ALGÉRIE, CHILI, CALÉDONIE,  QUAND LA NATIONALISATION DE LA RESSOURCE INSTALLE LA DICTATURE

dict

Schéma minier, stratégie pays, ces aimables formules cachent en fait la nationalisation du nickel en Nouvelle-Calédonie, la mise en place d’un monopole de toutes les activités liées au nickel, la concentration du pouvoir de décision dans les mains d’un seul clan politique, l’indépendance ou non du pays n’étant rien en soi, la main-mise sur la ressource et la gigantesque richesse nickel étant la seule et unique question, la seule question qui conditionnera le futur statut du pays.

Le conflit actuel entre les élus adeptes de cette nationalisation et les multiples acteurs de la mine et de la sidérurgie calédoniennes est en fait le conflit entre l’économie dirigée et le libéralisme, entre le monopole et la pluralité industrielle, entre un clan politico-industriel et le tissu économique pluriel du pays.

Les 51% d’usines achetées en Corée et en Chine contre des mines entières et des pans entiers du sous-sol calédoniens vendus à l’étranger pour du très long terme figent les choses pour plusieurs générations, fixent le pouvoir dans les mains du parti gérant ces affaires, appelé à devenir lui-même monopolistique et ne peuvent souffrir l’immixtion de tiers dans le deal entre l’Asie et ce parti bientôt unique, d’où le veto absolu à toute exportation de minerai en Chine qui ruinerait toute la stratégie politico-financière exclusive de l’axe CE-FLNKS-DANG-CHINE.

L’activité plurielle d’extraction, d’exportation et de traitement du minerai est vivante, fluctuante et évolutive. Sans donner dans le bénévolat, l’altruisme et l’humanitaire, les acteurs traditionnels du secteur nickel, avec leurs contrats commerciaux à court et moyen termes et leurs activités concurrentielles, ont le double avantage de viser la rentabilité et le profit sans avoir le temps et le souci d’y mêler la politique, sans avoir la possibilité d’installer et de bloquer les choses dans le long et le très long termes.

Les seuls exemples de l’Algérie et du Chili suffisent à décrire ce double phénomène de conquête du pouvoir illimité par la conquête absolue de la richesse et de conservation illimitée de la richesse par la conservation du pouvoir absolu.

Au Chili, Allende a nationalisé l’immense ressource du cuivre et le très libéral Pinochet s’est bien gardé de reprivatiser le secteur du cuivre après avoir éliminé Salvador Allende, ayant ainsi la possibilité de gaver d’argent son armée et son parti unique, d’acheter toute velléité d’opposition, de maintenir sa junte d’abord puis sa dictature politique sur le pays pendant des décennies et de réprimer, torturer et assassiner les quelques éléments incorruptibles du peuple en achetant l’indifférence voire la bienveillance internationale. Son complexe politico-militaro-industriel et sa CODELCO (Compagnie nationale de gestion du développement des mines de cuivres du pays) doit en faire rêver plus d’un sur le caillou… Seuls les maladroits abus de Pinochet et ses tonnes de lingots d’or placés chez HSBC ont un peu gêné l’ONU et la pérennité du système, mais pas tant que ça…

En Algérie, de 1962 à 1971, la concentration et la nationalisation de tout le colossal secteur des hydrocarbures, gaz et pétrole du Sahara surtout, dans les mains de Boumédiène, de son FLN et surtout dans celles des corrompus de son clan qui lui succèderont jusqu’à aujourd’hui, Bendjedid et Bouteflika, a installé le parti unique, a financé le dictature et le maintien au pouvoir absolu des dictateurs jusqu’à leur momification vivante, pour le plus grand malheur et la plus grande misère du peuple, avec le déclenchement de guerres civiles et de répressions féroces dès que le pouvoir se sentait menacé.

Tel sera l’avenir de la Nouvelle-Calédonie si les milliards du nickel sont concentrés et tombent dans les mains d’un seul et même clan politico-industriel. Et de même que les États-Unis ont aidé Boumédiène à exploiter les installations et le pétrole découvert par la France dans un jeu antifrançais très au goût des Américains et conforté le sanguinaire Pinochet au pouvoir pour mieux sucer avec lui les dollars du cuivre, la Chine jouera ce rôle à l’égard de la France, de la Nouvelle-Calédonie et du nickel, ses complices sur place et dictateurs en herbe n’ayant aucun état d’âme à exploiter les communautarismes crétins, à vanter l’indépendance et l’émancipation par rapport aux règles de la république français à travers ces chimères de la « petite nation dans la grande nation » et de la « souveraineté économique ».

Vous avez aimé le schéma minier, vous adorerez le schéma despotique. Vous avez aimé la stratégie pays, vous adorerez les présidents nickelo-kanaky à vie. Le fascisme n’est pas loin, essayez de passer à côté…