ISLAMS ISLAMISMES

Image1

L’infinie kyrielle de branches et de mouvances musulmanes, ajoutée à l’absence totale de clergé, de hiérarchie et d’autorité dans la gigantesque nébuleuse islamique, font de l’islam une méduse religieuse, géante, gélatineuse, polymorphe, inconsistante, translucide, aux innombrables, envahissants et invasifs filaments dont on peut légitimement se demander, en l’absence d’arbitre et de système central, quel bras est plus légitime que tel autre, quelle lecture des textes est plus conforme que telle autre.

Quel expert, quel arbitre, quel consistoire, quel pontife peuvent juger de la conformité religieuse de telle ou telle variante théologique, plus ou moins ouverte, plus ou moins fermée ?
Plus grave, puisque l’islam s’est voulu et se veut toujours pouvoir séculier et politique, par la charia et le droit coranique, quel expert, quel arbitre, quel consistoire, quel pontife peuvent juger de la conformité religieuse de tel ou tel pays musulman, de tel ou tel état islamique, plus ou moins démocrate, plus ou moins despotique ?

Aucun, absolument aucun.

Ceux qui savent distinguer l’océan des bons musulmans de la goutte d’eau des méchants islamistes semblent dotés de moyens extra-lucides qui me laissent fort admiratifs, même si leurs dons les laissent dans l’ignorance de quelques petits détails, tels que cette France conspuée en Tchétchénie, en Afghanistan et à Gaza en ce 20 fevrier ainsi que ces 45 églises incendiées au Niger…