LES DEUX MAMELLES DU BON POLITICIEN

r25b

Tel Tullius Detritus, savoir semer la zizanie au sein du corps social, instiller la discorde dans la population, scinder le peuple en diabolisant et en désignant à sa vindicte des adversaires politiques ainsi que leurs troupes est le premier don et la principale technique à perfectionner pour un bon politicien. Il s’efforcera sans arrêt de stigmatiser les politiciens concurrents et de les revêtir des habits démoniaques et imaginaires les plus propres à les rendre insupportables. Il devra surtout passer le relais et enseigner l’art de semer la discorde aux citoyens qui prolongeront son action en dénigrant et  disqualifiant eux-mêmes leurs concitoyens. Qu’importe la justesse des critiques et des accusations, seul compte la violence et la toxicité des coups. Leur force et leur puissance déterminera l’ampleur du succès du politicien à l’œuvre et la part du peuple gagné à sa dévotion.

L’autre talent qui doit être impérativement celui du bon politicien, c’est sa capacité à générer de la langue de bois sans répit et sans baisse de régime, dans les domaines politiques, sociaux et économiques. C’est le versant positif et constructif de sa démarche, qui fait pendant à son action négative et destructrice d’agression constante à l’égard des leaders, partis et programmes concurrents. L’objectif est double : premièrement bercer et envouter les partisans par des formules lancinantes, simples, lisses et prometteuses ; ensuite maquiller, masquer et colmater toute résurgence de sincérité et de spontanéité, toujours dangereuses comme toute mise à nu. Le must consiste à former aussi les partisans et les citoyens sympathisants à cette langue de bois et à la pratique des élements de langage. Les blablateurs ou outils électroniques générateurs de langue de bois dévoilent assez bien la logique et la technique de cette forme d’expression :

– http://www.presidentielle-2007.net/generateur-de-langue-de-bois.php

– http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2014/03/21/25001-20140321ARTFIG00076-jouez-au-blablateur-notre-generateur-de-langue-de-bois.php

Pour le peuple et les citoyens, être réduits à ce double rôle de bonimenteurs et de dénonciateurs, au service des Tellius Detritus (ou Tullii Detriti), n’est pas extrêmement épanouissante et enrichissante, en terme de richesse intérieure en tout cas…

APRÈS COPÉ, BRÉTÉGNIER ET BRIAULT, JACQUES LAFLEUR REJOINDRAIT L’UCF

818894

Avec le récent ralliement de Jean-Claude Briault et ses amis au mouvement de Gaël Yanno à Nouméa, nous assistons à une synthèse politique cosmique et à une union universelle en Nouvelle-Calédonie.

Des leaders aussi divers et éloignés dans des galaxies lointaines que Didier Leroux, Pierre Frogier, Virginie Ruffenach, Pierre Maresca, Cynthia Ligeard, Jean Lèques et tant d’autres vont donc porter leur vote sur Gaël Yanno et sa liste UCF.

Il n’est pas moins certain que des personnalités du Rump ou FPU comme Éric Gay, Harold Martin, Maurice Ponga, Alain Lazare, Pascal Vittori, Ghislaine Arlie, ou même des partenaires comme Rock Wamytan, Gilbert Tyuienon ou Kotra Uregei etc … , s’ils étaient inscrits à Nouméa, apporteraient leur suffrage à Yanno et au parti de Sonia Backes plutôt qu’à Sonia Lagarde et à sa formation.

Si des experts en spiritisme peuvent et veulent bien consulter Jacques Lafleur, Dick Ukeiwé, Roger Laroque, Charles Pidjot, Eloi Machoro, Jean-Marie Tjibaou, Yéwéné Yéwéné, Gérad Jodar, il serait étonnant d’obtenir de leur part une opposition à ce rassemblement et un refus d’adhérer au nouvel élan de nouveau leader planétaire qu’est devenu Gaël Yanno.