L’ÎLE LA PLUS PROCHE DU PARADISE PARK BORDEL…

OUV_Paradise

L’île la plus proche du paradis, est-ce vraiment cette île où des consuls et des patrons se payent impunément des mineures dans cette hôtel de passe misérable au cœur d’une des villes les plus chères dorées du monde ? L’île la plus proche du paradis, est-ce vraiment cette île où des ivrognes gouvernent encore un pays après avoir commis impunément un petit meurtre entre amis politiques après bouffer ?

Et une mairie pudique aux yeux baissés qui laisse prospérer de telles verrues en son sein, qui ignore ces poches de quart monde immonde, qui tolère ces paradise park bordels ! Et un propriétaire tenancier maquereau pendant des années que la justice aux yeux baissés épargne pudiquement. Et une mère maquerelle capable de vendre une fille de 14 ans que la justice aux yeux baissés épargne pudiquement. Et des vieux viandards protégés parfaitement conscients de la minorité de leur proie que la justice aux yeux baissés épargne pudiquement. Et des messieux bœufs et beaufs avinés et et criminels que la justice aux yeux baissés épargne pudiquement

Avec de tels adultes, avec de tels dirigeants, avec de tels représentants, avec une telle justice, avec de tels exemples, notre jeunesse n’est finalement pas si délinquante…

À UN MILITANT DE CALÉDONIE RESSEMBLE, À PROPOS DES MESSES DU LUNDI

LA-CENE2

Dénoncer la politique politicienne, les coups tordus, le militantisme courtisan, les partisans à la gamelle, la préférence pour les petites magouilles et l’affairisme au mépris d’un grand projet populaire, humanisme et progressiste calédonien, me semble toujours pertinent et encore plus d’actualité aujourd’hui que Calédonie Ensemble a rejoint les autres formations politicardes sur ce créneau des petits calculs politiques mesquins, après avoir laissé espérer un peu autre chose, espoir qui aura « vécu ce que vivent les roses / L’espace d’un matin. » Même docilité, même servilité, même indignité que dans tous les autres partis, de la part des soumis du parti. C’est peut-être ça un parti, ça ne peut sans doute être que ça un parti…

Ce qui se passait aux messes du lundi au Bout du monde, Manlas, c’était effectivement quelques interventions des esprits libres, qui pensaient alors que ce parti l’était aussi, et le silence sidéral de 95% de l’assemblée, dont toi Manlas, soit parce-que ces gens n’avaient rien à dire, soit parce qu’ils avaient une trouille bleue de dire un truc qui déplairait au Pape de ces cérémonies et qui compromettrait leurs espérances intéressées. La crème, les esprits libres, s’en est allée, parce qu’ils étaient libres et indépendants, la lie est restée, parce qu’elle était lourde et médiocre, et on la retrouve ici, encrassant ce pauvre Calédosphère.

Et quant le Pape, comme à son habitude, disait gravement le lundi « Bon qui est-ce qui a vu Harold à la télé ? Qu’est-ce que vous avez à en dire ? » Chacun baissait la tête, comme les gosses à l’école, redoutant que le doigt présidentiel ne leur tombe dessus comme la foudre jupitérienne, leur enjoignant un avis. Trop marrant quand après deux ou trois réponses bredouillées par ces craintifs fidèles du Bout-du-monde-des-larbins, la voix de l’Oracle tombait implacable à travers la bouche sacrée du Chef : « Vous avez tous tout faux, voilà ce qu’il faut penser de l’intervention d’Harold. » Et tous d’approuver ensuite le docte jugement philippien par des hochements de tête favorables pleins de componction et par des grognements d’acquiescement, un peu comme dans les coutumes. Même au Rump l’esprit-lavette n’atteignait pas ces sommets.

Voilà, c’était ça la Cène récurrente des petis playmobil de CE, c’était ça les-lundis-où-il-fallait-être sous peine de disgrâce et discrédit. Et ça dure encore…