LA CHANSON DES RADIÉS, DES PAS-D’ICI, DES PAS INSCRITS, DES SANS CITOYENNETÉ

carte_electorale_speciale-660

Une chanson a été faite exprès pour nos radiés par le collectif de défense des électeurs qui s’est dit qu’il fallait quand même faire quelque chose pour eux, qui partirent quinze mille, mais par un prompt renfort de Bouvier et Cabrera, qui se virent cinq mille, ou trois mille, ou cinq cents, ou cinq en arrivant au port autonome.

Mais même que cinq, le collectif fera tout pour eux : Backes​ au synthé, Ruffenach​ à la basse, Thuraud aux percussions, Anne Gras pour les chœurs. Les bénéfices de la chanson seront versés à Aircalin pour le rapatriement des radiés.

J’ai la couleur des paria, des nomades
Dans mes valises, c’est la bousculade
Je suis à jour de mes cotisations
J’ai même servi plus d’un soir à Matignon
J’ai du travail, j’ai presque une vie
J’ai tous les droits sauf celui de rester ici.

J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je vois plus l’so l’so l’so l’soleil
J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je trouve plus l’so l’so l’so l’someil

Je sais j’ai tort, j’aurais pas dû rester
Sur mon visa, il n’y avait qu’un été
Tous mes papiers sont bien classés
Le seul qui manque c’est celui qu’il me fallait

J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je vois plus l’so l’so l’so l’soleil
J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je trouve plus l’so l’so l’so l’someil

Et mon fils apprend par coeur
Combien avant lui sa soeur
Que pour ne pas partir
Il faut apprendre à mentir

J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je vois plus l’so l’so l’so l’soleil
J’ai pas mes papiers, pas d’identité
Et je trouve plus l’so l’so l’so l’someil .

LE VENDREDI C’EST JOUR DE SOUCHE ET DE NOUAR : SÉQUENCE PACKAGE

13051731_1260369337311332_3848460981648672596_n
Mais là y’a vraiment pas assez de pâte pour faire plus d’une crêpe. C’était vraiment plat… L’une avait le Haussaire sur Transparence, l’autre en avait trois pour le même prix sur Cœur de Débat, mais sans plus de jus qu’avec une seule poire, Goa, Backes et Metzdorf.

Le Bouvier avait rien à dire comme d’habitude sauf qu’après avoir livré 50 électeurs au poteau de radiation du juge kanaky, il se pourvoit en cassation pour les sauver, pour en sauver une quarantaine. Pas mal non ? Un peu comme un type qui en étrangle un autre et qui lui fait du bouche à bouche juste après parce qu’il regrette. Joe Star s’est pas encore excusé après avoir tabassé le chroniqueur d’Hanouna, mais Bouvier s’excuse comême un peu après avoir allongé les radiés pour Chauchat. Un peu tard aussi… Un autre truc marrant à Bouvier c’est quand il a dit qu’en serrant la paluche à Tjibaou à Tiendanite et bah Valls il allait serrer en même temps la pogne à Lafleur puisque les deux s’étaient serrés la main, alors pas la peine d’aller sur la tombe à Jacques ! émoticône smile

Ah les illusions d’optique !… La Backes elle a paru bonne évidemment, voire très bonne, à coté de Mickey-Metzdorf et de Balou-Goa qui rivalisaient de nullité, quoique Nicolas l’a finalement emporté sur Daniel sur ce terrain en adorant son hidalgo socialiste Valls et en casant « Calédonie Ensemble », « Philippe Michel » et « Philippe Germain » dans ses bredouillis de phrases encore plus abondamment et souvent que les nervis du RPCR et du RUMP casaient « Lafleur » et « Frogier » dans leurs baratins crétins.

À part ça rien. Bon weed-end !

UN PRÉFET MARCHE ARRIÈRE TOUTE, ET MÊME TOUTOUTE…

ar

(*) « Le Bouvier avait rien à dire comme d’habitude sauf qu’après avoir livré 50 électeurs au poteau de radiation du juge kanaky, il se pourvoit en cassation pour les sauver, pour en sauver une quarantaine. Pas mal non ? Un peu comme un type qui en étrangle un autre et qui lui fait du bouche à bouche juste après parce qu’il regrette. Joe Star s’est pas encore excusé après avoir tabassé le chroniqueur d’Hanouna, mais Bouvier s‘excuse comême un peu après avoir allongé les radiés pour Chauchat. Un peu tard aussi… »

On vous disait ça dès hier (*) puisque RRB en avait eu la primeur vendredi à midi : notre Haussaire a enclenché la marche arrière. Délicate manœuvre puisqu’il lui faut à la fois dire qu’il a eu raison de donner au juge les outils qui allaient lui permettre, comme c’était prévisible et même évident, de violer le principe de la charge de la preuve qui incombait aux plaignants de l’UC, et en même temps dire que c’est pô juste, qu’il va se pourvoir en cassation, qu’il doit défendre les électeurs qu’il a enfoncés, et qu’il lui faut dénoncer l’irrégularité qu’il a lui-même créée.

Sacré équilibriste-contorsioniste notre Vincent !…