« HALTE AUX PETITES LISTES ! » TEN YEARS AFTER LAFLEUR, TOUJOURS LE CHANTAGE À LA PEUR

iti_191113-660

2004, c’était il y a dix ans, c’était il y a mille ans dirait-on parfois, c’était hier semble-t-il aussi…

Dix après l’évincement de Lafleur, forcer est d’observer le retour du chantage à la peur et l’ordre sacré du « vote utile » , force est de constater le retour du numerus clausus des partis, comme des radios, des infirmiers, des ambulances, des pharmacies, des taxis et des pompes à essence, rien que des trucs à but non lucratif, et l’interdiction expresse de se présenter aux élections faite aux petites formations par ceux-là mêmes qui avaient évincé le vieux dictateur. Ten years after Lafleur, Calédonie-Calédoniens égale chasse gardée for ever. Faut acheter une licence de candidature à 50, 100 ou 700 millions pour qu’un parti puisse se présenter aux élections ?

On se souvient des méthodes et du raisonnement du système Lafleur. Le despote était le seul rempart contre la fin du monde, voter RPCR c’était voter pour la survie de la planète, indépendance et indépendantistes étaient synonymes de chaos et d’horreur, la moindre défection et le moindre vote contre Lafleur signifiait trahison et complicité avec les odieux séparatistes, vade retro, Satana ! Qu’importait la démocratie confisquée par le RPCR, qu’importait les prébendes et les menaces, qu’importait les abus et les excès en tous genres, qu’importait les courtisans, les beni-oui-oui et les maudits, qu’importait la monopolisation de l’économie, qu’importait un archipel mis en coupé réglée, qu’importait les medias muselés, qu’importait la peur et l’infantilisation d’un peuple, Lafleur était là et il était utile, il était le sauveur universel. Pratique comme combine non ? Et quand on doutait un peu de Lafleur, Lafleur boudait et démissionnait. Ah le peuple faisait son rebelle et son ingrat ! alors le dieu Lafleur se retirait dans les cieux ou sur l’Olympe. Et les ténèbres et l’angoisse tombaient sur le pays. Les plaies d’Égypte allaient envahir les villes et les champs. Et puis Lafleur revenait et l’univers était sauvé, l’horizon s’éclairait, un soulagement immense envahissait les cœurs et les esprits. « Je me suis ruiné la santé pour vous ! » disait-il courroucé au peuple honteux et repentant. Et tout repartait comme avant.

Aujourd’hui Lafleur est loin, Lafleur est là. Il faut « voter utile ». Le moindre vote qui manquera à la bande des 3, la bande des trois partis issus du lafleurisme, et c’est la déroute, la débâcle, l’indépendance, la misère, la peste bubonique. Vittori, Hénocque, Hénin, vous voulez faire faire exploser la terre ?!!! Vous n’avez pas honte ?! Frogier est le seul à pouvoir œuvrer à Paris, auprès de son « phare » Sarkozy. Auprès de son phare nous vivrons heureux ! Gomès est le seul à pouvoir éclairer la nation et à avoir la carrure pour discuter avec Paul et Rock « qui ne sont pas des poulets de l’année ». Backès est la seule à… bon elle est la seule, point barre. Hors de ces trois géants-là,  point de salut, au delà de ces trois titans-là, les confins du néant, les limbes de l’enfer, le précipice, la chute éternelle. Laissons-les opérer ces trois colosses tutélaires, avec leurs patrons préférés respectifs, avec leurs indépendantistes favoris respectifs, avec leurs « phares » nationaux privilégiés respectifs. Ils savent ce qu’ils font, ils s’occupent de nous, pas la peine de se casser la tête, de se poser des questions, ils nous protègent, avec dévouement, désintéressement, dévotion et sens du sacrifice, comme Jacques l’a tant fait…

Bon oui… Lafleur, le Père de la Patrie, a signé n’importe quoi, n’importe comment avec les Accords d’indépendance, a avalé le gel du corps électoral de Chirac et a vendu les électeurs. Bon oui… Frogier, et Yanno et Backès  ont monté le drapeau indépendantiste sur le pays. Bon oui, Gomès et Martin ont refusé de débattre du gel du corps électoral en Assemblée en 2006 et de mobiliser une opposition formelle des élus loyalistes qui aurait pu ébranler Paris. Mais bon… ils ne le feront plus, c’est promis, on peut leur faire confiance ! Plus d’indépendance-association, Pierre a juré. Plus de pays indépendant fédéré, Gaël l’a garanti. Plus de petite nation dans une grande poupée russe, Philippe le certifie. On peut leur confier les clés du pays en toute tranquillité. Ce sont nos seuls sauveurs ! Il n’en faut pas d’autres !  D’ailleurs il étaient déjà pour la plupart avec Jacques, tout près de Jacques, comme Jacques, aux ordres de Jacques. Faut pas gaspiller nos voix ! Ce sont les meilleurs. Couchés les petits partis !