INTERNET, OPT, USAGERS (-ÉS…), FAI ET CORNAILLE : LES RAVIS DE LA CRÈCHE

Les-Ravis

Un festival de langue de bois, d’autosatisfaction et de Dormez en paix braves gens, on s’occupe de tout, ce midi à la radio sur NC1.

Un technicien bisounours pour L’OPT, un Salvador qui en a ressorti une couche sur les Net-Goinfres sans les nommer, pour Canl, un Roussel content, prétendument pour les usagers, plus en dessert un Thierry Cornaille ravi de la crèche, pour sa tronche, pour nous dire… rien du tout !

Les questions de la journaliste étaient pourtant assez incisives, mais la triple langue de bois appliquée sur ses lèvres fut la plus forte… Et que tout allait pas si mal, et qu’il y avait eu des progrès, et que qu’ils se voyaient régulièrement (dernière rencontre en 2008…), et qu’il y avait eu une croissance exponentielle, et que ça irait mieux demain, et que non y’a pas de retard, d’incurie, d’incompétence et de magouilles, et que partout ailleurs faut payer au poids et se serrer la ceinture, et que j’étais heureux et honoré d’être le président de l’OPT, et qu’un candidat CE de l’île des Pins a téléphoné pour me féliciter à l’antenne d’avoir été le plus grand prince de la CIC et d’être appelé à être le meilleur ministre et top roi de la Poste.

Une émission émétique à écouter plutôt avant de manger qu’après…

LÉGISLATIVES PARTIELLES : AVIS DE TEMPÊTE OU GROSSE FARCE EN VUE ?

9Plvl

D’abord constat de grosse bêtise avec cette démission de la seule personne politique du pays qui ait à la fois une colonne vertébrale, une bonne vue, un cerveau et du sang froid. On a encore vu avec sa dernière intervention à la Chambre combien il était bon et utile que le maire de Nouméa soit aussi député pour avoir davantage de poids pour obtenir ce qu’un parlementaire peut obtenir, un commissariat à Ducos en l’occurrence. Ensuite parce que ce statut de député-maire lui donnait en Nouvelle-Calédonie l’envergure et la force pour tenir tête et s’imposer face à la médiocrité et à l’opportunisme politique local, y compris et surtout dans son propre parti, qui ne l’a pas toujours tenue en odeur de sainteté, soit dit en passant (litote, c’est le moins qu’on puisse dire…). Le pays est totalement et cruellement vide d’homme d’état, et la seule femme d’état que nous avions renonce, triste ! Et puis ce mandat de maire inscrit dans ce mandat plus large de député c’était inscrire Nouméa dans du plus vaste, dans une circonscription, dans le pays, dans la France, et non n’en faire qu’une citadelle isolée et dorée, au milieu de l’altérité, comme un village gaulois retranché au milieu des Romains, comme un Hong-Kong replié au milieu de la Chine.

Mais qu’est-ce qui leur a pris aux candidats de sa liste aux municipales de lui imposer de démissionner de ce beau mandat d’élu du peuple où elle excelle ?! Qu’est-ce qui leur a pris de croire que les Nouméens ne lui feraient pas confiance si elle restait élue nationale ?! Qu’est-ce qui leur a pris de la juger incapable d’assumer les deux rôles ?! Qu’est-ce qui leur a pris de penser qu’elle ne gagnerait pas ainsi et que eux, par conséquent, ne pourraient pas décrocher leurs petites écharpes et leur petite gloriole municipale et mesquine ?!

Même et surtout à l’UDI, ils ont trouvé ça hyper débile. Santini l’a prise entre quatre yeux et lui a dit Mais ça va pas la tête !!! Tant pis, c’est fait c’est fait, la connerie est dans les tuyaux. Merci les p’tits conseillers…

Maintenant ça commence, ou ça recommence. Farce ! On va avoir un Leroux pour le RUMP, un Dunoyer pour CE, un Yanno pour l’UCF, tenus par leur PACS de gouvernance solidaire, mais tenus aussi à marquer un peu de différence voire un peu de revanche. Différence d’autant plus difficile à faire avaler aux électeurs qu’ils ont démontré une équivalence absolue dans l’action polico-policienne depuis maintenant plusieurs mois et la même continuité dans l’opportunisme, les « actions » ou plutôt opérations d’affichage, l’oubli des promesses, les mesurettes, le partages des postes et des friandises…

Dunoyer, qui est loin d’avoir les qualités, la personnalité et l’image de Sonia Lagarde, est loin de jouer gagné d’avance. Les électeurs de la première circonscription seront assez frustrés et amers qu’on leur retire leur élue, qu’on les ait fait voter pour rien et qu’on les oblige à recommencer. Pas sûr qu’ils soient prêts à échanger leur baril d’Ariel-Sonia contre deux barils de Doublenoyer, même double diplômé et double charmeur…