ESCALES D’AOÛT, BILAN D’ÉTAPE

mine2

BILAN D’ÉTAPE

En août 2014, en Nouvelle-Calédonie, on a :

1) Une coalition politique avec Calédonie Ensemble, Palika, le centre-gauche national au pouvoir, liée aux puissances économiques, désirant préempter le nickel et le pouvoir pour sortir en tête de l’Accord.

Visées et perspectives : Gomès vise une indépendance avec pouvoir économique aux indépendantistes et pouvoir politique absolu à CE.

Questions : Le plan étant sophistiqué et les acteurs étant habiles, quelle opposition possible ? Par qui ? Quand ? Comment ?

2) Une coalition politique avec Union Calédonienne, Rump et ses quelques satellites, la droite nationale dans l’opposition, tout aussi liée aux puissances économiques, désirant également préempter le nickel et le pouvoir pour sortir en tête de l’Accord.

Visées et perspectives : Frogier vise aussi une indépendance, mais cette fois avec pouvoir économique  au Rump et pouvoir politique aux indépendantistes.

Questions : À quelle vitesse et dans quelle mesure la probable alternance nationale et la dégradation régulière de l’état du Rump entraveront-elles ce plan ?

3) Une formation politique UCF, hétérogène et récente dans sa composition, dans ses allégeances et dans son projet, dont l’isolement est à la fois une faiblesse stratégique et une force morale (virtus).

Visées et perspective : Apparaître comme le seul parti loyaliste et non compromis du champ politique et accueillir les déçus de CE et du Rump. Le projet est flou, tout au moins dans sa manifestation et dans son expression.

Questions : Les forces centrifuges l’emporteront-elles sur les forces centrifuges au sein de ce mouvement et Backès saura-t-elle s’imposer face à un Yanno prêt à s’allier à CE ou au Rump selon les circonstances et selon son intérêt ?

4) Un pôle patronal et banquier soudé et solidaire, extrêmement puissant par sa masse financière et par son influence sur les pouvoirs  juridique, exécutif, administratif, judiciaire et médiatique. La seule question et le seul enjeu calédonien se résumant, pour cette caste et ses relais et instruments politiques, au mot « nickel ».

Visées et perspectives : Détenir un pouvoir économique libéré des règles et règlements nationaux et un pouvoir politique à travers des dirigeants achetés pour un néocolonialisme et un libéralisme sauvages.

Questions : Quelle(s) formation(s) politique(s) les patrons et la ploutocratie choisiront-ils ? Qui ou quoi peut se mettre en travers de leur chemin ?

5) Une population calédonienne majoritairement écœurée par la politique et ses compromissions, de bonne volonté, encore attachée à la justice, aux valeurs et  à sa présence dans la République, lucide sur les manœuvres  et les manipulations de la puissance économico-politique et consciente de détenir la clé de l’avenir du pays grâce aux référendums.

Visées et perspectives : Rester dans un cadre démocratique, ne plus se faire escroquer par les forces économiques et politiques, se retrouver librement et sans intermédiaires entre habitants, sur des valeurs communes, sans se faire imposer une culture unique et un destin partagés de force.

Questions : Sous quelles formes, avec quels moteurs, la population peut-elle s’émanciper du « système », qui lui dicte, depuis des décennies et de plus en plus aujourd’hui, ses pensées, ses actes, ses amours et ses haines ?

6) Un formatage idéologique à base de trois principes, dont la contestation ou la satire ne peut émaner que d’un « mauvais Calédonien » ou mauvais citoyen (on disait « mauvais Français » sous Vichy) :

– l’irréductible, exclusive et héréditaire spécificité calédonienne

– la victimisation et la sacralisation du fait mélanésien dans tous ses aspects

– la force de loi et le respect religieux et obligatoire des formules et notions subjectives de « destin commun », « avenir partagé », « construction du pays », « démarche citoyenne »

Visées et perspectives : Museler et domestiquer durablement la population, « de l’intérieur », par un travail psychique et pavlovien installant des réflexes d’autocensure et d’adoration et par de multiples interdictions et tabous intégrés.

Questions : Quelles sont les limites de la manipulation, de l’aliénation et de la soumission de l’homme et d’un peuple ? Quand et comment la population réagira-t-elle et se dressera-t-elle contre ces traitements quasiment psychiatriques ?

7) Un triple référendum populaire et clair, constitutionnalisé et arrêté dans sa forme et dans le temps, devant déterminer progressivement et sans précipitation l’avenir du pays, mais contesté et même rejeté  par de grands partis politiques des coalitions précitées.

Visées et perspectives : Récupérer le réel pouvoir de choix donné au peuple par ces référendums sur son avenir (France ou indépendance) pour y substituer une solution institutionnelle d’indépendance maquillée, utile et intéressante pour le système économico-politico-financier, à laquelle on adhèrera ou non, piège proposant « leur solution » ou un « non »- néant et chaos.

Questions : Par qui, quand et comment, en métropole et en Nouvelle-Calédonie,  pourront s’opérer le refus et la résistance quant à cette spoliation antidémocratique et scélérate d’un peuple dépossédé de son droit de vote et de choix et d’un scrutin clair et sincère ?