MON CROCODILE AUSSI IL A PLEURÉ SUR LE SORT DE SAINT-LOUIS, MON PETIT BERTIN…

imgres

Qu’est-ce qu’il nous redit le papa Bertin Moenteapo, camarade de Roch Wamytan à la chefferie de Saint-Louis, au journal de NC radio de ce midi, qu’il avait déjà dit aux journaleux complaisants hier dans le cinéma organisé sur la route martyre du Mont-Dore, sous les caméras et les micros ?

Il dit que tous les papas et les mamans de la tribu « sont fatigués ». Il « comprend la recherche de la vérité » (jetant à son tour, après Wamytan, la suspicion sur la légitimité de l’action de la gendarmerie) mais faut pas, dit-il que ça « empiète sur leur liberté de circuler » parce que « on est prisonnier chez nous là » , ajoute-t-il en pleurant sur le millier de responsables et parents de la tribu qui récoltent ce qu’ils ont semé depuis 30 ans.

Eux qui,en tant qu’adultes et même en tant qu’anciens, « modèles » pour les jeunes, ont fait « aussi bien » que les jeunes délinquants en terme de barrages violents et menaçants lors de multiples conflits : expulsion des Wallisiens, revendications de roulage, pollution du Sud, Tuyau, soutiens politiques divers…

Eux qui n’ont jamais aidé la police et la gendarmerie à faire leur boulot dans la tribu, eux qui ne les ont même pas laissé faire leur boulot.
Eux qui ont fermé les yeux sur la radicalisation et la dérive de leur jeunesse.
Eux qui ont laissé pulluler les armes et les biens et véhicules volées dans la tribu.
Eux qui ont protégé les caïds, les trafiquants et les évadés.
Eux qui… eux qui…

Bertin, mon petit Bertin, au lieu de penser à ta tribu coincée et « prisonnière » par sa propre faute, t’aurais pas pu avoir une petite pensée pour les 15 000 Montdoriens régulièrement coincés et prisonniers par VOTRE faute, vous les parents, vous les chefs coutumiers ? Non ?

Bertin, au lieu de nous croire assez cons pour avaler tes salades et ton cinéma de nettoyage de la route qui ne visait qu’à nettoyer l’image et la culpabilité globale de la tribu, garde-les juste pour ton maire qui avait l’air « satisfait d’en être arrivé là après un long week-end de tractation » et qui a donné aux figurants de ton petit show d’hier la médaille du mérite de n’avoir rien fait au lieu de livrer les émeutiers et leurs fusils.

Bertin, sinon, demande au préfet que la prochaine fois que nous les Montdoriens on aura un barrage de gendarmes à Saint-Michel et un autre à La Coulée à cause de vous, il vous accorde à tous, à tous les papas et à toutes les mamans de Saint-Louis, un sauf-conduit pour pouvoir passer à travers les barrages des gendarmes. Vous, vous risquez rien au niveau des cailloux et des balles de vos jeunes, ça sert à rien de vous maintenir prisonniers !…

Tu sais Bertin, à midi, en t’écoutant et en imaginant tes larmes sur le triste sort de tous les papas et de toutes les mamans de Saint-Louis, mon crocodile aussi il a pleuré à chaudes larmes, il a même pleuré des rivières. Je lui ai dit Arrête ! Ça va déborder, tu vas couper la route, pas encore !