais et la joie d’être encore frais au sortir de la zone…
 
Mais c’est pas l’sujet ! Dans les fêtes de famille il arrive donc qu’on tombe sur un cousin ou une cousine gendarme, un neveu ou une nièce de chez les bleus, et qui vous dit en direct que ses officiers ils ont eu les ordres formels de plus bouger et de pas répondre après les premières salves en l’honneur de kanaky dans la zone et de rester bien sagement à La Coulée et à Saint Michel, le boulot se résumant à empêcher les citoyens de passer et à attendre.
 
Il arrive aussi dans les fêtes de famille du samedi soir qu’on boive un coup avec un cousin ou une cousine du Nord, un neveu ou une nièce de chez KNS qui vous dit en direct que ça y est, que les gars et les filles de l’usine, de la liste noire de renvoyés, ils ont reçu leur lettre de licenciement jeudi et vendredi, avec 7 mois de salaire, séparément, sans que personne ne sache l’ensemble de ceux qui sont réellement passés à la trappe, sans que la Province, ni les syndicats, ni les partis, ni les médias n’aient soufflé mot, n’aient bougé le moindre petit doigt, première giclée avant la seconde.
 
C’est bien les fête de famille en ville le samedi, mais ça serait mieux si y’avait pas la zone entre nous, et si y’avait pas de scoops aussi sales et moches à apprendre…