OBSERVER PAR LE PETIT BOUT DE LA LORGNETTE

melito

Cet article est myope, faux et injuste. La faute de ces virages politiques à 180° peu cohérents incomberait aux « transfuges » eux-mêmes et non aux leaders et partis politiques. Facile et trivial discours de café du commerce. La réalité c’est que ces leaders de partis, faiseurs de castings et monteurs de listes utilisent les gens comme des choses et pèsent les personnes comme un apothicaire pesaient ses poudres pour fabriquer ses potions. C’est odieux et odieusement réducteurs. Pas très magiques les potions politiques…

Tous les partis font ça, mais Calédonie Ensemble, le parti dont on aurait pu penser qu’il sortirait de ce système lafleuriste de manipulation des gens, est celui qui donne le plus dans ce vieux travers : 3 grammes de wallisien, ça doit payer, 2 grammes de broussard, faut pas les oublier, 4 grammes de femme, ça plait, 1 gramme de jeune, c’est mignon, 6 grammes de diplômé, ça fait bien, 4 grammes d’autochtone, obligé, 3 grammes de patron, ça fait sérieux, 2 grammes de chef d’administration, ça pose, 3 grammes de prise de guerre aux autres partis, classe ! 5 grammes de sportif, c’est choc etc… etc… Les compétences des gens, on s’en tape, les convictions des personnes, pas grave !

Alors comment s’étonner qu’avec de telles méthodes de sélection et de choix des candidats, les gens ne se considèrent pas eux-mêmes comme des numéros, comme des produits génériques, chosifiés, sous évalués? Comment ne pas comprendre qu’ils se trouvent réduits, rabaissés, utilisés, qu’ils ne se sentent absolument pas individuellement reconnus et engagés, qu’il n’existe aucun rapport de confiance interpersonnel entre eux et le chef de parti, qu’ils puissent le quitter pour un autre sans aucune difficulté ni aucun état d’âme, comme un artisan change de client, comme une ménagère change de lessive.

La population et les électeurs peuvent être marris de cette désinvolture mais à qui jeter la pierre sinon aux chefs de partis obsédés d’un pouvoir creux et pour qui les gens ne comptent pas plus que les idées, les convictions et les valeurs qui pourraient « remplir » ce pouvoir.